Réserve Naturelle d’Arjuzanx (Migration des Grues Cendrées)

Chargement de la carte, merci de patienter...

.

Panorama à 360° depuis le lac

.

La Grue cendrée est l’un des plus grands oiseaux d’Europe. Une envergure de 2 m à 2,40 m pour un poids de 4 à 6 kg font d’elle, un oiseau imposant. Son nom de « cendrée » lui vient de sa couleur à dominante grise, couleur cendre, relativement uniforme. L’oiseau adulte présente une tête contrastée entre noir et blanc. Une calotte rouge située au sommet de la tête est également plus ou moins visible selon la saison. Cette zone n’est pas constituée de plumes rouges, mais au contraire, résulte d’une absence de plume. La couleur rouge est due aux vaisseaux sanguins particulièrement nombreux à cet endroit et qui affleurent sous la peau. La couleur est donc plus marquée et la zone plus étendue à l’approche de la période de reproduction, période d’excitation sexuelle. La « queue » en panache n’est en réalité que l’extrémité des rémiges (plumes des ailes) qui dépassent. La véritable queue est en réalité très courte et n’est visible que lorsque l’oiseau est en vol. Le jeune né dans l’année est différent car entièrement brunâtre. Il acquière progressivement son plumage d’adulte.
En vol, la grue se distingue par sa silhouette en forme de « + », ses grandes pattes dépassant largement à l’arrière et son cou est tendu.

.

Espèce protégée en France depuis 1967
Vitesse de vol : 40 à 80 km/h en moyenne. Si les vents sont porteurs et puissants, la grue se déplace à plus de 100 km/h. La grue peut donc traverser la France en une journée.
Altitude de vol : de 200 à 1 500m.
Population transitant par la France : environ 360 000 individus
Population hivernant en France : environ 100 000 / 120 000 individus
Les grues transitant par la France nichent essentiellement en Suède, Finlande, Allemagne du Nord et Pologne.

.

Les Grues cendrées, nichent dans le Nord de l’Europe. A l’automne, elles se regroupent et partent pour un grand voyage allant des pays scandinaves et de l’Allemagne du Nord à la péninsule ibérique. Parce qu’idéalement situé sur le couloir de migration, les Landes de Gascogne accueillent de très nombreuses Grues cendrées en hivernage. Les sites majeurs sont la Réserve Nationale d’Arjuzanx et le Camp du Poteau à Captieux.

.

Les Grues cendrées trouvent dans le secteur d’Arjuzanx des conditions favorables à leur stationnement.

.

à la périphérie du site d’Arjuzanx,

des champs de maïs (zones de gagnage) qui leur permettent quotidiennement de s’alimenter.

.

Le long bec est gris avec un peu de rougeâtre à la base.

Les yeux sont rouges. Les longues pattes et les doigts sont noirs.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Des Palombes.

.

Une Grues Cendrée isolée au milieu des Palombes.

.

.

Palombes.

.

.

Une bergeronnette.

Retour-Haut-de-Page

En raison du nombre de places limitées, les visites guidées s’effectuent sur réservation au 05.58.08.11.52
Observation des Grues à Arjuzanx
D’octobre à février, depuis un observatoire de 15 m de haut permettant une vision panoramique des dortoirs, vous pourrez assister, en compagnie d’un guide naturaliste, au spectacle qu’offrent les milliers de Grues cendrées lors de leur retour sur la réserve ou de leur départ vers les plaines de maïs.
Les visites ont lieu tous les jours sauf les lundis et jeudis matin (en raison de comptage).
Observatoires en accès libre
Des observatoires en accès libre sont à la disposition du public afin d’assister au spectacle des Grues cendrées. Suivre les directions “undefinedObservatoire de Bedade,undefined Porte de Villenave depuis l’église d’Arjuzanx”

13 réponses
  1. BOISSIERE Denis
    BOISSIERE Denis dit :

    Magnifique reportage sur ce beau coin de France pas très loin de nos Pyrénées. Dire que c’est une ancienne mine à ciel ouvert avec une centrale électrique à proximité, superbe reconversion du site. Bien amicalement. DENIS

