Trek de 3 jours au refuge de la brèche de Roland par la vire des Fleurs et la vire de l’Escuzana depuis le village de Gavarnie

Circuit de 3 jours en boucle autour du Cirque depuis le village de Gavarnie

+2660m de dénivelé pour 37km en 16h00 (3 jours) 2 nuitées

Magnifique trek de 3 jours en plein cœur du cirque de Gavarnie avec la montée par l’échelle des Sarradets au refuge de la brèche de Roland pour le premier jour, le fabuleux parcours le lendemain de la vire des Fleurs (Faja de las Flores), l’ascension de l’Escuzana, le parcours de la Faja Escuzana et le retour au refuge des Sarradets. Le 3em jours, après une bonne nuit au refuge de la brèche de Roland ou par un joli bivouac (Air de bivouac à proximité du refuge), retour au village de Gavarnie par le plateau de Bellevue (Nuitée au refuge des Sarradets 2587m).

Circuit de: 2 jours depuis le col des Tentes/ 3 jours depuis le col des Tentes/ 4 jours depuis les Gloriettes

.

_ _ _ Google_Earth_logo

Les Panoramas du circuit:

_ _ __ _ _

Depuis le 9 février 2022 (date d’entrée en vigueur du décret), les règles concernant le bivouac au sein du Parc ont changées !

.

Les règles concernant la pratique du bivouac au sein du Parc national d’Ordesa et du Mont Perdu ont évoluées depuis la parution fin janvier 2022 d’un décret du gouvernement de la Province d’Aragon mettant en application les mesures prévues de longue date dans le Plan Directeur d’Utilisation et de Gestion (PRUG) du Parc national.

Pour ceux qui ne seraient pas au courant de la nouvelle réglementation du Parc National d’Ordesa/Mont Perdu concernant le bivouac, sachez que les gardes espagnols du Parc National d’Ordesa sont très sévères, ils ont déjà énormément verbalisé durant l’été 2021 et ils vont continuer à tourner dans les prochaines années. Les amendes sont très élevées ! Lire ce qui suit . . .

Réglementation bivouac Parc national d’Ordesa et du Mont Perdu

Depuis le 9 février 2022 date d’entrée en vigueur du décret (voir Ici), les règles du bivouac au sein du Parc sont désormais les suivantes :

  • Secteur Ordesa : Bivouac ou camping de nuit strictement interdit, sauf autour du refuge de Goriz, où le bivouac sera possible uniquement si le refuge est plein (et dans la limite de 90 personnes et de 3 nuitées maximum). A partir du 1er janvier 2024, cette limite de 90 personnes sera abaissée à 50 personnes.
  • Le bivouac autour du refuge de Goriz sera payant (15 € / adulte et 7 € / enfant de moins de 14 ans) … et réservation obligatoire en ligne auprès du refuge (ou par téléphone pour de la « dernière minute »).
    Les infos actualisées et détaillées sont désormais disponibles sur le site internet du refuge de Goriz : https://www.goriz.es/

Pour les autres secteurs du Parc national, le bivouac restera possible dans les mêmes conditions qu’auparavant

  • Secteur Anisclo : bivouac autorisé du coucher au lever du soleil, au-dessus de 1650m d’altitude (Fuenblanca)
  • Secteur Escuain : bivouac autorisé du coucher au lever du soleil, au-dessus de 1800m d’altitude (La Ralla)
  • Secteur Pineta : bivouac autorisé du coucher au lever du soleil, au-dessus de 2550m d’altitude (Balcon de Pineta) Maximum trois nuits consécutives sur le même secteur.

Les termes « vivac » et « acampada nocturna » sont définis avec précision en page 82 du PRUG (Voir Ici):

Les espagnols entendent par « bivouac », le fait de dormi léger, à la belle étoile (avec ou sans équipements) et par « acampada nocturna » de dormir sous tente, texte issu du PRUG (page 82) :

Vivac y acampada nocturna. Se entiende por vivac la actividad de dormir o descansar durante la noche al raso o intemperie, usando o no elementos de abrigo, como saco de dormir o funda de vivac o los medios que proporciona el entorno sin alterarlo. Se entiende por acampada nocturna, la modalidad de pernocta que consiste en instalar una tienda de campaña ligera al anochecer para levantarla al amanecer, entendiendo por tales desde una hora antes del ocaso hasta una hora después del orto del día siguiente.

