Amour Maternel

Le randonneur, dans les Pyrénées, a souvent des moments rares sous les yeux. Un lever de soleil exceptionnel, un point de vue d’une grande beauté, des contrastes de couleur inspirants, des rencontres avec les animaux, domestiques ou sauvages, aux moment les plus inattendus, aujourd’hui avec Bernard de retour du sommet du Taillon (3144m), nous avons assisté a une scène rare.

.

C’est dans le massif de Gavarnie, aux Espécières, que se passe la scène. Ensemble, moutons, blondes d’Aquitaine et vautours fauves ont décidé de jouer une pièce de théâtre sobre, silencieuse, respectueuse et dramatique au final. C’est à celui qui intimidera le plus l’autre…

Un jeune veau vient de mourir. Il est allongé sur l’estive.

.

Déjà près de 50 vautours sont posés non loin du jeune veau mort.

.

.

Les premiers vautours s’approchent.

.

.

Des vieux mâles dominants probablement.

.

Ils se préparent à dépecer la pauvre bête.

.

.

.

.

.

.

Il leur faut d’abord déterminer,

.

par des danses d’intimidation, à qui reviendra l’honneur de démarrer la curée.

.

.

Et parfois avec de violents coups !

.

.

.

.

La plupart, sachant que cela est peine perdue pour eux, sont en retrait, aux loges des spectateurs.

.

Le Festin peut alors commencer . . . . . .

.

A ce moment là,

.

un premier mouton, suivi d’un deuxième, approchent du veau mort.

.

Ils n’ont pas peur des vautours et viennent se positionner à quelques mètres d’eux.

.

Puis s’approche à 10 centimètres de leur bec.

.

Pas de cris, pas de mouvement brusque. Les vautours interloqués font face aux moutons et arrêtent net la sale besogne de dépeçage qu’ils s’apprêtaient à entreprendre.

.

Ils arrivent même a faire fuir un des vautour, incroyable mais vrai !

.

.

Arrive à ce moment-là une première vache.

.

Certainement la maman.

.

suivie d’une autre et, de tout un troupeau pour finir.

.

.

Majestueuses, elles se dirigent lentement vers les vautours qui se font face à face.

.

Devant une telle « pression », calme et contenue,

.

 les vautours reculent de quelques mètres, mais pas plus.

.

Elle se positionner juste au-dessus du veau décédé. De ses 4 pattes, elle l’isole totalement, baisse la tête et fait face aux vautours.

.

A nouveau, tout dans l’intimidation. Pas de geste dérangeant, pas de meuglement intempestif.

.

.

Le reste des animaux observent la scène tragique.

.

.

.

Malgré la présence des vaches, les vautours ne cèdent pas !

.

La Mère vient rendre un dernier hommage à son enfant.

.

.

.

.

.

les autres vaches et moutons s’en retournent.

.

Les vautours attendent calmement que la Mère accepte le sort réservé à son petit. Ils savent qu’elle finira par « lâcher prise ». Ils sont patients. Terriblement patients.

.

La montagne, c’est aussi cela…

Texte de Bernad Boutin et Mariano (Photo Mariano)

Voir le même article sur Alternatives Pyrénées

Retour-Haut-de-Page

12 réponses
  1. Jean-Marie GRAS
    Jean-Marie GRAS dit :

    Très beau reportage Mariano. C’est vrai qu’il s’agit là d’un moment très particulier dans la montagne auquel tu as assisté. Bonne idée en tout cas de nous le faire partager jusqu’ici dans la vallée de l’Orne.
    Merci Mariano et bisous à Marinette de notre part.
    Evelyne et Jean-marie.

    Répondre
    • Mariano64
      Mariano64 dit :

      Bonjour Perrier,

      Merci pour vos compliments et votre commentaire

      Pour l’écriture, le texte est écrit à 80% par mon ami Bernard Boutin, merci à lui.

      Amicalement

      Mariano

      Répondre
  2. janine caizergues
    janine caizergues dit :

    quand on dit que les animaux ne sont pas intelligents!!!!quel bel exemple pour les hommes.
    merci Mariano de nous faire vivre de si beaux moments
    c’est triste mais tellement émouvant.

    Répondre
  3. Laurent
    Laurent dit :

    Bonjour Mariano
    Très beau reportage de cette scène tragique de la mort du petit veau. Il faut être la au bon moment pour faire ces photos.
    Amitiés
    Laurent

    Répondre
  4. fouert
    fouert dit :

    Merci pour les images.Ma pensée va surtout aux propriétaires des vaches,brebis etc qui sont tuées en montagne.Tout le monde doit manger OK L’Etat rembourse les propriétaires (à voir combien).Il vaut mieux être rapace que mouton.Les rapaces sonts protégés,pas les animaux.
    Excuses pour ma façon de voir cela.Bonne journée

    Répondre
  5. serge
    serge dit :

    Bonjour Mariano
    comme je le dis souvent
    la nature est bien faite: mis a part l’homme
    dans ce cas là le malheur de la vache fait le festin des vautours
    et la montagne reste propre.
    très beau reportage.
    cordialement
    Serge

    Répondre
  6. Jacques ROBERT
    Jacques ROBERT dit :

    Bonjour Mariano,
    Les images sont splendides et la loi de la nature parle d’elle-même, il n’y a rien à rajouter.
    C’est une chance que de se trouver à ce moment là, en temps que spectateur, mais cela fait aussi partie des imprévus que la montagne nous réserve.
    Merci de nous faire partager ces instants rares et votre passion des Pyrénées.
    Amicalement

    Répondre
  7. bernard boutin
    bernard boutin dit :

    Un grand moment de découverte de psychologie animale, passé ensemble. Merci Mariano de le retranscrire sur ton site (dont j’use et j’abuse dans mes randos pyrénéennes !!!). Bien à toi. Bernard

    Répondre
  8. Françoise
    Françoise dit :

    Bonjour Mariano
    C’est une scène tragique que la mort de ce petit veau , que ses congénères essaient de protéger contre les rapaces( qu’ils ont l’air de bien connaitre….)
    Belles images et beau texte
    Merci Mariano
    Amitiés
    Françoise

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...