Select Page

Randonnée au Pic Hautafulhe (2647m) en Aller/Retour

Randonnée au Pic Hautafulhe (2647m) en Aller/Retour
  • Déniv: +1450m – (3h45+2h30)= 6h15 – 13 km Niv: Montagnard
  • Date: le 21.10.2018 – Hautes-Pyrénées – Départ: Barrage du Tech (1240m)

Pic Hautafulhe (2647m) en aller/retour depuis le barrage du Tech.

Une bien belle randonnée sauvage pour ceux qui aiment les ambiance austères.

Ne pas revenir en boucle par le vallon de Labas ! (bien lire le topo)

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés: Aucune difficulté jusqu’au Lac de Pouey Laün (2360m) en l’absence de neige, la suite se fait hors sentier sur une pente raide jusqu’au fil de crête. Final un peu exposé où il faut s’aider un peu des mains, mais rien de difficile pour un montagnard. Concernant la boucle: J’ai longtemps hésité à mettre les photos du retour, mais après réflexion, l’itinéraire de la boucle est tellement dangereux que j’ai préféré vous les montrer afin de ne pas s’engager sur ce versant qui est vraiment pourri de chez pourri. L’accès au col de Fanlou sur la fin se fait sur une pente très raide avec des prises qui ne tiennent pas et des gravillons sous vos pieds. Depuis le col de Fanlou, couloir très raide avec des pierres dévalant la pente sous vos pieds. Il y a déjà des topos sur le web qui mentionne toutes ces difficultés. Me concernant, la seule chose que je peux vous recommander c’est de ne pas faire cette boucle et de revenir sagement par le même itinéraire que la montée et ainsi profiter de la beauté des lieux tout en restant en sécurité.

.

Départ depuis le parking du barrage du Tech (1240m). Randonnée faite avec Louis et Jean-Claude.

.

Depuis le parking du Tech, longer le lac par sa droite sur 150m,

.

puis prendre le sentier qui monte à droite dans la forêt (Nord-N.O).

Le panneau indique 4h pour le lac, nous avons mis 2h15 (compter plutôt 2h45 pour y arriver).

.

Après 20 minutes de marche,

laisser le sentier de droite qui monte au vallon de Labas et suivre celui de gauche en direction du Sud-Ouest.

.

Nous sommes montés pendant une petite heure avec nos frontales.

.

L’arrivée au petit cirque de la Lie (1h15 depuis le départ),

traverser le ruisseau de la Lie, puis suivre les cairns sur un sentier bien marqué en direction de l’Ouest.

.

Le sentier monte en effectuant quelques lacets jusqu’au col sans nom.

Plus de 550m de dénivelé à l’heure, il est vrai que dans le noir on ne peut qu’avancer !

.

Le panorama derrière nous avec le Pic du Midi d’Arrens.

.

Aucune difficulté depuis le départ sur un sentier bien marqué.

.

Après avoir traversé une zone d’éboulis, l’arrivée au lac de Pouey Laün (2360m). 2h20 depuis le départ.

Compter 3h00 et non 4h00 comme l’indiquait le panneau au départ de barrage du Tech.

.

Magnifique petit lac avec les reflets du Pic des Tourettes.

.

Les randonneurs pourront s’arrêter ici

ou faire le tour du lac pour monter au col de l’Hospitalet et revenir en boucle par le lac de Migouélou.

.

Pour le Pic de Hautafulhe,

.

contourner le lac par sa droite jusqu’au milieu.

.

Puis grimper pleine pente en direction du Nord.

.

L’itinéraire de montée

.

Le lac de Pouey Laün (2360m) avec derrière nous l’imposant massif du Pic d’Arrouy.

.

Pas de sente, il faut faire travailler un peu ses cuisseaux !

.

.

L’arrivée sur la crête du versant Ouest du pic d’Hautafulhe.

.

Sauvage et Austère, magnifique !

.

Suivre les cairns vers le sommet dans un premier temps (Nord-N.E).

.

.

Pas trop de difficulté si ce n’est d’utiliser un peu les mains (Niv: II).

.

L’arrivée à la brèche (2540m).

.

Depuis la brèche, vue côté Ouest.

.

La vue côté Est.

.

 

Depuis la brèche, basculer à droite côté versant Est.

.

Petite vérification du tracé Gps pour Louis.

.

Suivre ensuite le fil de crête jusqu’au sommet (Nord).

.

Pas de difficulté si ce n’est d’utiliser un peu les mains (Niv:II).

.

La vue plongeante sur le lac derrière nous.

.

Jean-Claude.

.

Louis.

.

.

Ça y est le plus dur est derrière nous !

.

L’arrivée au sommet.

.

Mariano, Jean-Claude et Louis au sommet du Pic Hautafulhe (2647m).