Cela veut dire tout simplement que depuis le 9 février 2022 (date d’entrée en vigueur du décret) le bivouac en tente ou même à la belle étoile avec un simple sac de couchage, est totalement interdit sous peine d’amende.

Merci à Julien.L de l’Office de Tourisme des Vallées de Gavarnie de m’avoir prévenu de ce changement.

.

Plus d’information dans le Journal officiel d’Aragon Faire la traduction avec Google (Clic droit: traduire en Français)

.

Difficultés: Itinéraire de haute montagne, demande de l’expérience (Niv Montagnard)

  • Période conseillée début Juillet, mi-Octobre en sachant que début juillet les crampons/piolet peut-être utiles. 
  • 1er jour: Contrairement à certains préjugés, l’itinéraire de l’Echelle des Sarradets ne présente pas de difficultés dans le sens de la montée et par jours de beau temps. Ne pas faire cet itinéraire par temps de pluie, prendre la variante par le plateau de Bellevue pour grimper au refuge de la brèche de Roland.
  • 2em jour: Passage aérien équipé d’une chaîne pour le passage du Pas des Isards, si non pas de difficultés particulières en l’absence de neige et pour ceux qui n’ont pas le vertige, passage aériens dans les 2 vires mais sans danger si vous ne vous approchez pas du vide. La montée au sommet de l’Escuzana ne présente pas de difficulté. Longue randonnée de 8h00 sans les pauses.
  • 3em jour: Aucune difficulté pour descendre au village de Gavarnie par le plateau de Bellevue.

.

Les temps sont donnés sans les pauses et sans courir (compter 1h à 2h de plus avec les pauses)

  • J1 Village de Gavarnie – Refuge de la brèche de Roland par l’Echelle des Sarradets: +1220m/-20m – 7km (4h30)
  • J2 Refuge de la brèche de Roland – Faja de las Flores – Punta et vire de l’Escuzana: +1420m/-1410m – 22km – (8h30)
  • J3 Refuge de la brèche de Roland – Village de Gavarnie par le plateau de Bellevue:+20m/-1230m – 8km (3h00)
La suite du Topo . . . . . . . . . .

Étape n°1: +1220m/-20m 7km (4h30)

Depuis le village de Gavarnie, suivre l’itinéraire normal du Cirque de Gavarnie (Plein Sud).

.

Après l’Hôtel du Cirque (1580m),

traverser le gave par la passerelle qui se trouve à droite, puis rejoignez le fond du cirque à droite.

.

La montée au refuge de la brèche de Roland par l’échelle des Sarradets est assez impressionnante vue d’ici !

.

Je vous rassure, par temps sec, cette montée n’est pas dangereuse (voir le topo en détail de cette montée Ici) La montée se fait sur des marches naturelles dans la roche que l’on appellent échelles, il faut vraiment être au pied des échelles pour voir l’itinéraire qui est très bien balisé en jaune et rouge dans sa première partie.

.

Les vues sur le cirque de Gavarnie sont vraiment de toute beauté.

.

Après l’échelle des Sarradets,  une petite montée où il faut mettre les mains sur 3m (rien de bien difficile),

l’itinéraire se poursuit sur un sentier bien marqué.

.

Le sentier ensuite monte énergiquement vers le refuge des Sarradets (Ouest) dans un cadre exceptionnel.

.

L’arrivée au refuge des Sarradets (2587m) avec la brèche de Roland (2807m) et le Taillon (3144m).

.

La zone de bivouac est juste avant le refuge des Sarradets.

.

2em jour: +1420m/-1410m – 22km – (8h30 sans les pauses)

Depuis le refuge s’élever en direction du Sud vers la Brèche en suivant la sente dans la pierraille.

.

La barre transversale franchie,

on aborde le glacier dont la pente est modérée et l’état très variable suivant la saison.

.

La brèche de Roland est une impressionnante trouée naturelle de 40 m de large et de 100 m de haut s’ouvrant dans les falaises situées au-dessus du cirque de Gavarnie dans les Pyrénées. Située à une altitude de 2807 m, elle marque la frontière entre la France et l’Espagne.

.