    Répondre
  2. Gabriele CHARVET
    Gabriele CHARVET dit :

    Magnifique reportage, c’est vrai, ça donne envie! Dommage que pour moi ce soit si loin, mais je regarde tes photos et je suis enchantée. Encore une fois tu t’es surpassé! bravo et merci

    Répondre
  3. JOAQUIN ASCASO
    JOAQUIN ASCASO dit :

    Tus andanzas no sólo son por la montaña, gracias a ello todos tus seguidores podemos disfrutar también de este gran espectáculo que nos ofrecen las grullas y que nos muestras con tus bellas fotos en un gran reportaje. Saludos cordiales Mariano. P.D. En Huesca, en la laguna de Alboré (Pantano de la Sotonera) también “acampan” un gran número de ejemplares.

    Répondre
  4. Domie
    Domie dit :

    Les photos sont superbes . 2 fois par an on les entend passer au dessus de la maison ( Pau) il suffit de sortir et de les chercher quand le ciel est bleu pour admirer leur vol en escadrille. Parfois elles tournent en rond un bon moment, quand les nuages s’agglutinent au dessus des montagnes, comme sî elles hésitaient de la route à suivre à cause du temps. Il paraît que plus elles passent tôt plus l’hiver sera précoce et froid, peux tu le confirmer?

    Répondre
  5. Judith
    Judith dit :

    Bonjour Mariano,
    Super belles tes photos, comme d’hab. Je suis toujours impressionnée par le long voyage qu’effectuent ces oiseaux. Ca fait rêver… Et maintenant que tu m’apprends qu’ils peuvent traverser la France en une journée > c’est plus rapide que le TGV ! Autrefois, au lycée, j’avais appris que les oiseaux migrateurs utilisent la lumière pour naviguer : des scientifiques avaient effectué un test en appliquant de la peinture sur leur tête et ça les empêchait de s’orienter. Peut-être cette absence de plumes sur leur tête sert à cela ? Ensuite, des années plus tard, j’ai vu une émission à la télé dans laquelle on expliquait d’autres moyens de navigation (en sus de l’observation de points de répère dans le paysage et les itinéraires connus par les anciens). Les oiseaux (mais aussi des cétacés et autres animaux qui parcourent beaucoup de km – des saumons p.e.) peuvent “voir” le champ magnétique de la terre, ce qui leur permet de naviguer aussi la nuit et les jours sans trop de soleil. Et si on lâche des oiseaux depuis un autre point/pays, il retrouvent le bon chemin (avec un grand courbre). C’est intéressant. En tout cas, merci de ce beau reportage ! Toujours un plaisir de voir tes belles photos.
    Judith

    Répondre
  6. dany
    dany dit :

    Ton topo est magnifique, Mariano. Je connais ce lac mais les photos sont presque plus belles que la réalité.
    Les grues sont des oiseaux superbes et je trouve que leurs cris et leurs vols sont prenants.

    Répondre
  7. Souvigny
    Souvigny dit :

    MAGNIFIQUE !!! Parfois à Lourdes, on les voit et entend car elle attendent que la météo soit favorable pour franchir les pyrénées. Amicalement, Jean-Paul.

    Répondre
  8. Gar47
    Gar47 dit :

    Magnifique et instructif !
    Comme la plupart des amoureux de la nature, toujours beaucoup d’émotions à l’écoute et aux passages des grands oiseaux migrateurs ! Ils nous transportent dans l’imaginaire d’autres contrées lointaines ! émouvant !
    Merci pour cette nouvelle rubrique du site !
    Patrice

    Répondre
  9. jean-robert
    jean-robert dit :

    Bonjour Mariano ,

    Tu as abandonné momentanément la montagne pour ces dames qui sont d’une élégance rare ;
    et ton objectif les a magnifiées !
    que c’est beau , un vrai moment de grâce ; merci
    Amitiés

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Répondre à Gabriele CHARVET Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...