Select Page

Grues Cendrées

Les Grues Cendrées

La grue cendrée a le plumage gris ardoisé, avec des plumes noires ou noir bleuâtre sur les primaires et les secondaires. On peut voir une tache rouge, un morceau de peau nue au sommet de la calotte. Le haut du cou, la gorge, le front et la nuque sont noirs. Une tache blanche démarre des yeux et s’étend jusque vers l’arrière du cou.
Le long bec est gris avec un peu de rougeâtre à la base. Les yeux sont rouges. Les longues pattes et les doigts sont noirs. On distingue trois longs doigts, le quatrième est insignifiant.
Les deux sexes sont semblables. Le juvénile est légèrement plus petit que les adultes. Il a la tête emplumée de couleur châtain clair.

.

Le cri de la grue cendrée est un « krooh » perçant et nasillard portant loin. Sur les aires de reproduction, les adultes émettent des duos plus musicaux.

.

La grue cendrée se reproduit dans les fondrières, les landes de bruyères humides et les marais d’eau douce peu profonds, ainsi que dans les forêts marécageuses.
Elles hivernent dans les campagnes ouvertes, près des lacs et des marais, ou plus loin dans les zones cultivées.

.

La grue cendrée est active à l’aube, avec des mouvements de groupes spectaculaires au lever du soleil. Elles glanent dans les champs et les zones cultivées jusqu’au crépuscule. Ensuite, elles retournent au dortoir, toujours en criant, et restent en groupes la nuit. Tout en se nourrissant, elles effectuent une sorte de danse, comme pendant la période nuptiale.
Les parades nuptiales commencent en février sur les zones d’hivernage, avec un maximum en mars. La grue cendrée marche avec des pas rapides et courts, les ailes semi-ouvertes, décrivant des cercles sur le sol. Elles se font des courbettes face les unes aux autres, sautant d’un côté à l’autre tout en attrapant n’importe quel objet sur le sol, le lançant ensuite en l’air tout en sautant.
La grue cendrée est monogame et le couple est uni pour la vie. Pendant la saison nuptiale, cet oiseau grégaire devient territorial et niche en solitaire dans des zones humides ou boisées, ou sur un îlot afin de se protéger des prédateurs.

.

Le vol : Les grues volent cou et pattes tendus, et en vol migratoire souvent en grands groupes, et en formation (ligne, V), le groupe est alors guidé par un individu qui une fois fatigué prend place à l’arrière. Leur vol est lent et puissant, souvent avec quelques battements suivis d’un court vol plané. Les permutations sont assez fréquentes. Les grues peuvent voler très haut et sur de longues distances.

.

La grue cendrée est omnivore. Pendant l’hiver, elle se nourrit davantage de végétaux.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Migration dans les Pyrénées (Novembre 2017).

Voir le Bivouac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bivouacs dans les Pyrénées

Liste des Topos et Randonnées Météo Montagne  

    refuges dans les Pyrénées

Cartographie TopoPyrénées

Les Sentiers de la Mer

Les sentiers de la Mer

S’abonner aux articles

Nombre d'abonnés inscrits à ce jour:

Contact Mail