Le Balaitous (3144m) par le refuge de Larribet depuis la vallée d’Arrens.

  • Déniv: +1950m – (2h15+4h00+5h00)= 11h15 – 21km – Niveau: Montagnard
  • Refuge: +600m (2h à 2h30)
  • Date: le 09.08.2020 – Hautes-Pyrénées –  Départ: Parking du plan d’Aste (1470m)

Un géant de nos Pyrénées qu’il faut gravir au moins une fois dans sa vie !

Le pic du Balaïtous avec ses 3.144m d’altitude est le premier sommet de la chaîne dépassant les 3.000 m depuis l’Océan. Il est le plus haut sommet du massif du Balaïtous, massif granitique pyrénéen se situant à la frontière entre la France et l’Espagne. Son itinéraire est long et un peu complexe après les lacs de Batcrabère. Il faut franchir dans un premier temps la brèche des ciseaux en laissant à gauche le col Noir qui est délaissé depuis plusieurs années à cause de sa pente dans les éboulis très abrupte (1 pas devant pour 2 derrière). la suite consiste à rejoindre l’abri Michaud qui est au pied de la Grande Diagonale, une nervure taillée dans la falaise presque verticale dominants des à pics vertigineux et spectaculaires qu’il faut remonter presque jusqu’à la brèche des Isards sans l’atteindre. Cette Grande Diagonale est plus spectaculaire que difficile en l’absence de neige. L’ascension se termine en utilisant les mains jusqu’au sommet (Niv: II+).

La première ascension du Balaïtous fut réalisée en 1825 par les officiers géodésiens Pierre Peytier et Paul-Michel Hossard au cours d’une mission topographique dans le val d’Azun.

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés:

  • Le Balaitous est considéré comme un des très grands sommets pyrénéens, en l’absence de neige, l’ascension par la grande Diagonale est à la portée de tout randonneur expérimenté.
  • Névé au Nord du col Noir (depuis quelques années ce col n’est plus emprunté) prendre le vallon de droite (la brèche des Ciseaux) ou par le col (Passes de la Barana) 2640m.
  • Parcours final de haute montagne, où il faut s’aider des mains (Niv: II/II+)
  • Soyez très attentifs aux chutes de pierres occasionnées par les randonneurs au dessus de vous, casque fortement recommandé !
  • Pour finir, ne négligez pas la descente depuis le Balaitous surtout si vous faites l’ascension à la journée, il vous faudra 5 bonnes heures pour revenir à la voiture après une montée de 6h00 voir plus. Pour cette raison, il est préférable de faire cette randonnée sur 2 jours et de passer la nuit au refuge de Larribet.

.

Terminus de la route sur le parking du Plan d’Aste à proximité du bâtiment du Parc national.

Randonnée faite sur 2 jours avec les amis du groupe MCS Montagne de Mazères sur Salat.

.

Traverser le pont du Gave d’Arrens et suivre le large sentier qui monte en forêt.

.

Bien lire les recommandations faites aux randonneurs.

Attention: Chiens interdits à 800m, vous rentrez dans le Parc National des Pyrénées.

.

L’arrivée au lac de Suyen après 20 petites minutes de marche.

.

La cascade de Larribet.

.

Après 45 minutes de marche, traverser le Gave d’Arrens au niveau de la cabane de Doumblas (1564m).

.

Croisement des itinéraires du HRP juste après la traversée du Gave vers 1570m d’altitude. Laisser à gauche le sentier qui monte au col de la Peyre Saint Martin et grimper à droite sur un sentier bien marqué en direction de l’Ouest.

.

Après 20 minutes de montée dans la forêt, nous traversons un petit vallon verdoyant rive gauche du Gave

.

On aperçoit déjà au loin le refuge de Larribet et le sommet du Balaitous tout en haut à gauche, il parait encore bien loin !

.

Après avoir avoir passé rive droite au niveau de la Toue de Larribet (1798m),

nous arrivons au refuge de Larribet après avoir contourné un ressaut sans difficulté.

.

Refuge de Larribet (2065m) compter entre 2h et 2h15 depuis le départ.

.

Depuis le refuge, suivre le sentier bien marqué en direction des lacs de Batcrabère (Sud-Ouest).

.

Après avoir grimper un ressaut, le sentier domine le lac inférieur de Batcrabère.

.

C’est l’été !

.

L’arrivée au Lac principal de Batcrabère (2180m). 2h45 depuis le départ du Plan d’Aste dont 45 minutes depuis le refuge de Larribet.

On peut voir au loin, les 2 géants du secteur: le Balaitous et le Palas avec les 3 cols pour basculer côté espagnol.