De la brèche de Roland, descendre vers le Sud-Est en longeant les murailles du versant Sud pour accéder au passage du Pas des Isards, mince corniche équipée d’un câble auquel on se tient pour traverser ce pas. Après le pas des Isards, quitter l’itinéraire du Casque et de la Tour du Marboré pour descendre à droite en direction du Sud (itinéraire du refuge de Goriz qui passe par la grotte de Casteret).

.

La grotte de Casteret que l’on ne peut plus visiter.

.

Après avoir longé l’entrée de la grotte de Casteret, l’itinéraire descend au col du Descargador (2500m).

.

Depuis le col, laisser à gauche le sentier qui file vers l’Est au refuge de Goriz,

pour suivre le sentier qui descend vers l’Ouest à la Plana de Narciso.

.

Depuis ce grand plat herbeux, l’itinéraire file plein Sud vers l’entrée de la vire des Fleurs.

.

.

Laisser à gauche le beau cirque de Cotatuero et ses belles cascades pour s’engager vers l’entrée de la vire des Fleurs.

.

La Faja de las Flores, la plus prestigieuse de toutes, est une corniche naturelle qui longe sur 3,7km une partie du canyon,

elle relie le cirque de Cotatuero au cirque de Carriata à 2400m d’altitude.

.

Ce type de vire est généralement calée sur un interstrate où la roche est plus fragile,

créant ainsi une érosion (différentielle), un creusement vis à vis des roches plus compactes autour.

.

Perchée à 2400m, sans être dur ni technique . . . .

.

L’ambiance est prenante, mais tu n’as pas droit à un seul faux pas, sinon c’est presque 1.000m de vide tout droit !

.

Une grande pierre détachée et posée en oblique marque la fin des 3,7km de vire.

.

 Secteur Aguas Tuertas (2350m) compter 3h 45 sans les pauses depuis le refuge des Sarradets.

.

Depuis le secteur de Aguas Tuertas,

suivre la sente qui monte dans un premier temps vers le Sud-Ouest, puis vers 2400m en direction du Nord-N.O.

.

Après 1km, le sentier monte dans la pierraille en effectuant quelques lacets jusqu’au col de l’Escuzana.

.

Col de l’Escuzana (2729m) 1h depuis le départ de Aguas Tuertas.

.

Depuis le col, remonter la crête du versant Nord sans aucune difficulté jusqu’au sommet:

Panorama sur 360° de l’Escuzana (2847m):

Revenir au col de l’Escuzana et descendre sur le sentier bien marqué dans les éboulis.

Le sentier plonge vers le début de la faja de l’Escuzana (Nord-N.O).

.

Début de la vire.

.

Suivre la vire sur 1km qui est vertigineuse mais pas dangereuse.

.

Vers le massif du Vignemale (3298m).

.

.

Rejoindre le col de la Forqueta pour basculer ensuite sur le vallon de Lapazosa.

.

Aucune difficulté sur tout le parcours de la vire si ce n’est au début où il faut s’aider des mains sur un petit passage de 2m.

.

Le sentier descend dans le vallon de Gabieto pour remonter au col de la Forqueta.

.

.

La vue sur la vire depuis le col de la Forqueta.

.

Depuis le col de la Forqueta (2516m),

descendre un couloirs assez raide mais sans difficulté, puis suivre le sentier dans la pierraille (Nord-N.E).

.

L’itinéraire arrive au Port de Boucharo.

.

Depuis le Port de Boucharo (2271m), laisser la piste qui va au col des Tentes (Nord)

et prendre le sentier de droite qui file vers l’Est.

.

Marcher les 2km de distance presque à plat jusqu’à la bifurcation des itinéraires.

.

Depuis la bifurcation des itinéraires (2430m), prendre la sente qui monte à droite vers la cascade.

Demain, il faudra revenir ici en prenant le sentier qui descend au plateau de Bellevue.

.

La traversée de la cascade, puis la montée au col des Sarradets (Sud-Est).

.

Retour au refuge de la brèche de Roland (2587m)

Compter entre 8h00 et 10h00 depuis le départ ce matin (pauses comprises)

.

3em jour: retour au village de Gavarnie par le plateau de Bellevue: +20m/-1230m – 8km (3h00)

Depuis le refuge de la brèche de Roland, descendre au col des Sarradets.

.

Après avoir traversé la cascade,

depuis la bifurcation des itinéraires (2430m), prendre la sente qui descend vers le Nord.

.

Aucune difficulté par beau temps.

.

.

