Pico Aneto 3404m depuis le refuge de la Rencluse 2140m (En boucle par le Trou du Toro)

  • Déniv: +1350m – (-1650m) – 9h00 – Niv: Montagnard
  • Date: 16.06.2011 – Espagne – Départ: refuge la Rencluse (2140m)

Le plus renommé et le plus haut sommet de toute la chaîne des Pyrénées est situé sur les terres espagnoles dans l’Aragon. Cette randonnée d’envergure est incontournable et prestigieuse pour tous les amoureux de la montagne.

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

  • Difficultés: Sans être difficile cette randonnée est exigeante et demande une bonne préparation, voire même l’aide d’un guide ou accompagnateur pour les moins entraînés d’entre-vous. Deux passages peuvent s’avérer délicats : le glacier : il faut s’adapter à son aspect qui fluctue en prévoyant de s’encorder et le court passage exposé (arêtes sommitales) plus impressionnant que difficile.

Vérifier avant de partir:  le temps, les hauteurs de neige et l’indice du Risque d’Avalanche.

.

Voir comment accéder au refuge

Après avoir passé la nuit au refuge de la Rencluse (2140m),

départ 6h du matin pour la grande majorité des randonneurs ayant passés la nuit au refuge.

.

Il fait encore nuit, mais avec les frontales d’aujourd’hui ce n’est plus un problème.

.

Depuis le refuge, s’orienter en gros vers le Sud-S.O jusqu’à 2300m.

.

Le ciel est couvert avec des gouttes de pluies, protège sac à dos ou poncho pour tout le monde !

.

Lorsqu’on sait la longue marche qui nous attend, personne n’a le moral !

.

La première partie s’effectue sur un sentier où il faut parfois enjamber de gros rochers.

.

Vue plongeante sur le parking de la Besurta où nous avons laissé les voitures (1900m).

.

Les premiers névés ne tardent pas à apparaître.

.

Vers 2560m, s’orienter cette fois-ci vers le Sud-Ouest.

.

1h20 depuis le départ, la neige est bien présente, mais il n’est pas nécessaire de chausser  les crampons pour le moment.

.

Le temps n’est pas au beau fixe, soit nous rentrons dans les nuages pour ne plus en sortir, et là c’est la M. . . .

ou nous aurons peut-être la chance d’être au-dessus de la mer de nuages.

.

Une petite trouée de ciel bleu, nous redonne un peu d’espoir . . . .

.

2h depuis le départ de la Rencluse et enfin le ciel bleu, que tu bonheur !

.

C’est le moment que nous choisissons pour chausser nos crampons.

.

Notre progression se fait à nouveau vers le Sud-S.O. en direction du Portillon Supérieur.

.

Altitude 2700m.

.

Vers 2800m, monter vers le Sud en direction du Portillon Supérieur qui se trouve en haut à gauche de la photo.

.

La pente se raidie un peu à l’approche du Portillon.

.

Avec cette neige un peu molle, le piolet n’est pas nécessaire, d’ailleurs je ne m’en suis pas servi de la journée.

.

Nous sommes définitivement au-dessus de la mer de nuages.

.

La cohue des randonneurs à l’assaut du plus grand sommet des Pyrénées.

.

La mer de nuages restera toute la journée en dessous de nos pied, quelle chance !

.

Le glacier de la Maladeta.

.

Beaucoup de photos sur ce topo, mais l’Aneto ne se fera pas tous les ans et la météo ne sera peut-être pas aussi clémente qu’aujourd’hui.

.

Le pic Sauvegarde (2738m) avec le port de Venasque (2444m) dont la vue depuis le port sur l’Aneto est tout simplement grandiose ! voir Ici

.

Des grands sommets culminant à plus de 3000, masqués par les nuages.

.

Nous ne sommes plus très loin du Portillon Supérieur.

.

