Pic d’Iparla (1044m) en boucle par le col de Lacho depuis le village de Bidarray (140m)

  • Déniv: +1020m – (3h00+2h30)= 5h30 – 14 km Niv: Randonneur
  • Date: le 28.03.2021 – Pays Basque – Départ: Village de Bidarray (140m).

Le pic d’Iparla offre par temps clair un immense panorama du Pays Basque au pic du midi de Bigorre,

la boucle par le col de Lacho depuis Bidarray est vraiment superbe.

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés: Pour la boucle par le col de Lacho, avoir un peu le sens de l’orientation mais vraiment rien de bien difficile. Pour les difficultés: aucune en l’absence de neige et par une journée de beau temps.

La suite du Topo . . . . . . . . . .

Départ de la randonnée, parking du fronton du village de Biddaray (140m).

Randonnée faite avec Valérie et Florence.

.

Depuis le parking, descendre la rue vers l’Ouest en suivant le balisage du GR10.

.

.

Marcher sur la route environ 800m.

.

Un petit bonjours à nos amis les bêtes.

.

Au bout de la route au niveau du Gîte Rural (138m),

.

remonter la piste de gauche vers le Nord-Ouest.

.

Puis suivre le balisage du GR10.

.

Une montée un peu soutenue vous mène à l’intersection des itinéraires de montée et de descente de la boucle.

.

Vers 270m, laisser à gauche le GR10 qui monte à l’Iparla en suivant le fil de crête du massif (itinéraire de retour)

et suivre le sentier de droite qui file vers le Sud-Ouest.

.

L’itinéraire de la boucle se fait sur un sentier bien marqué tout le long de cette belle randonnée.

.

Derrière nous les beaux paysages du Pays Basque.

.

.

Le sentier continue toujours vers le Sud-Ouest jusqu’à l’altitude 460m,

.

puis commence à tourner légèrement vers la droite

.

pour s’élever ensuite vers le Nord-Ouest en contournant le petit massif du Lacho.

.

Y’aura du monde tout au long de la journée, ici ce sont des trailers qui nous doublent.

Beaucoup de monde mais toujours dans un bon esprit montagnard avec le bonjour et le sourire.

.

Florence et Valérie.

.

Le sentier monte jusqu’à l’altitude 530m, puis tourne à gauche vers le Sud-Ouest.

.

.

Des beaux Genêts tout le long de ce secteur avec comme arrière plan le sommet de l’Irubelakaskoa que j’avais prévu de faire aujourd’hui mais j’ai vite déchanté lorsque je me suis rendu-compte que l’itinéraire était complétement en territoire espagnol ! J’espère le faire très vite lorsque ce fichu Covi nous laissera tranquille.

.

L’arrivée au col de Lacho (540m), 1h30 depuis notre départ de Biddaray.

.

Depuis le col de Lacho, grimper vers le Sud-Est sur une pente bien raide mais de courte durée.

.

L’arrivée au col sans nom (640m) au niveau de la bergerie en ruine qui se trouve sur la gauche.

.

Petite visite des ruines.

.

.

Après cette petite halte au niveau des ruines,

retour sur quelques mètres pour grimper directement sur les crêtes d’Iparla (Sud).

.

Aucune difficulté depuis le départ si ce n’est d’avoir un peu le sens de l’orientation pour ceux qui feront la boucle.

.

Une croix basque.

.

L’arrivée très vite sur les crêtes.

.

La vue derrière nous sur l’Océan et la ville de Bayonne.

.

A partir d’ici, il ne reste plus qu’à suivre le fil de crête jusqu’au sommet.

.

Avec de très jolies vues sur les sommets voisins comme ici le Mont Baygoura (Baïgura) ou Baighoura (897m).

.

.

Pour ceux qui ont le vertige, inutile de s’approcher trop près du vide !

.

Valérie et Florence heureuses de parcourir cette belle crête.

.

A partir d’ici jusqu’au sommet de l’Iparla,

la crête est bien déchiquetée mais sans difficulté pour les randonneurs.