Récupérer le sentier qui descend du vallon et de la cabane du Soldat (1954m)

et continuez à descendre le long du vallon jusqu’au plateau de Bellevue.

.

Vue magnifique sur le Cirque de Gavarnie depuis le plateau de Bellevue.

.

Retour au village de Gavarnie.

Important, à lire:

  • Toute personne désirant faire ce trek de 3 jours, doit avoir les compétences techniques indispensables pour pratiquer l’activité concernée.  Les traces Gps ont été faites sur le terrain et vérifiées par moi-même. Malgré ces vérifications et contrôles effectués, ne pas leur accorder une trop grande précision (à prendre à titre indicatif). Je ne pourrai être tenu responsable des risques d’accidents encourus par les lecteurs utilisant les traces gps et décline toute responsabilité dans l’hypothèse d’un accident sur les Topos et Itinéraires suggérés dans ce site web.

Informations importantes:

  • Refuge des Sarradets (2587m): 06.83.38.13.24
  • Possibilités d’hébergement avant la randonnée: dans le village de Gavarnie: Gîte le Gypaète (05.62.92.40.61) que je vous recommande et le Chalet la Grange de Holle (05.62.92.48.77) Attention dans le cas où vous voudriez modifier l’itinéraire et partir depuis le village de Gavarnie, le parking est payant à la journée et sur 4 à 5 jours ? ? ?

Les Points d’Eau:

  • En période de sécheresse, vous ne trouverez pas d’eau sur les parcours, prévoyez de prendre suffisamment d’eau pour la journée au départ du refuge des Sarradets. .

.

Tous les topos dans le secteur de Gavarnie/Ordesa

17 réponses
  1. Julien GAUDOU
    Julien GAUDOU dit :

    Rando réalisée les 28 et 29 aout 2021
    Version écourtée de la boucle (2 jours), depuis le col des tentes, dans le sens escuzana, bivouac à aguas tortes, retour par les vires des fleurs puis la brèche de Roland. En effet, il y a de l’eau à aguas tortes, en suivant ta trace Mariano on atterrit trop loin côté sud, il faut remonter le plateau, jusqu’au petit cirque (en direction du pico blanco) pour la trouver, il y a des petits filets d’eau, très bonne. Des isards partout, lesquels s’étaient habitués à nous et ne fuyaient pas le lendemain matin, génial (ah, un monde sans chasse…)
    De nombreux endroits pour bivouaquer (à aguas tortes) mais aussi 4 ou 5 dans la vire (ambiance…).
    La vire des fleurs, parlons en, c’est un passage irréel, de ces moments dans la vie où l’on se dit qu’elle vaut le coup d’être vécue pour ça, pour ces moments là. On se sent au-dessus de tout, au-dessous, à côté, il n y a pas de mots.
    Du côté des lapias de Millaris (que nous avons contournés), il ne semblait pas y avoir d’eau, à confirmer.
    Depuis le dernier replat, nous avons préféré monter tout droit vers la brèche (plutôt que passer à droite par le col puis le pas des isards). Pas de souci mais il faut bien prendre à gauche au milieu de la montée, plutôt qu’à droite pour ne pas atterrir au dessous du pas des isards (à tester mais cela semble compliqué).
    Arrivés à la brèche de Roland, un dimanche avant la rentrée, des centaines de pélerins à l’aise comme au centre commercial de Toulouse, pour nous fin de la partie.
    En tout cas une des plus belles rando qu’il m’ait été donnée de parcourir dans les Pyrénées depuis 25 ans, toutes les demies heures un nouveau paysage, une nouveauté et les vires semblent irréelles, un régal! Une fois de plus merci beaucoup Mariano, ton tracé et tes conseils sont précieux pour aider à nous sécuriser sur ces randonnées.