Le versant Ouest du portillon Superieur se trouve à 2870 m d’altitude. Contrairement à l’autre versant ce passage ne paye pas de mine et ne se remarque pas de très loin. Mémoriser bien cette vue ainsi que l’aspect pour  de ne pas rater ce passage clef. Il y a beaucoup de randonneurs qui se sont déjà trompé, soyez vigilant !

(2h45 depuis le refuge de la Rencluse)

.

La vue depuis cette petite brèche du Portillon est imprenable sur le glacier et le pic Aneto.

.

L’Aneto est tout là-bas au bout, comptez 2h15 pour y arriver.

.

Depuis le Portillon supérieur,

nous descendons de quelques mètres, pour prendre place sur le glacier de l’Aneto.

.

Si vous ne déchaussez pas les crampons comme nous l’avons fait, faite attention à ne pas trébucher !

.

C’est toujours des moments magiques lorsque la mer de nuages se trouve à nos pieds !

.

Nous prenons place sur le glacier.

.

A partir d’ici, c’est tout droit (plein Sud),

mais on voit bien, qu’ils nous restent encore un bon bout de chemin (environ 2h15).

.

Panorama vers le Nord-Est (Pic Crabère 2629m, pic de Canejan 2654m, ect . . .)

.

La chenille se met en place.

.

Les conditions sont excellentes, aucune difficulté pour traverser le glacier.

.

Les APNP sont en route pour le toit des Pyrénées.

.

L’Aneto (3404m).

.

Geneviève et Raymond.

.

.

Nous passons le cap des 3000m !  (3h30 depuis le refuge)

Nous sommes presque à mi chemin du glacier, encore 1h30 pour atteindre le sommet.

.

.

Il  y a une multitude de traces, on ne peut vraiment pas se tromper d’itinéraire.

.

.

D’une superficie d’environ 3km² ce glacier est le plus grand des Pyrénées.

Comme son homologue au Vignemale, ce glacier a déjà été meurtrie. Sur cette photo nous nous situons légèrement sous le glacier (près du Portillon) et le secteur où commence à apparaître la pierraille, n’est plus qu’un champ de caillasse à mesure qu’avance l’été.

.

.

.

La traversée sur le glacier se fait relativement facilement avec une bonne neige et une montée pas trop soutenue.

.

Le paysage avec ces nuages est tout féerique !

.

Nous n’avons jamais été aussi proche !

.

.

Après cette petite descente, il nous restera plus que 200m de dénivelé à accomplir.

.

+200m de dénivelé qui vont faire mal aux jambes ! (4h30 de marche depuis le refuge)

.

Col de Coronas 3198m au pied de l’Aneto.

Ce fameux col qui se remarque souvent d’assez loin lorsqe l’on observe la Maladeta depuis le Nord.

.

La pente se raidie brusquement et ne faiblira plus jusqu’au pas de Mahomet.

.

On se sent tout petit devant cette immensité.

.

Et oui nous sommes presque sur le toit des Pyrénées, alors il est presque normal que le paysage soit exceptionnel !

.

Panorama vers les Posets (3369m).

.

Laurent en bon chef de fil, amène le groupe au sommet de l’Aneto.

.

.

Panorama derrière nous avec les 3km de glacier que nous venons de traverser depuis le Portillon.

.

Petits, grands, jeunes ou âgés, cette dernière montée a été dure pour tout le monde.

.

Mais le paysage est tellement merveilleux que la fatigue est vite oubliée !

.

.

Le pic de la Maladeta (3312m) au premier plan.

.

.

Les derniers mètres avant d’arriver à l’avant sommet de l’Aneto.

.

Nous déchaussons nos crampons pour la traversée du pas de Mahomet.

.

Qu’est-ce que c’est beau !

Et dire que ces premiers sommets au premier plan, dépassent les 3000m, c’est Géant ! ! !

.

Le panorama depuis cet avant sommet est presque identique à celui de l’Aneto.

.