.

L’itinéraire longe la rive droite du lac principal et grimpe à nouveau vers le premier petit lac de Micoulaou (2300m).

.

L’itinéraire ensuite, grimpe vers le Sud en passant à droite du déversoir.

.

.

Nous passons à droite du deuxième petit lac de Micoulaou mais vous pouvez aussi bien le contourner par sa gauche sans problème.

.

Derrière nous, le Palas et ses 2974m d’altitude.

.

Nous avons fait cette randonnée sur 2 jours,

départ ce matin à la frontale à 6h00 pile du matin, donc ne soyez pas étonné de voir le palas rougir au premières lueurs du soleil.

.

L’itinéraire grimpe ensuite vers le Sud dans un amas de pierres.

.

Le Balaitous parait encore bien loin . . . . .

.

A partir d’ici, vers 2400m

.

repérer en direction du Sud une brèche avec des rochers en forme de Ciseaux.

.

Remonter les éboulis en direction de la brèche avec des cairns pour vous guider.

.

La pente se redresse fortement à l’approche de la brèche des Ciseaux et du Col Noir.

.

.

Le col Noir est à gauche (2640m), mais depuis des années

ce passage n’est plus emprunté à cause des neiges tardives et surtout de sa pente très raide !

.

Nous arrivons au début du couloir des Ciseaux qu’il faut remonter sur une cinquantaine de mètres.

.

.

En l’absence de neige cette montée bien qu’elle soit raide ne présente pas de difficulté,

attention au chute de pierres si vous êtes nombreux comme nous, séparez vous en deux groupes et restez proches.

.

L’arrivée à la brèche des Ciseaux (2620m) 2h depuis le refuge et 4h depuis le Plan d’Aste.

.

Comme presque toujours, côté espagnol, c’est le grand beau !

.

Brèche des Ciseaux (2620m)

avec une randonneuse de Paris et un Basque que nous retrouverons au sommet.

.

Panorama depuis la brèche vers la Collarada (2886m).

.

Le Grand Pic d’Arriel (2824m).

.

Compter encore 2 bonnes heures pour vous hisser en haut du Balaitous.

.

Depuis la brèche des Ciseaux, 2 options:

soit descendre à gauche le long de la paroi ou comme nous à droite dans le couloir herbeux.

.

Perdre quelques dizaines de mètres de dénivelé et suivre les cairns à gauche qui passe sous le Col Noir.

.

Traverser les éboulis sans perdre trop de dénivelé pour vous diriger vers l’Abri Michaud.

.

Une grimpette à nouveau dans les blocs jusqu’à l’Abri Michaud.

.

Derrière nous la belle vue côté vallée d’Ossau avec le Pic d’Arriel (2824m) et au loin, le Pic du Midi d’Ossau (2884m).

.

Le lac du  Gourg Glacé (2420m), passage obligé pour ceux qui monte au Balaitous par les lacs d’Arriel.

.

.

Derrière nous la Brèche des Ciseaux et le col Noir.

.

L’arrivée à l’Abri Michaud (2698m) Un abri de fortune sous un gros rocher qui peut servir d’abri en cas d’orage ou pour y passer la nuit avant l’ascension de la grande diagonale. 2h30 depuis le refuge et 4h30 depuis le Plan d’Aste.

.

Après l’abri Michaud, il faut remonter un large couloir d’éboulis.

.

.

Les vues durant toute la montée de la grande diagonale sont très spectaculaires !

.

Nous n’avons pas parlé du temps depuis ce matin, mais il est instable et côté Français,

les nuages menacent avec des couleurs pas très encourageantes !

.

Côté des Hautes-Pyrénées, ce n’est pas mieux, il pleut même au loin !

.

Vers 2845m, un petit replat pour une petite pause,

juste avant le début de cette longue vire qui va nous propulser jusqu’en haut du Balaitous.

.

De belles couleurs mais pas très rassurant pour la suite.

.

Cette vire est étroite au départ mais même si elle peut impressionner,

cette grande diagonale en l’absence de neige ne présente pas de difficulté si ce n’est les éventuelles chutes de pierres.

.

Portez votre casque et crier très fort “PIERRE” si une pierre se dérobe sous vos pieds,

malheureusement certaines personnes pas habitués à ce genre de terrain, ne disent rien !

.

.

.

.

La vue en contrebas sur les lacs d’Arriel.

.

Magnifique !

.

L’arrivée à proximité de la brèche des Isards qu’il ne faut pas atteindre.

.

Vers 3060m, 30m avant la brèche des Isards,

.

continuer sur la droite pour traverser en dévers (Sud-Est) puis commencer à grimper sur la gauche en utilisant les mains.

