Gabiétous par la brèche SW, itinéraire à ne pas tenter, trop dangereux !

Itinéraire de randonnée à ne faire que par sa voie normale en aller/retour par la brèche de Roland

  • Ce n’est pas un topo , mais un article pour vous signaler les dangers d’un itinéraire extrêmement dangereux qu’il ne faut pas faire.
  • Date: le 17.09.2022 – Hautes-Pyrénées – Départ: Col des Tentes (2208m)

Un bon Montagnard, c’est un montagnard qui revient le soir à la maison !

Les 2 sommets des Gabiétous Occidental (3034m) et Oriental (3031m) étaient dans mes tablettes depuis déjà quelques temps, 2 sommets faciles à faire sans grande difficulté par sa voie normale en passant par la brèche de Roland et le Taillon (3144m). Voulant faire une boucle, je n’ai pas trouvé d’information sur le web ou dans les livres concernant la montée par la brèche SW , si ce n’est les 2 voies d’escalade par l’arête NW et SW.

J’ai fait malheureusement confiance à ma cartographie topopirineos qui m’indiquait qu’un itinéraire en rouge depuis la brèche rejoignait la voie normale du Gabiétous Oriental. En réalité, depuis la brèche SW (2860m), il est impossible de rejoindre la voie normale sans se mettre en danger !

Je dois reconnaître que j’ai fait une erreur en faisant confiance à la cartographie gratuite de Topopirineos que j’utilise très régulièrement et qui est très utile à tous les randonneurs qui la possèdent, sauf qu’il y a 10% des itinéraires qui n’existent plus ou des erreurs de couleurs entre les sentiers et les itinéraires d’escalade. C’est ce qui nous est malheureusement arrivé aujourd’hui !

Après quelques sueurs froides où nous avons serré les fesses sur un terrain vraiment pourri pour essayer de nous trouver un passage; la sagesse, l’expérience, l’intelligence ou peut-être tout simplement la trouille, nous ont convaincus de faire demi-tour !

Je dois avouer que c’est de ma faute, désolé pour mes 2 compagnons de sortie,  alors je sais que certains qui ne m’aiment pas et il y en a, vont rigoler !

Qu’ils rigolent, si cet article peut éviter à des randonneurs de se lancer dans cette boucle dans un sens ou dans l’autre, j’aurai fait mon devoir d’information.

Malgré cela, nous aurions pu, prendre la voie qui monte directement au sommet Occidental en empruntant l’itinéraire de montée de l’arête SW depuis la brèche (Cotations PD+ 2 II P4) mais sans équipement (casque, baudrier et corde), nous avons préféré faire demi-tour, c’était plus sage.

Difficultés:

Itinéraire A Ne Pas Faire par la brèche SW (2860m)

  • Uniquement par la brèche de Roland et le Taillon en aller/retour ou en boucle par l’Escuzana, voir le topo de Rando-Marche.
  • Et par les voies d’escalade de l’arête NW ou de l’arête SW où nous étions depuis la brèche (2860m) Cotations: PD+ 2 II P4
La suite du Topo . . . . . . . . . .

Pour mieux vous en rendre compte, ci-dessous les photos de notre sortie avortée.

Départ depuis le col des Tentes avec Patricia et Jean-Jacques.

.

L’arrivée à la Forqueta de Gabieto (2512m) 1h15 depuis le col des Tentes.

.

Itinéraire de la faja de l’Escuzana.

.

Vers le Pico Otal (2709m), la Tendeñera (2853m) et la Peña Sabocos (2757m) en arrière plan.

.

Nous descendons à flanc de montagne en direction du Sud-Est jusqu’au début du pierrier.

.

.

Intersection des itinéraires de l’Escuzana et de la Brèche SW du Gabiétous Occidental.

.

La montée sur un pierrier pas trop raide dans un premier temps,

.

bien plus par la suite . . . . .

.

.

Le dernier tiers de la montée est bien plus raide avec des blocs croulants sous nos pieds.

.

Patricia dans le final du couloir.