Panorama vers le Nord-Ouest, au loin les Pics de Néouvielle 3091m et Arbizon 2831m paraissent bien petit !

.

Pour pimenter la fin de l’ascension,

mère nature a décidé d’étirer un rempart entre le sommet et l’antécime d’où est prise cette photo.

.

Il y a foule !

Pas facile de passer le pas de Mahomet avec tout ce monde !

Certains randonneurs occasionnels qui parviennent jusqu’ici sont parfois stoppés par ce passage aérien. En effet,  à droite et à gauche de cette courte arête d’une vingtaine de mètres des à pics plus ou moins importants ont de quoi donner le vertige.

.

Certains le passent à plat ventre, d’autres à califourchon ou à genoux.

Cependant pas de panique! Ce passage en légère montée ne présente qu’un ou deux petits pas d’escalade (coté II) sur des dalles qui offrent de bonnes prises.

.

Impossible de se croiser, trop dangereux !

.

Pour les moins sûrs un peu de corde servira à les sécuriser.

.

Marie Claude n’a pas l’air rassurée !

.

Bien sûr, il est strictement interdit de lâcher prise, sinon voilà ce qui vous attend . . . . . . . ! ! !

.

Pour ceux qui n’ont pas le vertige, c’est un régal pour les yeux !

.

.

Cette courte arête déchiquetée s’est construite une renommée qui dépasse sûrement le degré de difficulté qu’elle propose en réalité. En tout cas s’il vous faut attendre votre tour pour monter ou descendre, il faut bien admettre qu’il y a de quoi patienter avec le magnifique panorama que nous offre ce sommet.

.

Le seul vrai souci de ce passage c’est bien souvent la promiscuité avec les autres montagnards que vous allez rencontrer. Il n’y a pas vraiment beaucoup de place pour les croisements.

.

Cette fois-ci, nous y sommes presque !

.

Plus haut sommet des Pyrénées: le pic Aneto (3404m).

5 heures depuis le refuge de la Rencluse (2h15 depuis le Portillon Supérieur) Alors profitez du spectacle offert par cette photo car il est assez rare de ne voir presque personne sur le sommet! Pour cela il faut arriver ici très tôt (bien avant 8 heures du matin en été). Nous sommes arrivés à 11h du matin et non à 8h après un bivouac, mais  la chance que nous avons eu, c’est qu’il a fait très froid au sommet avec un vent glacial, la plus part des randonneurs ont juste fait l’aller retour au sommet pour toucher la grande croix et revenir ensuite à l’abri du vent.

.

Mariano

En général, je ne suis pas si expressif que ça, mais ce sommet mérite bien le V de la victoire.

.

Geneviève également, laisse éclater sa joie sur le plus haut sommet des Pyrénées (3404m)

.

Panorama immense par beau temps

Camera-Panorama-Automatique

5 photos extraites du Panorama ci-dessus: Photo n° 1

Panorama-Aneto-Photo-N_001

.

Photo n° 2

Panorama-Aneto-Photo-N_002

.

Photo n° 3

Panorama-Aneto-Photo-N_003

.

Photo n° 4

Panorama-Aneto-Photo-N_004

.

Photo n° 5

Panorama-Aneto-Photo-N_005

.

La vidéo depuis le sommet:

.

Énorme croix métallique qui a été arrachée de sa base puis replantée tant bien que mal.

.

Photo du groupe pour immortaliser l’instant: Jean-Claude, Raymond, Marie-Claude,

Monique, Geneviève, Laurent.A, Mariano, Martine et Laurent.R.

.

Ne cherchez pas plus haut dans le massif ou ailleurs dans les Pyrénées, vous ne trouverez pas !

On peut dire que ce sommet de l’Aneto est probablement l’un des plus décoré. Outre la grande croix, juste dans notre dos, cette vierge semble veiller sur le paysage espagnol qui s’étire à ses pieds.

.