1450m de dénivelé pour 6,5 km en  3h00 depuis le barrage du Tech (Compter 3h45).

.

Panorama à 360°, cliquer sur le panorama annoté pour voir le nom des sommets:

Le casse-croûte, le meilleur moment de la journée !

.

Mariano au sommet du Pic d’Hautafulhe (2647m).

.

Panorama vers l’Ouest vers le Pic du Ger (2613m).

.

Les lacs d’Ausseilla (2192m).

.

Vers la grande Arcizette (2513m).

.

Arcizette et Amoulat.

.

Pic d’Amoulat (2595m).

.

Vers le Moulle de Jaüt (2050m).

.

Pic de Ger (2613m) avec au premier plan à droite l’Arre-Sourins (2614m).

.

Des randonneurs arrivent au sommet du Pic de  Ger (2613m).

.

Le massif du Gabizos.

.

Le Grand Gabizos (2692m).

.

Le col d’Aubisque (1709m).

.

Le sommet du Pic Hautafulhe (2647m) depuis le versant Nord-Est.

.

Jean-Claude et Louis admiratifs devant tous ces sommets dont la plupart sont sauvages et austères.

.

Aujourd’hui, et malgré une légère brume nous pouvons voir jusqu’aux aiguilles d’Ansabère.

.

Le pic des Tourettes (2771m) et le Pic d’Estibère (2738m).

.

Pic d’Estibère (2738m).

.

Le pic des Tourettes (2771m).

.

Vers la plaine de Tarbes.

.

Les Pics de Montaigu et du Midi de Bigore au loin avec le pic du Midi d’Arrens au premier plan à gauche.

.

Le Vignemale (3298m).

.

Il n y a pas que les jeunes qui consultent les smartphones, les anciens aussi  ! ! !

.

Le Palas (2974m).

.

Le lac de Pouey Laün (300m plus bas).

.

Vers le Pibeste et la vallée d’Arrens Marsous.

.

Massif du Pibeste (1349m).

.

Après 1h45 au sommet, retour impératif par le même itinéraire que la montée.

.

Le retour que nous avons effectué a été fait en boucle, suite à quelques topos visualisés sur le web.

Alors certes, ils mentionnaient bien les difficultés que nous avons rencontrées au retour mais je ne m’imaginais pas à quel point ce retour était dangereux ! ! !

.

J’ai longtemps hésité à mettre les photos qui vont suivre mais après réflexion,

c’est peut-être aussi bien que vous puissiez les visualiser afin de constater par vous-même.

.

La crête qui descend vers le col de Fanlou est aérienne et malgré le rocher pourri,

.

elle ne présente pas de grosses difficultés.

.

Il faut bien sûr être habitué à ce genre de terrain et surtout bien tester ses prises sur un rocher complètement pourri !

.

Concentration maximum !

.

.

C’est à partir d’ici que les choses se compliques ! ! !

En général, même si c’est plus aérien, c’est en suivant le fil de crête que l’on a le moins de risques.

.

Le problème c’est qu’il y a deux passages de 10m sur le fil de crête avec des dalles lisses.

.

En plus, le rocher est vraiment pourri,

et pour confectionner un relais pour s’assurer pas facile du tout, les blocs de 1 mètre de diamètre bougeaient ! ! !

.

Il suffit de voir les têtes de mes amis pour deviner que là y a un problème pour descendre ! ! !

.

Tout est pourri et la moindre glissade c’est 200m plus bas ! ! !

.

Dalles lisses et donc impossible de continuer à descendre par le fil de crête, beaucoup trop dangereux !

.

La seule solution, c’est de descendre un peu à droite en y allant très doucement.

.

Par moment en désescalade pour être sûr de ne pas glisser tout en assurant bien les prises.

.

Une prise sur deux nous restait dans les mains !

.

Après cette descente d’une trentaine de mètres assez périlleuse,

il ne reste plus qu’à rejoindre le col de Fanlou en faisant une traversée tout en restant très vigilants.

.

La plus grande difficulté est derrière nous, mais celle-ci n’est pas mal non plus ! ! !

.

Depuis le col de Fanlou (2520m),

il faut descendre ce couloir très pentu avec un rocher toujours aussi pourri et en plus une roche mouillée.

.

Nous y avons été très doucement avec toujours la peur en nous de glisser ! ! !

.

Dernière difficulté avant d’atteindre le pierrier.

.

Voilà, ça y est, les grosses difficultés sont derrière nous.

.

La descente du pierrier se fait agréablement

mais non sans mal car des blocs de 20 à 30 cm déboulaient sous nos pieds.

.

Après 45 minutes de concentration extrême,

Louis ne relâche toujours pas sa concentration et il a bien raison !

.

Impressionnant ce massif, jamais vu un versant aussi pourri ! ! !

.

L’itinéraire continue à descendre sur un terrain croulant mais sans trop de danger maintenant.