.

.

L’arrivée à la Brèche sans nom SW (2860m) 2h40 depuis le col des Tentes.

.

La vue sur notre gauche sur l’itinéraire de l’arête SW (Cotations: PD+ 2 II P4).

.

Concernant notre itinéraire à nous pour rejoindre la voie normale, un couloir de 100m vertical devant nous ! ! !

.

En rentrant le soir à la maison, j’ai vite regardé les photos faites il y a 10 ans depuis le collado Blanco

et j’ai vite compris que l’itinéraire n’existait pas !

.

Ne sachant pas sur le terrain,

nous avons essayé de trouver le passage pour rejoindre le bas du vallon.

.

Tout droit c’était impensable, nous sommes partis légèrement à gauche en devers.

.

Le terrain dans ce versant est plus que pourri !

.

Une toute petite vire,

nous permet de traverser prudemment en dévers une dalle sur une dizaine de mètres.

.

Après cette traversée,

J’ai bien été voir un peu plus loin, mais impossible de rejoindre le bas de la barre rocheuse sans équipement.

.

Trop dangereux, nous décidons de revenir à la brèche.

.

Pour ne pas revenir par la petite vire qui était manifestement dangereuse à cause des gravillons sous nos pieds, nous sommes remontés vers le Gendarme qui marque le départ de l’arête SW du Gabiétous Occidental.

.

Je suis passé en premier pour essayer de trouver un passage tout en testant les prises (Niv: III) qui étaient bonnes mais sans plus, quelques unes me sont restées dans les mains. Patricia qui a pourtant l’habitude de l’escalade (6c), n’était pas franchement rassurée et elle avait bien raison car dans un milieu hostile comme celui-là, où la roche est franchement pourri, même les meilleurs au monde ne seraient pas très rassuré.

.

Patricia, impressionnée par un gros gendarme devant elle.

.

Ce gros gendarme est le départ de l’arête SW qui monte directement au Gabiétous Occidental par l’arête SW. Gendarme qu’il aurait fallu contourner par la droite avec un pas très exposé, le reste du parcours est du II+ max jusqu’au sommet.

.

La sagesse nous a fait revenir sur nos pas et abandonner cet itinéraire de l’arête SW qui n’était pas prévu au départ. Voie que nous aurions pu gravir à condition d’être équipé pour ce genre de course (Cotation: PD+ 2 II P4).

.

Patricia qui est plus à l’aise à la montée qu’à la descente avec ses problèmes de genoux, n’était pas très enthousiaste à revenir par ce long couloir croulant,

désolé Patricia c’est entièrement de ma faute !

.

Rien de grave, quelques petites glissades sans gravité comme ici avec Jean-Jacques.

.

.

Nous n’avons pas pu grimper sur nos 3 sommets à plus de 3000m, mais nous ne perdons rien au niveau de la beauté du Paysage.

.

.

.

Très sauvage, ce coin est pourri mais magnifique à la fois !

.

Retour à la Forqueta, je vous rassure, il n’y a plus de difficulté, juste un petit pas d’escalade (II+).

.

La vue sur l’arête NW du Gabiétous Occidental depuis la Forqueta.

.

.

J’espère qu’après avoir vu ces photos qui sont certes très jolies,

vous aurez pris conscience de ne surtout pas faire les Gabiétous par cet itinéraire.

.

Le retour au col des tentes avec une vue sur el Pico Escusaneta (2609m), un très beau petit sommet avec un panorama incroyable que nous avons fait au retour depuis la Forqueta et qui fera l’objet d’un prochain topo (niv: Montagnard).

Désolé les amis (Patricia et Jean-Jacques) pour n’avoir pas mieux étudié cet itinéraire.

Je vais prévoir d’y revenir avec cette fois-ci, un itinéraire par la voie normale ou par une des voies d’escalade en étant équipé !