Nous sommes sur le toit des Pyrénées !

.

La mer de nuages se situe aux alentours de 2600m.

.

Panorama immense depuis le sommet.

.

Panorama vers le Nord-Est avec le petit lac de Barrancs (2378m) en bas du glacier.

.

Il ne doit pas faire très beau en dessous des nuages, je dirai même qu’il doit pleuvoir.

.

.

Panorama vers le Nord et le pic de la Sauvegarde (2738m).

.

Panorama vers l’Est avec au premier plan, les pics Tempestades 3284m et Russel 3206m.

.

Panorama vers le Sud.

.

Panorama vers Ouest-N.O, que des Grands: les Posets 3369m,

le Perdiguère 3222m et au fond le Mont Perdu 3355m et le Vignemale 3298m pour ne citer qu’eux.

.

L’imposant massif des  Posets 3369m avec au fond à droite le glacier du Vignemale.

.

Zoom sur le Vignemale 3298m.

.

.

.

Beaucoup de randonneurs se bousculent pour accéder au sommet, mais en règle générale les gens sont assez patients et prennent leur temps (sécurité avant tout), mis à part deux inconscients qui sont passés au pas de Mahomet avec les crampons au pieds, une folie ! ! ! !

.

Nous avons croisé également dans le glacier des randonneurs qui n’étaient pas trop couvert, et pourtant ce matin le temps était gris et froid.

.

Panorama vers le Sud-Ouest avec le lac Medio Coronas 2738m en bas à gauche de la photo.

.

Panorama vers Est-N.E, au loin le Pic d’Estats 3143m.

.

Une dernière vue sur le sommet avant de retraverser le pas de Mahomet.

.

.

.

Les personnes ont plus au moins gravi le sommet, en effet avec cette foule beaucoup de randonneurs

sont restés sur cet avant sommet dont le panorama est quasi identique à celui de l’Aneto.

.

Retour obligatoire par le pas de Mahomet (Monique n’est pas très à l’aise !)

.

Depuis le pas de Mahomet, y a du Gaz ! ! !

.

Laurent et Jean-Claude encadre nos demoiselles pour le passage de Mahomet.

.

Dalle du pas de Mahomet, plus impressionnant que difficile, sauf pour ceux qui ont pas le vertige !

.

Vue depuis le pas de Mahomet.

.

Raymond, Marie-Claude et Laurent.A.

.

Raymond préfère  passer à genoux sous le regard de Jean-Claude, chacun sa méthode.

.

.

Manifestement Monique n’est toujours pas rassurée, mais la fin du passage est bientôt terminé.

.

.

Elle sourit enfin !

.

Nous étions environ 200 personnes dans l’avant sommet, vraiment impressionnant cette foule.

.

Voilà, nous sommes de l’autre côté où la foule est plus nombreuse que sur le sommet.

.

Le paysage comme vous le voyez est aussi beau que sur la cime de l’Aneto.

.

Vue sur le glacier de l’Aneto d’une longueur de 3km.

.

Les randonneurs repartent par le même itinéraire que ce matin, sauf pour nous,

qui allons faire une boucle en passant par le Trou du Toro.

.

Le versant Est du Portillon Supérieur à 2870 m, passage que nous avons descendu ce matin.

.

Après avoir resté 2h au sommet et fait un bon casse-croûte, il est temps de repartir.

Nous chaussons à nouveau les crampons pour la descente.

.

Quelques dernières photos avant le départ.

.

La mer de nuages n’a pas bougée pour notre grand bonheur !

.

Une dernière vue sur les Posets avant de plonger vers notre droite.

.

.

Retour par le vallon d’Aigualluts et le trou du Toro.

.

La plus part des randonneurs repartent par le même itinéraire que l’aller (Nord-Ouest), alors que nous,

nous descendons Nord-N.E  sur une pente beaucoup plus abrupte que celle de ce matin.

.