.

La pierraille n’est pas terminée pour autant,

.

après un court passage herbeux, retour à une descente dans la pierraille.

.

La dernière descente dans la pierraille avant de retrouver le sentier des vaches.

1h30 depuis le sommet, les difficultés sont déjà loin derrière nous, mais ce retour demande une concentration de tous les instants même sur ce terrain, et donc pas terrible du tout ce retour en boucle.

.

Le Soum d’Arre.

.

2h00 depuis le sommet, cette fois-ci nous sommes bien sur le plancher des vaches !

L’arrivée à la cabane de Bouleste (1726m) 4 places sur béton avec cheminée (pas très propre).

.

Retour par le sentier de gauche menant au barrage du Tech.

.

Retour au barrage du tech (1240m) 2h50 depuis le sommet. (Compter 2h30 pour le retour par la voie normale).

Voilà, vous savez tout sur l’itinéraire de retour en boucle qu’il ne faut surtout pas faire. Alors certains vont peut-être dire qu’ils prennent des risques, oui peut-être mais nous ne le savions pas au départ, c’est aussi pour ça que je continue humblement à faire des topos bien détaillés pour vous informer des dangers. Sachez tout-de-même, que je n’irais pas volontairement gravir des sommets dangereux pour vérifier s’ils le sont vraiment, j’aime comme vous la montagne et je veux l’apprécier et la fouler encore pendant de longues années.

.

Attention: Je ne pourrai être tenu responsable des risques d’accidents encourus par les lecteurs utilisant cet itinéraire en boucle et décline toute responsabilité dans l’hypothèse d’un accident sur ce topo comme d’ailleurs sur tous les Topos et Itinéraires suggérés dans ce site web.

Carte et trace Gps de la Boucle (A ne pas faire, juste pour visualiser le parcours)

    

About The Author

9 Comments

  1. Dominique B.

    Voilà un pic que je n’avais pas repéré 🙂 Comme quoi il en restera toujours à faire.

    Celui-ci me semble déjà intéressant en aller-retour, sans se lancer dans cette descente … périlleuse.

    Sûr que je l’aurais descendue en partie « su’ l’cul » je pense,et pour ma part, je n’aurais pas gardé les bâtons en main pour pouvoir me cramponner, loool. Perso, il me faut tout, dans ces cas là 🙂

    Bravo pour cette boucle.

  2. Jean Claude Rébeillé

    Merci Mariano pour ces belles photos qui me rappellent des souvenirs. Il est vrai que j’ai parcouru tout ça des deux cotés, vallée du Tech et vallée d’Artouste. les 2 lacs d’Auseilla, le col des loups, Poueylong, Estibère… après les isards.

  3. Françoise

    Ouf ! Tu m’as donné. chaud !!! Il est sûr qu’il vaut mieux revenir sur ses pas ….
    Mais que l’endroit est beau !!! Belle course !
    Merci Mariano de nous y inviter avec ce magnifique topo 👏
    Bises

  4. Françoise Hypolite

    Comment faites-vous pour trouver toujours de nouveaux sommets à nous faire découvrir ?
    Merci pour toutes ces belles images et à bientôt avant les premières neiges.
    Bravo à tous les trois.
    Bises.
    Françoise Hypo

  5. serge

    Bonjour Mariano
    Belle boucle certes mais effectivement un terrain a la limite du praticable ! après quand on y est, il faut bien s’en sortir en redoublant de prudence comme vous l’avez fait !
    Pour l’instant je vais devoir me contenter de regarder tes topos !!!
    Profites bien et reste prudent !
    Amitiés
    Serge

  6. CATALANE

    Un peu trop minéral pour moi, il manque un peu de verdure mais … c’est magnifique et bravo à vous pour cette magnifique rando ! Bises.

  7. Marie

    Top comme d’habitude et sans aucune difficultés à parcourir de mon canapé 😉
    Bravo à vous tous …

  8. Jean-Paul Souvigny

    Superbe avec ce ciel bleu et cet ensoleillement .

  9. gar47

    Quel plaisir de voir mes amis, Jean Claude, Louis et Mariano, trois montagnars aguerris, ils incarnent parfaitement la force tranquille nécessaire à toute les situations. Je crapahute tellement avec Jean Claude que de ne pas pouvoir être avec eux me donne le blues à l’âme. Et Mariano toujours à dégotter des randonnées qui sortent de l’ordinaire comme celle ci. Merci pour ce beau reportage !
    Patrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chansons Béarnaises

Liste des Topos et Randonnées Météo Montagne  

    refuges dans les Pyrénées

Cartographie TopoPyrénées

Les 6 derniers commentaires

Les Sentiers de la Mer

Les sentiers de la Mer

S’abonner aux articles

Nombre d'abonnés inscrits à ce jour:

Contact Mail