25 réponses
  1. Antonio
    Antonio dit :

    Buenas tardes, yo tampoco me atreví a bajar por ahí a pesar de que esta ruta está marcada en algunas guías, por ejemplo, en el libro de Luis Alejos, como « fácil ». A pesar del « fracaso » es una de las rutas que más recuerdo, porque el acceso a la brecha es fascinante: la mezcla de colores blanco y anaranjado, las crestas afiladas que la rodean, …
    Un saludo desde Zaragoza

    Répondre
  2. PIERRE LE PUIL
    PIERRE LE PUIL dit :

    Bonjour Mariano,
    Suis déçu pour vous que vous n’ ayez pu faire les Gabiétous par cette voie, mais je peux dire que j’ ai eu de la chance grâce à ton topo car je voulais les tenter par cette brèche au retour de la vire Tardiador.
    Vous avez été très cohérents de rebrousser chemin, cela s’ appelle avoir un cerveau et avoir envie de rentrer chez soi le soir entier.
    Je ferai comme tu le préconises ces sommets par la voie normale.
    Amitié .
    Pierre

    Répondre
  3. CHRISTOPHE
    CHRISTOPHE dit :

    Bonjour Mariano,
    Il est dommage que tu n’aies pas réussi à faire cette ascension mais je sais que ce n’est que partie remise. Moi qui attendait depuis quelque temps ton topo sur ces deux sommets. Je me demandais pourquoi tu n’avais pas encore effectué leur ascension.
    Coïncidence, j’ai tenté l’ascension hier avec un bon ami en montant par le glacier des Gabiétous (escalade niveau 2). Nous sommes arrivés sous l’arête ouest du Taillon juste avant la vire qui remonte à la brèche (3051m). Superbe ascension qui malheureusement n’est pas donnée à tout le monde. J’ai donc vu l’endroit par lequel tu as essayé de monter et effectivement cela me semble impossible sans matériel adapté.
    Par contre l’ascension par le col de l’Escuzana (rando marche) ne pose aucun problème. La montée aux Gabiétous n’étant pas difficile du tout. Une belle boucle à faire que je conseille à tous.
    PS : j’ai également fait il y a 10 jours l’ascension de la Punta Olas, Beaudrimont et Soum de Ramon en montant par Goriz. Je te conseille cette randonnée qui est magnifique.
    Encore merci pour tout tes conseils.

    Répondre
  4. Jean Gasciarino
    Jean Gasciarino dit :

    Merci Francine et Mariano.
    J’avais bien consulté Rando marche et étais au bon endroit.
    Le passage s’est peut-être dégradé avec les intempéries ou étais je dans un jour « craintif » ?
    Je ne veux décourager personne. Hier, ma petite voix personnelle m’a dit non…
    Amitiés à tous

    Répondre
    • Jean
      Jean dit :

      Les retours que j’ai eu m’indiquent que c’est une voie praticable malgré mes doutes. Je suis moins expérimenté que l’ami Mariano tout en ayant traversé Pyrénées et Alpes en
      ´ HRP d’une traite et gravi presque 300 sommets des Pyrénées.
      Tu sais, il peut y avoir des jours de crainte ou la tête ne suis pas… à chacun de sentir s’il peut s’engager.
      Mon ami, suis ta petite voix 😉

      Répondre
    • Jean
      Jean dit :

      Merci Yvar, c’est bien ma philosophie ! comme je disais à Mariano, il y a des jours où tu es plus sensible au risque. Je préfère suivre mon instinct et faire part de mes doutes à mes amis montagnards.
      Je suis parfois revenu trois fois pour réussir une ascension 😉
      Mais quel bonheur de pouvoir toujours remonter !

