Nouvelle réglementation pour le bivouac dans le Parc National d’Ordesa et Mont Perdu

Depuis le 9 février 2022 (date d’entrée en vigueur du décret), les règles concernant le bivouac au sein du Parc ont changées !

.

Les règles concernant la pratique du bivouac au sein du Parc national d’Ordesa et du Mont Perdu ont évoluées depuis la parution fin janvier 2022 d’un décret du gouvernement de la Province d’Aragon mettant en application les mesures prévues de longue date dans le Plan Directeur d’Utilisation et de Gestion (PRUG) du Parc national.

Pour ceux qui ne seraient pas au courant de la nouvelle réglementation du Parc National d’Ordesa/Mont Perdu concernant le bivouac, sachez que les gardes espagnols du Parc National d’Ordesa sont très sévères, ils ont déjà énormément verbalisé durant l’été 2021 et ils vont continuer à tourner dans les prochaines années. Les amendes sont très élevées ! Lire ce qui suit . . .

Réglementation bivouac Parc national d’Ordesa et du Mont Perdu

Depuis le 9 février 2022 date d’entrée en vigueur du décret (voir Ici), les règles du bivouac au sein du Parc sont désormais les suivantes :

  • Secteur Ordesa : Bivouac ou camping de nuit strictement interdit, sauf autour du refuge de Goriz, où le bivouac sera possible uniquement si le refuge est plein (et dans la limite de 90 personnes et de 3 nuitées maximum). A partir du 1er janvier 2024, cette limite de 90 personnes sera abaissée à 50 personnes.
  • Le bivouac autour du refuge de Goriz sera payant (15 € / adulte et 7 € / enfant de moins de 14 ans) … et réservation obligatoire en ligne auprès du refuge (ou par téléphone pour de la « dernière minute »).
    Les infos actualisées et détaillées sont désormais disponibles sur le site internet du refuge de Goriz : https://www.goriz.es/

Pour les autres secteurs du Parc national, le bivouac restera possible dans les mêmes conditions qu’auparavant

  • Secteur Anisclo : bivouac autorisé du coucher au lever du soleil, au-dessus de 1650m d’altitude (Fuenblanca)
  • Secteur Escuain : bivouac autorisé du coucher au lever du soleil, au-dessus de 1800m d’altitude (La Ralla)
  • Secteur Pineta : bivouac autorisé du coucher au lever du soleil, au-dessus de 2550m d’altitude (Balcon de Pineta) Maximum trois nuits consécutives sur le même secteur.

Les termes « vivac » et « acampada nocturna » sont définis avec précision en page 82 du PRUG (Voir Ici):

Les espagnols entendent par « bivouac », le fait de dormi léger, à la belle étoile (avec ou sans équipements) et par « acampada nocturna » de dormir sous tente, texte issu du PRUG (page 82) :

Vivac y acampada nocturna. Se entiende por vivac la actividad de dormir o descansar durante la noche al raso o intemperie, usando o no elementos de abrigo, como saco de dormir o funda de vivac o los medios que proporciona el entorno sin alterarlo. Se entiende por acampada nocturna, la modalidad de pernocta que consiste en instalar una tienda de campaña ligera al anochecer para levantarla al amanecer, entendiendo por tales desde una hora antes del ocaso hasta una hora después del orto del día siguiente.

Cela veut dire tout simplement que depuis le 9 février 2022 (date d’entrée en vigueur du décret) le bivouac en tente ou même à la belle étoile avec un simple sac de couchage, est totalement interdit sous peine d’amende.

Merci à Julien.L de l’Office de Tourisme des Vallées de Gavarnie de m’avoir prévenu de ce changement.

.

Plus d’information dans le Journal officiel d’Aragon Faire la traduction avec Google (Clic droit: traduire en Français)

.

Les Topos des 4 Treks du site Topopyrénées qui étaient sur ce secteur, ont été complétement modifiés par rapport à cette interdiction (voir ci-dessous)

.

Trek de 2 jours au Mont Perdu par la vire de l’Escuzana et la vire des Fleurs depuis le col des Tentes

.

Trek de 3 jours au Mont Perdu par la vire de l’Escuzana, la vire des Fleurs et Tuquerouye depuis le col des Tentes

.

Trek de 3 jours au refuge de la brèche de Roland par la vire des Fleurs et la vire de l’Escuzana depuis le village de Gavarnie

 

.

Trek de 4 jours au Mont Perdu et au Taillon par Tuquerouye, Goriz, les Sarradets et les Espuguettes depuis les Gloriettes

21 réponses
  1. Lionel Piva
    Lionel Piva dit :

    Bof, ça ne changera pas grand chose pour ma part. il y a belle lurette que je n’y vais plus. trop de monde, trop de bagnoles, trop de contraintes depuis longtemps . Et si par hasard je devais m arrêter pour une nuit dans les hauteurs, ils peuvent bien venir. je les attends.
    Par contre, si les restrictions sont légions dans le parc, l’Espagne n arrête pas de bouziller la montagne bien comme il faut dans d’autres massifs (Formigal- Astun par exemple)…

    Répondre
    • vincent
      vincent dit :

      effectivement ils ont bonne mine vu leur propension à bétonner tout et n’importe quoi… à moins qu’ils n’aient totalement décidé de changer de cap… à voir.
      n’empêche que j’aimerais bien les voir venir verbaliser en pleine nuit au sommet du mont perdu ou du cylindre….