.

Niveau II+.

.

A vrai dire l’on peut grimper un peu partout, le niveau d’escalade reste facile avec du II et II+.

.

.

.

Les vues derrière nous sont incroyables !

.

Le dernier couloir à escalader avec un petit passage qui peut poser problème pour les petits gabarits.

.

.

L’arrivée sur la crête.

.

Une vue à tomber !

.

Après le dernier couloir, le sommet n’est plus qu’à quelques mètres.

.

La pluie du côté du Pic du Midi de Bigorre.

.

Tout le groupe au sommet du Balaitous (3144m) 4h depuis le refuge et 6h depuis le parking du Plan d’Aste.

Bravo à toute l’équipe et surtout aux filles qui ont assurées !

.

Voir les 4 Panoramas dont 1 annoté + le lever de soleil depuis la cime en 2010

Panorama vers l’Est.

.

Annick au sommet du Balaitous.

.

La vue sur le lac du Tech (2.000m plus bas).

.

Le glacier de Las Néous.

.

Panorama vers la Sierra de la Partacua et la Collarada (2886m).

.

Vers les Posets (3369m).

.

Le massif du Vignemale (3298m).

.

Nous avons beaucoup de chance avec le temps, pourvu que ça dure !

.

.

La vue depuis le sommet sur le lac de Batcrabère (1000m plus bas).

.

La vue sur le refuge de Larribet.

.

Des vues vertigineuses !

.

Les lacs d’Arriel avec au premier plan, l’Ibón Chelau appelé aussi Gourg Glacé.

.

Le retour.

.

Revenir par le même itinéraire jusqu’au pied de la brèche des Ciseaux.

.

La partie en devers où il est préférable de s’aider des mains, mais rien de bien méchant.

.

.

La descente de la grande diagonale.

.

.

Des vues à couper le souffle !

.

Les lacs de Batcrabère.

.

Oui, il n’y a pas que les mains pour s’aider, les fesses dans ce genre de couloir c’est bien aussi !

.

.

Nous croisons quelques montagnards qui montent au Balaitous.

.

.

.

Hélène et Jean-Michel à la fin de la grande diagonale.

.

Annick a oublié ses bâtons !

Pour une sortie de ce genre, c’est un peu ballot, mais elle a assuré comme toujours.

.

Depuis l’Abri Michaud,

nous descendons dans les éboulis pour remonter à la brèche des Ciseaux ou au Passes de Barane.

.

Nous sommes revenus par le même itinéraire que la montée, la trace Gps de ce topo, passe au retour par le col (Passes de la Barane), je l’ai fait volontairement pour qu’en cas de brouillard ou de neige côté brèche des Ciseaux, vous pourrez revenir par ce col où la pente est légèrement moins abrupte.

.

A vous de choisir ?

.

Nous remontons le couloir le long de la paroi contrairement à la descente où nous avions pris le couloir herbeux.

.

La brèche des Ciseaux (2620m) 2h depuis le sommet.

.

Les nuages cette fois-ci sont de plus en plus menaçants . . . . . . .

.

La descente du couloir sous la pluie !

.

Une pluie fine qui n’a durée que 10 petites minutes.

.

La vue sur le sommet du Balaitous avec le col Noir sur notre droite.

.

La descente vers les lacs de Batcrabère dans les éboulis avec des cairns un peu partout !

.

Le passage à gauche du déversoir.

.

Puis l’arrivée au lac principal de Batcrabère.

.

Un peu avant le grand lac de Batcrabère,

pluie pendant 30 minutes dont 10 minutes de grêle avec pour couronner le tout, des éclairs !

.

Je ne vous cache pas que j’ai vite protégé mon appareil photo au fond du sac, donc pas de photos, désolé !

Gore-Tex, protège sac et bonnet sur la tête pour amortir les grêlons !

.

Retour au refuge de Larribet avec à nouveau le ciel bleu !

.

Nous avons mis 4h00 depuis le sommet du Balaitous,

compter plutôt 3h30 pour ceux qui ne sont pas en groupe et qui ont l’habitude de ce genre de terrain.

.

Retour à la voiture.

.

La cabane de Doumblas.

.

Le lac de Suyen (1560m).

.

Retour au parking du Plan d’Aste (1470m) 5h00 depuis le sommet.

Merci à Robert et à son équipe de MCS Montagne pour m’avoir invité, toujours un grand plaisir de randonner avec eux.

.

Le topo de la randonnée au Balaitous par Arrémoulit (année 2010) +2400m – 13h00 – 26km