      Répondre
    • Jean
      Jean dit :

      Bien d’accord avec toi !
      Un ami catalan montagnard m’a dit un jour alors que j’avais peu d’expérience : c’est simple, tu vois , si tu sens que tu peux pas , tu n’y vas pas !
      Donc je fais confiance à mon instinct du moment. Nous avons tous mis plusieurs fois à réussir une ascension. L’important est de pouvoir repartir 😄

      Répondre
  5. GASCIARINO
    GASCIARINO dit :

    Cher Mariano,
    Ton article tombe à pic ! Hier j’étais sur la route des Gabietous par le Taillon.
    Donc , pas de problème, Taillon en 3h puis descente à la côte 3045 pour basculer vers le col des Gabietous.
    J’étais seul et grosse surprise devant la sente à emprunter :
    Très étroite, en dévers et constituée de fins gravillons. L’ensemble apparaît vraiment délité et très exposé car côté gauche c’est le vide et côté droit pente abrupte bien pourrie.
    Plus loin, cela me semble plus praticable mais bonjour le début !
    Peut-être une pose de main courante à droite ? Car difficile de se faire assurer, c’est tout le monde qui part en cas de glissade.
    La vire des pics d’enfer m’apparaît soudain comme une aimable promenade…
    Voilà seul malgré mon expérience , j’ai renoncé, trop dangereux. À toi de voir, je suis impatient d’avoir ton avis.
    Bien à toi
    Jean

    Répondre
  6. Laurent
    Laurent dit :

    Bonjour Mariano,
    C’est grâce à ce genre d’information de prudence que je sens en moi une progression importante dans ma sagesse.
    Merci encore mille fois pour ces bons conseils très précieux.

    Répondre
  7. ardurat dany
    ardurat dany dit :

    Tu as eu tout à fait raison Mariano, comme tu dis souvent : en montagne il faut savoir renoncer, c’est un signe d’humilité face à ce merveilleux et dangereux environnement. En plus, tu permets à d’autres de ne pas faire la même erreur que toi. Si certains rigolent, c’est qu’ils ne sont guère intelligents.

    Répondre
  8. André
    André dit :

    Bravo pour avoir su renoncer.
    J’ai effectué ce même itinéraire au mois de juin 2013 de mémoire et nous avions chaussé les crampons pour arriver au Col et pareil on était pas très loin du Gabietous et c’en était frustrant mais on a renoncé et c’était la bonne décision car tout le monde est rentré sans bobo😀

    Répondre
  9. Florence
    Florence dit :

    Mariano,
    C’est une sage décision tellement difficile à prendre… Tu as bien fait pour ta sécurité, celle de tes compagnons de cordée, ainsi que pour celle de toutes personnes qui consultent tes topos. Ceux qui ne t’aiment pas et qui vont rigoler… on s’en fiche un peu non ? Cela a dû leur arriver ou leur arrivera au moins une fois, comme à nous tous et ce, quelle qu’en soit la raison : difficulté, peur, coup de mou alors qu’on paraissait en forme le matin au réveil, mauvais temps qui arrive plus tôt que prévu… Comme tu le soulignes si bien : un bon montagnard c’est celui qui revient le soir à la maison. Je me promets de m’en souvenir le jour où j’aurais (à nouveau) moi aussi, à renoncer… Merci pour cette mise en garde Mariano.

    Répondre
  10. Lascaray Francine
    Lascaray Francine dit :

    Bonsoir Mariano
    Ouf ! J’ai eu chaud pour Vous Trois !
    Même si tous les chemins mènent à Rome et que les Gabiétous n’attendent que Vous. Heureusement votre sagesse l’a emporté pour limiter les risques.
    Le 5/09/20, mon frère et moi, nous avions pu faire : Col des Tentes – Vire d’Escuzana – Col de Mondarruego, 2729m – Plana de Catuarta ou Aguas Tuertas 2430m – replat entre Pène Blanque et Gabiétous 2800m (cairns) puis direction pic Occidental des Gabiétous 3034m + crête Intermédiaire 3021m et pic Oriental des Gabiétous 3031m – col des Gabiétous, 2938m montée à l’Est (traces et cairns) puis SE, vire pour sortir proche de la pointe Turenne 3051m – Antecime Occidentale 3101m – Taillon 3144m – Brêche de Roland 2807m – col de Boucharo (boucle bouclée) et col des Tentes.
    Il est certain que c’est une sacrée boucle avec pas mal de montées et descentes mais quand on aime, on ne compte plus même si à la fin on était rincé ! Mais pour faire cette course il ne faut pas l’entreprendre trop tard dans la saison.
    Merci en tous cas pour vos bonnes recommandations toujours bien utiles.
    À bientôt Mariano
    Francine