Mais sans danger tant la neige est molle à cette heure de la journée.

.

La descente se fait dans  un paysage de rêve !

.

Jean-Claude.

.

Vue sur les randonneurs traversant  le glacier de l’Aneto vers le Portillon Supérieur.

.

Nous descendons vers le vallon d’Aigualluts.

.

.

Cette descente va être de toute beauté.

.

Petite halte pour se désaltérer.

.

Attention: Altitude 2850m

Lorsque les conditions de neige sont bonnes, vous pouvez comme nous,  descendre par ce couloir du vallon d’Aigualluts si non par manque de neige (Juillet/Août/septembre), il est préférable d’éviter ce goulet (pierrier) en longeant celui-ci 50m à droite.

.

Le couloir est un peu raide, mais sans danger pour ceux qui sont chaussés de crampons.

.

Raymond, Marie-Claude et Monique.

.

Après avoir descendu ce couloir un peu raide, nous déchaussons les crampons.

.

Vue sur ce couloir, il n y a pas que nous qui avons eu l’idée de faire une boucle, et il ont bien raison

car même si c’est un poil plus long (15mn), cette descente est un régal pour les yeux !

.

Nous entrons dans le vallon d’Aigualluts.

.

Le vrai sentier passe par là,

mais quand je vois ces dalles glissantes, je ne regrette pas d’avoir passé par le couloir enneigé.

.

Nous pensions que le plus beau était derrière nous !

Et bien non, un paysage de toute beauté avec de très belles cascades tout le long du sentier.

.

.

Altitude 2400m.

.

Nous resterons rive droite pratiquement pendant toutes la descente, mis à part deux ou trois fois où nous avons changé de côté.

.

Plusieurs fois, le sentier s’efface pour laisser place à de gros blocs qu’ils faut alors enjamber en faisant attention de ne pas glisser.

N’oubliez pas que les accidents arrivent souvent en fin de randonnée !

.

L’Aneto est toujours là en toile de fond, c’est vraiment le  seigneur de ces lieux !

.

.

C’est vraiment des paysages de cartes postales.

.

.

Si vous faite l’Aneto, ne vous privez pas de cette descente en boucle qui est splendide.

.

.

Les filles du groupe, toutes enchantées de cette magnifique randonnée: Martine, Monique, Geneviève et Marie-Claude.

.

Plan-Aigualluts ou lac suivant les périodes.

.

Les cascades sont toutes plus belles les unes que les autres.

.

.

Plan-Aigualluts ou lac, ne prenez pas le pont pour vous engager au milieu de ce plateau, au panneau à l’entrée de ce plateau, prendre complètement à droite, pour éviter de traverser le cours d’eau.

.

Nous avons passé le pont, croyant que nous pourrions traverser la rivière facilement et sans trop se tremper.

.

C’est loupé ! ! !

Je ne sais pas ce qui m’a passé par la tête, mais j’ai traversé la rivière le premier, accompagné de Laurent.

Les autres ont préférés retourner en arrière (30 minutes de plus). Je vous rassure, nous n’étions pas si trempés que ça, mais en fonction des saisons et des périodes la rivière peut-être plus profonde encore et même se transformer en lac, alors n’oubliez pas au niveau du pont en descendant du vallon,  de prendre complètement à droite pour contourner ce plateau herbeux.

.

Vue sur l’Aneto une dernière fois, avant de plonger vers le Trou du Toro.

.

De très belles cascades avec un débit énorme,

et dire que toute cet eau va disparaître d’un seul coup et en douceur ! (voir plus loin)

.

.

Vue sur l’Aneto pour l’une des dernière fois de la journée.

.

Comme il n y a que trois courageux qui ont traversé la rivière, nous avons pris un peu d’avance

Raymond et Laurent se dirige vers la cascade D’Aigualluts.

.

La magnifique cascade D’Aigualluts.

.

.