    Répondre
  2. Kefane
    Kefane dit :

    Bonjour, merci pour cette rando très détaillé et très bien illustrés avec ces belles photos. Pensez-vous qu’il est possible de faire ce trek mi juin ? Merci encore. Bonne journée

    Répondre
  3. Guy
    Guy dit :

    Bonjour,
    Nous venons de réaliser début septembre cette magnifique randonnée. D’accord avec Lionel, pas si facile. Il y a de l’eau au refuge des Sarradets malgré qu’il soit fermé (robinet derrière le bâtiment) et eau sans problèmes à Aguas Tuertas (petit torrent bien alimenté à côté du bivouac). Quelques suintements utilisables sur Escuzana. Dans le sens décrit un bout de corde peut aider certaines personnes avec un sac lourd dans les passages en désescalade qui sont quand même assez faciles (il y a un piton au sommet de celui d’Escuzana). Dans ce sens le col de la Forqueta n’est pas facile du tout à repérer; Il y a des cairns n’importe où et qui ne servent à rien. L’idéal est l’altimètre ou le point GPS
    Merci pour ce site qui est très bien fait

    Répondre
  4. Lionel
    Lionel dit :

    Superbe trek je recommande, mais il faut tout de même un très bon niveau, et ne pas avoir la peur du vide. De nombreux passages nécessitent la pose des mains. Le chemin pour le col de la Forqueta n’est pas facile à suivre, mais il y a des flèches blanches de temps à autre.
    Sensations garanties !

    Répondre
    • florian
      florian dit :

      bonjour,
      merci pour cette superbe randonnée malgré une fin de dernière étape sous la pluie hier. Etant plutôt des sportifs randonneurs que des montagnard, nous nous sommes plantés quelques fois de sentiers notamment entre le pas des isards et la grotte ou l’itinéraire dans les éboulis n’est pas évident. Sinon pas de difficulté ni zone dangereuse.
      Pour l’eau , il y a un ruisseau a Aguas tuertas. il faut juste les pastilles.
      cordialement,
      florian

      Répondre
  5. tatiana
    tatiana dit :

    Bonjour Mariano, Un grand merci pour cette fantastique rando de 3 jours!!! Paysages spectaculaires et variés et une belle découverte de PN d’Ordesa.
    Tatiana

    Répondre
    • Alexandre
      Alexandre dit :

      Bonjour Tatiana, je vais m’engager dans ce trek lundi mais j’ai un doute sur le ravitaillement en eau, ou avez vous pu vous ravitailler ? Car le refuge des sarradets est fermé par exemple… Merci pour votre aide !! Alexandre.

      Répondre
      • Mariano
        Mariano dit :

        Au refuge des Sarradets, il suffit de descendre dans le ruisseau qui se trouve derrière (Nord) côté Pic des Sarradets et si vous bivouaquer dans l’air du bivouac du refuge des Sarradets en montant par l’échelle des Sarradets, vous aurez sur la droite de la zone de bivouac un ruisseau.
        Ensuite après la brèche de Roland en fonction des années c’est assez difficile à dire, il y a actuellement encore de la neige, donc à mon avis vous devriez en trouver assez facilement.
        Bonne randonnée

        Répondre
  6. yves Darmendrail
    yves Darmendrail dit :

    Bonjour Mariano,
    Pour quelqu’un qui marche assez bien et qui est habitué a la haute montagne et surtout a qui c’est difficile d’avoir 3 jours de suite je pense que l’on peut faire les 2 premières étapes en un seul jour.
    Peut tu me confirmer mon point de vu ?
    C’est toujours un plaisir de visionner tes topos.
    Sportivement, Yves

    Répondre
    • Mariano
      Mariano dit :

      Bonjour Yves,
      Oui, bien sûr, la 1er et la 2em étape peuvent se faire en une journée: +1700m/-720m pour 17km et en 8h00 sans les pauses.Mais pour ceux qui viennent dans la région, il est préférable de le faire en 3 jours pour prendre le temps d’admirer le paysage.
      Bonne soirée
      Amicalement
      Mariano

      Répondre
  7. Fouert
    Fouert dit :

    Bonjour Gavarnie une merveille des Pyrénées Cirque Casque Brèche etc…
    Il faut choisir la période la plus calme .Beaucoup de monde mais que faire?
    Belles images Bravo et Merci

    Répondre
  8. Jean-Yves
    Jean-Yves dit :

    Les images sont très belles, j’aime pouvoir en produire des semblables (je n »ai pas dit identiques), le site est une référence où je m’imagine régulièrement.

    Répondre
  9. francis
    francis dit :

    Bonsoir Mariano
    Superbe trek pour admirer ce beau site de Gavarnie.
    Grandiose,les images défilent et me rappellent de
    merveilleux souvenirs.Un beau contraste entre le nord
    et le sud.Des photos sublimes un vrai paradis!!
    Merci Mariano.
    Amitiés. Francis.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...