Bivouac au refuge de Tuquerouye (2666m)

Plus haut refuge des Pyrénées, il en est aussi le doyen (il a été construit en 1890).

.

Randonnée faite au refuge de Tuquerouye par les rochers Blancs en montant au petit et grand Astazou (3071m) puis la descente au lac glacé et la montée au refuge de Tuquerouye pour y passer la nuit.

Voir les 2 panoramas du petit et grand Astazou:

 

.

Attention: Ceci n’est pas un topo pour accéder au refuge de Tuquerouye, voir les différents itinéraires en fin de page.

.

L’arrivée au refuge de Tuquerouye après 8h de marche ou 5h à 5h30 pour les autres itinéraires.

.

Coucher de soleil vers 19h10.

.

De la brèche de Tuquerouye sur laquelle est perchée le refuge, se dévoile subitement et théâtralement pour celui qui arrive par la France, la vue sur le lac glacé et l’imposante face nord du Mont Perdu (3355m).

.

Le refuge de Tuquerouye et sa vierge, 2666m érigé en 1890 pour l’ascension du Mont Perdu était le premier refuge au sens actuel du terme dans les Pyrénées. Il est agrandi en 1929, restauré en 1999 et en 2005. Géré par la Section de Lourdes-Cauterets du Club Alpin, il offre 12 couchages. Il appartient encore aujourd’hui au patrimoine de l’association.

.

Mont Perdu (3355m), Pic du Cylindre du Marboré (3335m) et Pic du Marboré (3248m).

.

Lorsque nous sommes arrivés après 18h00 (9h de marche dont une petite heure de pause), il ne reste plus que 3 places de libre sur les 12.

Je n’avais pas prévu que jeudi était fête en Espagne et que les montagnards avaient fait le grand pont, heureusement qu’il restait 3 petites places. au total: 13 colocataires pour 12 places avec un espagnol arrivé après nous et qui a trouvé une petite place dans le local cuisine.

.

.

Coucher de soleil vers le Campbieil (3073m).

.

Site exceptionnel à plus d’un titre : géologique, géographique, naturaliste et historique.

.

C’est l’heure du souper.

.

Très bonne ambiance avec nos amis espagnols venant de différents endroits (Valence, la Navarre et le Pays Basque)

.

Photos de nuit après 21h00.

.

Le Cylindre du Marboré s’embrase avec une magnifique voie Lactée.

.

Superbe !

Nous sommes vraiment petits face à cette immensité . . . . . .

.

La voie Lactée derrière le Cylindre du Marboré (3335m).

.

Nous nous sommes couchés vers 22h00.

.

Debout vers 00h30 pour prendre des photos de nuit.

.

La voie lactée qui était au-dessus du Cylindre à 21h00 est maintenant du côté Ouest.

.

Le refuge de type ogival est le premier refuge construit dans les Pyrénées.

.

Après 1h30 de photos, retour au lit vers 2h00 du matin.

.

Réveil programmé cette fois-ci à 6h30 du matin pour le lever de soleil.

.

Après un bon petit déjeuner sans faire trop de bruit pour ne pas réveiller les randonneurs, je reprends la séances photo.

.

Pour prendre des photos de nuit, ce n’est pas si simple que ça !

Il ne faut surtout pas être fainéant, il faut se lever en pleine nuit et lorsque l’on est bien au chaud, c’est dur, dur ! ! !

.

Le quart de lune.

.

Je n’ai pas regardé mon thermomètre mais il devait faire entre 3 et 5 petits degrés.

.

.

Le jour commence à se lever.

.

.

.

Reflet du Mont Perdu sur le lac glacé.

.

Lever de soleil vers 8h10.

.

Le plus beau balcon des Pyrénées, une vue extraordinaire au petit matin depuis le plus haut refuge des Pyrénées non gardé: Le Mont Perdu (3355m), le Cylindre (3335m), le Pic du Marboré (3248m) et le lac glacé du Marboré (2600m).

.

.

.

Le lac glacé (2600m).

.

Mes compagnons de route pour ce bivouac.

.

Jean-Claude, Mariano et Bernard.

.

.

Bernard et Jean-Claude.

.

.

Le local cuisine du refuge.

.

Le local des 12 couchages.

Ne pas oublier avant de partir, de laisser sa petite contribution de 8 euros dans la boîte à lettre.

.

Les itinéraires pour accéder au refuge:

  1. 9h00 depuis Gavarnie par la Hourquette d’Alans: +1820m 18km: Aller: +1550m -270m 9km (5h00) Retour: +270 -1550 9km (4h00)
  2. 12h30 depuis Gavarnie par les rochers Blancs:+2100m 21kmAller: +1875m  -580m  12km (08h30) Retour: +225m -1520m 9km (4h00)
  3. 6h30 depuis le lac des Gloriettes:+1050m 16km: Aller: +1000m -50m 8km (3h45) Retour: +50m -1000m 8km (2h45)
  4. 8h15  depuis Piñeta:+1530m 17km: Aller: +1450m -70m 8,5km (05h00) Retour: +70 – 1450m 8,5km (03h15)

Retour-Haut-de-Page

27 réponses
« Anciens commentaires
  1. Boissiere Denis
    Boissiere Denis dit :

    Bonsoir,
    Je viens de découvrir ce dernier topo!! Magnifiques ces photos de notre beau ciel étoilé bigourdan . Au plaisir de se retrouver en montagne. DENIS

    Répondre
  2. jean-louis
    jean-louis dit :

    que de belles photos….toujours admirables. On se demande comment ce refuge a pu être construit….à l’époque il n’y avait pas d’helicoptère pour transporter les matériels..
    Super!!! Merci

    Répondre
  3. CLAUDE LANGLA
    CLAUDE LANGLA dit :

    Merci MARIANO pour ces photos …j’envisageais de m’y rendre ce we mais la météo n’est pas favorable .Je bave devant ces panoramas à couper le souffle . ce lieu que je connais déjà me fait rêver…
    Bravo pour la qualité des photos
    cordialement

    Répondre
  4. Ben
    Ben dit :

    Bonjour,

    Je vais faire le Mt Perdido la semaine prochaine avec un guide de haute montagne et 3 amis. On est pas des grands randonneurs mais on est en bonnes conditions physiques.
    Vos photos me donne l’eau à la bouche. J’espère qu’on aura la même météo !
    On fait l’itinéraire:
    J-1 -> Barrage des Gloriette -> Tuquerouye (4h)
    J-2 -> Tuquerouye -> Mt Perdu -> Gavernie (10h)

    Si vous avez des conseils, pour la nuit au refuge ou autre je suis très intéressé.

    J’ai découvert votre site il y a 1 mois, j’y vais souvent maintenant, les informations qui s’y trouvent sont vraiment très précises et très utiles ! Merci.

    Répondre
  5. ludo65
    ludo65 dit :

    Dommage de ne pas vous avoir rencontré à Tuquerouye, j’aurais bien aimé vous feliciter en personne pour l’ensemble de votre site que j’utilise pour la préparation de mes randonnées. J’étais à Tuquerouye il y a environ 15 jours et la fin de la cheminée (très pendue) menant au refuge en venant des gloriettes était glacée avec suffisamment de neige pour être en difficulté sans crampon. Les derniers mètres se sont faits avec difficulté mais pour redescendre… nous avons pris l’option de descendre côté espagnol et remonter par le col de la pinède. Bel itinéraire, mais avec une arrivée à la frontale au barrage des gloriettes vers 21h30. Maintenant, piolet et crampons vont restés dans mon sac pour ne plus me faire piéger !

    Répondre
« Anciens commentaires

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Répondre à jean-louis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...