Le Trou du Toro, c’est Norbert Casteret qui le premier a découvert la source de la Garonne,

 il aurait mis des colorants qui sont réapparus vers Bossost.

.

Le Forau de Aigualluts, ou Trou du Toro.

Toute cet eau qui dévalait à une vitesse grand V avec un débit énorme se transforme subitement en eau calme et disparaît comme par enchantement ?

.

Il s’agit d’un trou karstique spectaculaire, à quelque 2 074 m dans lequel les eaux disparaissent sous terre (une moyenne de 155 jours par an) et réapparaissent à 3,6 km de distance en ligne droite, à quelque 1 658 m d’altitude, en Val d’Aran pour constituer l’une des sources de la Garonne et finir par conséquent dans l’Océan Atlantique.

.

Retour au parking altitude 1900m (3h30 depuis le sommet pour -1650m de dénivelé).

Magnifique et grandiose randonnée faite avec les Amis du Parc National des Pyrénées.

Voir la sortie en aller/retour (Année 2015)

.

La vidéo de l’ascension

 

36 réponses
« Anciens commentaires
  1. antonio gomes
    antonio gomes dit :

    j’ai essayé l’Aneto à 3 reprises mais sans reussir.en juin je vais suivre votre chemin et avec l’aide du Bon Dieu je vais y parvenir.merci pour touts les renseignements.

    Répondre
  2. BARNEDES
    BARNEDES dit :

    Bonjour,

    Encore une fois le site et explication RAS. Merci pour le partage de connaissance et d’expérience.
    Nous sommes un groupe avec l’objectif de faire l’Aneto. Nous faisons de la rando avec nos chiens ( Berger hollandais). Nous voulions savoir si le passage du pa de mahomet est realisable avec chiens. Dans l’idée nous aimerions placer une ligne de vie et mettre le chien dans un harnais secu et porter le chien “en mode GIGN” comme un sac. Pensez vous que cela est possible ?

    Merci d’avance
    Bien cordialement

    encore merci pour ce site

    Répondre
  3. Michel C
    Michel C dit :

    Tout d’abord cher Mariano, tes reportages photos sont toujours magnifiques et instructif!
    Un petit bémol dans ces commentaires, tout le monde ou presque fait la même erreur….Pont de Mahomet…et non…pas de Mahomet…( voir les spécialistes, peu nombreux!!!) Ce pont de Mahomet est très facile comme tu le laisse entendre, sauf en hiver, ou nous l’avons passé avec des amis, alors qu’il était en neige/glace d’à peine 30 cm de large..un beau toboggan au retour! Quand à la grande croix, il faut croire que nos prédécesseurs( Espagnols) auraient plus vaillants pour la remettre à la bonne hauteur et sur un socle digne de ce nom! Belle ballade, surtout comme tu l’a envisagé avec ce retour par le trou du Toro…
    bonne continuation et encore merci! Nous sommes beaucoup à regarder tes ”fantaisies”…Michel.C

    Répondre
  4. pieters
    pieters dit :

    Bonjour,
    super, bon descriptif. Questions : est il possible de faire l’aneto seul sans être encordé ,forcément, et comme tu le décris, en dernier recours, comme il y’a beaucoup de monde, penses tu qu’il soit possible de s’intégrer à une cordée si nécessaire ? Est il possible de le faire en une journée, je suis habitué à faire + ou – 2500 m de D+ et +ou – 20 km dans la journée, et donc d’éviter une nuitée en refuge ( je ne supporte pas la promiscuité ) ? Merci pour toutes ces réponses. Rodolphe.

    Répondre
  5. Jean-Luc
    Jean-Luc dit :

    Bonjour, pourriez vous me dire quelle est la meilleure période pour l’ascension de l’Aneto s.v.p. ? Merci. Superbes photos, bravo!!