.

.

.

Plus de 400m de vide (versant Est).

.

L’arrivée au col d’Iparla (940m).

.

Plusieurs brèches sur le parcours menant à la cime.

.

Florence.

.

Un secteur où il faut mettre un peu les mains, mais rien de difficile (Niv II).

.

.

La vue derrière nous sur le couloir qui monte au col d’Iparla pour ceux qui montent par le versant Est,

voir le topo fait en 2011 ici 

.

L’arrivée est proche.

.

Y a du monde ! ! !

.

Pic d’Iparla (1044m) compter 3h00 depuis Bidarray.

.

Valérie et Florence au sommet du Pic d’Iparla (1044m).

.

Mariano et son habituel tour sur 360°, le résultat en cliquant sur la caméra jaune:

3 Panoramas dont 2 annotés (pour ceux annotés, vous pouvez zoomer sur l’image)

.

Le sommet est tellement vaste qu’il n’y aucun problème de distanciation malgré le monde

(environ 300 personnes aujourd’hui sont montés à l’Iparla).

.

Il fait très chaud aujourd’hui, 28° au retour à la voiture !

Lorsque les écobuages se mêlent en même temps avec la brume de chaleur, autant vous dire que le panorama n’est pas extraordinaire aujourd’hui, vous pourrez toujours visualiser celui de 2011 en cliquant sur la caméra jaune.

.

Le pic d’Orhy et ses 2017m d’altitude.

.

Les écobuages côté espagnol.

.

Le sommet de l’Artzamendi (926m).

.

L’Océan et la ville de Bayonne.

.

Saint Jean de Luz à travers les fumées épaisses de écobuage !

.

La Rhune (905m) que je n’ai vu qu’une fois à la maison après le post-traitement de la photo.

.

Un Milan Royal.

.

.

Un vautour Fauve.

.

Le versant Est est vraiment vertigineux,

.

plus de 400m de vide !

.

Petite photo de nous trois pour immortaliser cette belle sortie (Valérie, Mariano et Florence).

.

Après être restés presque 1h30 au sommet de l’Iparla,

.

retour par le GR10 et sa crête.

.

.

L’arrivée au col d’Iparla (940m).

.

Après le col d’Iparla, continuer à suivre le fil de crête vers le Nord-Est.

.

.

La vue au loin sur les écobuages côté français.

.

.

Le meilleur moment de la journée, le casse-croûte (chacun sa baguette de pain !)

.

.

Vers 820m, laisser à gauche l’itinéraire de montée et continuer tout droit en direction du Nord-Est.

.

Vers 716m, une main courante est là avec un câble en acier pour vous aider à franchir ce passage un peu délicat

mais sans danger en l’absence de neige ou d’humidité.

.

Le parking est en vu !

Pour info, ce martin les 2 parkings qui doivent contenir chacun une trentaine de places, étaient plein !

.

L’itinéraire se poursuit toujours en crête sur un sentier bien marqué avec en toile de fond le Mont Ursuya (678m).

.

.

.

La vue sur notre gauche sur l’itinéraire de ce matin.

.

.

.

Altitude 285m, c’est ici que l’itinéraire du GR10 a été modifié dernièrement

à cause du nombre important de randonneurs qui passaient trop près d’une ferme.

.

L’itinéraire du GR10 remonte maintenant en direction du Nord pour retrouver le sentier de l’aller.

.

.

Jonction des itinéraires de montée et de descente (270m).

.

.

Retour à la voiture après 2h30 de marche depuis le somme d’Iparla.

Merci à Valérie et Florence pour cette belle journée passée ensemble.

.

La lune au départ de Pau ce matin, elle est jolie mais elle aurait dû être beaucoup plus belle si j’avais mis les bons réglages surtout en NEF, les reflex sont des usines à gaz et dans la précipitation, on oublie souvent l’essentiel !

Pour me rattraper, je l’ai photographiée vers 23h30 depuis chez moi, cliquer sur la photo pour voir la différence.