    Répondre
  11. Marie G.laglycine
    Marie G.laglycine dit :

    Mariano,
    « L’homme fort est celui qui connait ses limites… »💪👍🏼
    Tous les trois, Patricia, Jean-jacques et toi, vous êtes de grand montagnards…!
    Votre jugement sur le danger rencontré sur ce parcours…est une chance pour beaucoup de randonneurs qui ne sont pas aussi aguerris.
    Grâce à vous…des vies seront sauvées…🤣🤗
    Merci pour eux…!
    Merci à vous trois…
    Merci pour ces magniiiiifique images.
    Ton site Mariano est comme un livre… 🙏
    A chaque page que l’on tourne, une histoire se raconte…!
    J’adore 💙🤍💐

    Répondre
  12. Jean-Jacques CREQUIGNE
    Jean-Jacques CREQUIGNE dit :

    Mariano, tu n’as rien à te reprocher. Comme toi, j’étais curieux de découvrir un nouvel itinéraire pour les Gabiétous ( que j’avais déjà escaladés en cordée par l’arête SW ) .
    Arrivés au col , nous avons convenu, tous les trois, que nous nous retrouvions devant une impasse. Aprés une petite tentative pour trouver une issue, nous sommes vite tombés d’accord pour renoncer. Comme tu le dis, un bon montagnard est celui qui rentre à la maison !
    Lorsque je pratiquais le parapente , il m’est arrivé de faire cette réflexion et de redescendre avec
    la voile au fond du sac.
    Au moins, cette expérience et ton article permettront certainement d’éviter des accidents.
    Et puis, comme d’habitude, nous avons passé une amicale journée montagnarde, dans des
    décors fabuleux !
    A mercredi pour une autre sortie qui nous procureras, je n’en doute pas, que d’excellentes sensations.
    Amitiés JJ

    Répondre
  13. Napias Eric
    Napias Eric dit :

    Avec tant d’années de pratique , votre ressenti personnel est le gage d’une connaissance sans faille des risques en montagne . Tout simplement cela s’appelle à la longue de l’expérience et de la sagesse qui va avec …. !!! Alors je suis sûr que tous ceux qui liront cet avis vous remerciront de les avoir prévenu . L’information sécuritaire n’a pas de prix ……!!!! Ne gardons que le plaisir sans les risques non mesurés…..

    Répondre
  14. Joaquín
    Joaquín dit :

    Mariano, no hay que darle importancia a que la elección de la ruta no haya sido acertada. En la montaña eso ocurre y ocurrirá más veces. Sabiamente resolviste el problema.
    Saludos.

    Répondre
  15. Christian
    Christian dit :

    Qui ne se trompe pas ? Le renoncement pour des questions de sécurité est l’apanage des bons montagnards responsables dont tu fais parti. Chapeau pour ses infos qui peuvent éviter des drames. Merci pour tous tes partages.

    Répondre
  16. martine
    martine dit :

    coucou Mariano,
    tu dis « ceux qui ne m’aiment pas vont rigoler » , ok
    mais nous on t’aime bien, et pourtant on a bien rigolé mon mari et moi quand je lui ai lu tes commentaires bruts et clairs et nets, au moins c’est dit, en effet, vous avez dû serrer les f… !!!
    vous avez eu raison de retourner en arrière, il n’y a que les imbéciles qui ne reconnaissent pas leurs erreurs ! amitiés Martine

    Répondre
  17. Olivier
    Olivier dit :

    Bravo d’avoir pris cette sage décision. C’est toujours le plus difficile dans une course de renoncer ou dans une moindre mesure de s’adapter. Pour ma part, j’essaie toujours d’avoir un plan B. Mais ici, impossible ! Tout à ton honneur Mariano ! Bravo à tous les trois. Amitiés montagnardes. Olivier.

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...