    Répondre
  6. Joaquín
    Joaquín dit :

    Gracias Mariano una vez más por darme la oportunidad de contemplar en tus muy ,muy bellas fotografias los parajes que años atrás conocí sobre el terreno.Montaje y música excelentes.Un saludo afectuoso.

    Répondre
  7. francis
    francis dit :

    Bonsoir Mariano,
    Merci pour ce digirama du Nethou, c’est magnifique !
    C’est déjà loin,un très bon souvenir,le panorama est sublime,toutes les Pyrénées se dévoilent,et c’est beau.
    Amitiés Francis.

    Répondre
  8. Menu Gilles
    Menu Gilles dit :

    Bonjour Mariano,
    Très beau parcours, cela donne envie.
    Peut-être que cette année en septembre je vais pouvoir monter à la Pique Longue, contact pris avec une accompagnatrice de Loudervielle et l’aide d’un guide, parcours programmé pour un groupe, à suivre…
    Amicalement.

    Répondre
  9. chatainier
    chatainier dit :

    Merci de nous régaler tant !
    …Une canette de bière de plus dans la “réserve” !…Mais continue d’être aussi prudent, que je puisse avoir le plaisir de trinquer un jour avec toi !
    Dicton adapté* : “Je connais des vieux montagnards, je connais des montagnards intrépides, je ne connais pas de vieux montagnards intrépides”…
    Cordialement,
    Fabien
    *Il suffit de remplacer “montagnards” par “marins” pour retrouver le dicton original…Entre la confrontation à l’océan ou à la montagne, la complexité de l’environnement est la même…L’humilité aussi : c’est pour ça que nous sommes toujours là, malgré les défis que nous nous lançons !
    Avec toute ma virtuelle amitié,
    F.

    Répondre
  10. Michel d'Ouzous
    Michel d'Ouzous dit :

    Bonjour Mariano, Merci pour ton superbe diaporama encore une fois, merci par ces temps de grisaille de nous permettre de nous évader et de revenir en juin, sous le soleil.
    Tes photos sont magnifiques et empreintes d’une grande sérénité, cela nous permet de rêver !
    C’est vrai que ça donne envie d’y aller.
    Bien amicalement (je vais très bien) à bientôt aux beaux jours qui approchent.
    Michel,

    Répondre
  11. Daniel
    Daniel dit :

    Bonjour Mariano,

    Magnifique digirama sur cette ascension que j’ai adoré, sur une musique très agréable.
    Félicitations pour la qualité des photos.
    Cordialement
    Daniel

    Répondre
  12. Jacques ROBERT
    Jacques ROBERT dit :

    Bonjour Mariano,
    Merci pour ce partage qui nous permet de nous évader de cette grisaille qui ne veut plus nous quitter. Les photos et la musique qui l’accompagne sont de toute beauté.
    A bientôt sur d’autres chemins de randonnées par écran interposé et bravo pour le résultat de votre travail.
    Amicalement

    Répondre
  13. Romain
    Romain dit :

    Bonjour à tous,

    J’aimerai vous poser une question pour savoir si il m’est possible “physiquement” de faire ce parcours.
    Je fais de la randonné depuis plusieurs années maintenant avec un ami chaque été (dans le coin de luchon, gavarnie etc …), nous avons fait le grand Vignemale l’année derniere en une journée sans arret au refuge. Avec crampons et piolet pour finir le glacier.
    Premiere question: L’Aneto est il beaucoup plus difficile que le Vignemale ?

    En plus de cela, j’ai déjà apercu l’Aneto depuis une rando partant des hospices de france contournant le pic de la Pique en passant par le port de Venasque.
    Deuxieme question: Est il possible d’imaginer de laisser la voiture aux hospices de France, passer le port de Venasque puis rejoindre le refuge de la Rencluse, y passer la nuit, et attaquer l’Aneto le lendemain ?

    Par avance, merci beaucoup pour vos réponses.

    Romain

    Répondre
« Anciens commentaires

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Répondre à Gabrielle CHARVET Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...