      Répondre
  2. L F
    L F dit :

    Bonjour Mariano
    Merci pour cette info
    Heureusement encore que nous avons la liberté de penser
    (Je voudrais d’abord m’excuser pour toutes les Personnes affectées par ce fichu COVID)
    Est-ce que les restrictions qui nous ont été infligées en raison de ce virus (avec la peur suscitée à chacun d’entre nous) n’ont-elles pas été là pour nous tester quand à la façon de supporter la suppression de nos libertés et les interdictions à venir ?
    Connaissez vous la raison des verbalisations des personnes qui bivouaquer ? Si c’est une raison valable, pourquoi nous, les vrais passionnés de la montagne et qui la respectons, devrions nous en payer les conséquences ?
    J’espère que mes propos ne resteront à l’oreille d’un sourd.
    À bientôt Mariano pour un bon commentaire de randonnée.

    Répondre
    • Mariano
      Mariano dit :

      Non, c’est terminé !
      Pour le vrai bivouac sans tente à la belle étoile, j’attends la réponse ?
      Pour l’instant, ils n’en parlent pas, je pense que c’est voulu !
      L’amende est de 100 euros par personne
      Mariano

      Répondre
    • Gege
      Gege dit :

      Vraiment très dommage c’était un joli coin et on mélange Gorritz ou il y a trop de monde avec cet endroit
      Pour faire des boucles il faudra être un traileur, finit les randonneurs

      Répondre
      • Mariano
        Mariano dit :

        Non, il n’y a pas que les traileurs qui pourront continuer de faire des treks dans ce secteur, il suffit de regarder mes topos, ça ne dépasse pas les 8/10h de marche/jour,
        donc rien d’extraordinaire pour un montagnard ou un bon randonneur.

        Répondre
    • Mariano
      Mariano dit :

      Non, je n’ai pas trouvé la délimitation exacte des zones.
      Mais ce n’est pas trop difficile à deviner:
      Pour Pinéta, c’est au-dessus de 2550m à proximité du lac glacé (en-dessous du refuge de Tuquerouye)
      Pour Ordesa-Mont Perdu, uniquement à Goriz et sous certaines conditions.
      Pour Anisclo et Escuain au-dessus des altitudes citées
      Pour le bivouac à la belle étoile, j’attend la réponse. J’ai bien lu tous les articles et le décret et ils n’en parlent pas, étrange, j’ai bien peur que ce soit volontaire !

      Répondre
  3. blanc maurice
    blanc maurice dit :

    bonjour l’ami, et bien oui il fallait en arriver là, quel dommage, maintenant il faut bien lire les infos et les interdictions , ils ne peuvent pas tout interdire question économique/tourisme et tourisme/économie, bien à toi Mariano et merci pour tout ce que tu fais pour nous simples randonneurs, Maurice !!

    Répondre
  4. Marie-Aleth LAMY
    Marie-Aleth LAMY dit :

    Je n’ y suis plus apte, mais ça me laisse sans voix.
    J’ ai toujours pratiqué le camping dit sauvage , bivouac , 1 fois ou 2 dormi dans la voiture , en principe je préférais dormir éventuellement à côté si la météo le permettait .
    C’était un choix, un style de vie, jamais laissé le moindre papier…
    Merci de nous avoir prévenus, je ferai suivre l’ information.
    Bien amicalement.
    Marie-Aleth

    Répondre
  5. Jérôme
    Jérôme dit :

    Merci pour cette info Mariano. Différentes règlementations pour des « secteurs bien précis », je n’ai pour ma part pas réussi à trouver une carte « officielle » permettant de bien définir ces secteurs. Si l’on suppose que le Mont Perdu sépare Ordesa de la Pineta, qu’en est il du bivouac au sommet?

    Répondre
  6. Serge
    Serge dit :

    Bonjour Mariano
    Notre bivouac au sommet du Mont-Perdu ne pourrait plus se faire aujourd’hui ! ! Connait-on les raisons de cette nouvelle règlementation ? J’en devine quelques unes !
    Le comportement de certains, le non respect des règles déjà en vigueur, l’affluence croissante dans ces secteurs protégés !
    Faire de la publicité pour ces grands sites et en limiter l’accès !!! N’y a t’il pas une contradiction !!! Tout à fait d’accord avec la protection de ces environnements, mais n’y a t’il pas d’autres solutions que l’interdiction pure et simple !!!
    Amitiés
    Serge

    Répondre
  7. Michel Lalanne
    Michel Lalanne dit :

    bonjour à tous !
    merci pour cette information. mais que faut il comprendre pour les bivouacs au pied du Mont Perdu (lac glacé) au sommet du Marboré ou sur le trajet jusqu’à la brèche de Roland sur le versant sud ?

    Répondre
  8. JEF
    JEF dit :

    Coucou,
    merci pour les infos, les temps changent
    heureusement que j’ai emmené un groupe en 2021 avec bivouac à la vire , car maintenant cela sera interdit .
    seul endroit de bivouac ; c’est au refuge ( si il y a trop de monde on dors OU ?
    On peut dormir au MONT PERDU ou Non ?
    Cdl

    Répondre
  9. Thierry
    Thierry dit :

    Bonjour Mariano, merci pour cette explication de texte. J’avais vu passé l’information en espagnol mais je n’avais pas mesuré l’impact. On a eu la chance de suivre un de tes topos et de bivouaquer quasi en liberté autour du Monte Perdido…
    Bon, les choses changent… On va regarder tes modifs et d’adapter…

    Répondre
  10. Julien GAUDOU
    Julien GAUDOU dit :

    Merci Mariano pour cette info, pour avoir bivouaqué près de la vire des fleurs fin aout dernier (un de nos plus beau moment de montagne avec ma compagne), et prévoyant d’y repartir autour du Marboré dès cet été, je suis dégouté. Il est normal (et impératif) de protéger la montagne mais quand on voit les dizaines voire centaines de pèlerins en pleine journée à la brèche de Roland, c’est assez inexplicable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...