Focale: 700mm équivalent à 1050mm

500mm + multiplicateur 1.4= 700mm avec un APS-C= 1050mm  ISO:100  1/160 sec  F9 -2EV (format NEF).

10 réponses
  1. camox
    camox dit :

    Hello,
    Les Pyrénées c’est vraiment le Sud! La neige part vite par rapport à chez moi dans les Alpes.
    As tu déjà fais de la grimpe et de la rando dans le massif du Montserrat (Catalogne), durant l’Hiver? C’est sec ou humide (pluie, neige)?
    Merci pour ta réponse.

    Répondre
  2. Alain et Christian
    Alain et Christian dit :

    Une Ballade magnifique au cœur du pays Basque parmi tant d’autres !! . Prévoir suffisamment d’eau jusqu’au sommet.

    Répondre
  3. jean claude
    jean claude dit :

    Bonjour Mariano
    Merci pour ce beau reportage qu’il fallait faire quand il était encore temps.
    Ce couvre feu nous aura permis de redécouvrir le pays basque ou les contre forts des Pyrénées qui offrent de magnifiques points de vue
    A bientôt
    JC

    Répondre
  4. Olivier B
    Olivier B dit :

    Merci pour votre description et vos photos sur cette randonnée, cela m’a donné envie de la faire avant ce nouveau confinement. Je l’ai donc faite aujourd’hui, à l’identique, avec très peu de monde sur le parcours. C’était magnifique.
    Une précision pour ceux qui ceux qui n’aiment pas les descentes ou qui ont les genoux qui grincent, il est plus facile de redescendre par le chemin pris à l’aller que par le GR10.

    Répondre
  5. bertrand
    bertrand dit :

    Excellent, j’y étais (Iparla) le lendemain, dommage j’aurais bien voulu vous rencontrer, il y avait beaucoup moins de monde, (mais dimanche sur le Mondarrain c’était aussi blindé), le problème en pays basque maintenant c’est de se garer… On a justement parlé de vous vers le col d’Harrieta avec un couple de retraités en pleine forme, proche des 75ans (je leur en aurais donné 10 de moins) que j’ai trouvé très inspirants, j’espère pouvoir arriver à leur ressembler à leur âge, ils ont d’ailleurs traversé les Pyrénées grâce à vos topos. On vous remercie ++ pour vos très précieux conseils!

    Répondre
  6. Cordée/Clarisse
    Cordée/Clarisse dit :

    Une magnifique rando….à ma portée celle-là ! Sourire !!
    Juste un peu dommage qu’il y ait tant de monde, mais bon…..on peut comprendre le besoin d’évasion des montagnards !
    Je connais très peu le Pays Basque, mais j’espère y remédier dès que ce sera possible.
    Merci Mariano !
    Bises amicales.

    Répondre
  7. Joëlle & Jean-Mi
    Joëlle & Jean-Mi dit :

    Très belle rando que nous avons faite à de multiples reprises.
    Pour l’Irubelakaskoa, c’est quand tu voudras, nous le connaissons dans ses moindres détails.
    Amitiés de nous deux.
    Joëlle & Jean-Mi

    Répondre
  8. Olivier
    Olivier dit :

    merci Mariano pour cette belle surprise d’avoir partager une partie de cette rando dimanche ensemble !
    félicitation pour le travail soigné et courage pour continuer cette encyclopédie pyrénéenne qui est LA référence

    Répondre
  9. Serge
    Serge dit :

    Bonsoir Mariano
    Toujours aussi beau le Pays Basque
    On ne peut pas contester l’utilité des écobuages dans l’entretien de la montagne, dans la mesure ou ils sont fait avec précautions
    mais pourquoi le dimanche ?
    Amitiés
    Serge

    Répondre
  10. Colinart
    Colinart dit :

    Toujours de belles photos surtout le vautour et les milans, Nous l’avions fait partiellement il y a qq années, ça va nous donner envie d’y retourner. Bonne soirée

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Répondre à Serge Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...