Select Page

Randonnée aux Arenaygues et aux Pierres Gravées (en vallée d’Ossau)

  • Déniv: +1350m – (3h30+3h00)= 6h30 – 12 km Niv: Randonneur
  • Variante: Déniv: +1250m – (3h00+3h00)= 6h00 – 10 km Niv: Randonneur
  • Date: le 30.06.2016 – Vallée d’Ossau – Départ: D934 (1km en amont de Gabas)

Arenaygues et Pierres gravées en vallée d’Ossau.

Eau et sable, les Arenaygues en vallée d’Ossau, sont d’après les spécialistes les plus belles au monde !

Ce sont de curieuses et rares structures circulaires, connues des géologues depuis le XIXe siècle, observées sur plusieurs continents, en Australie, au Canada, en Irlande … bien souvent sur des affleurements très anciens, de l’ère primaire. Elles sont désignées par le terme de « volcans de sable ». Certaines présentent une disposition rayonnante remarquable, rappelant la forme d’une roue de charrette, mais toutes partagent une même caractéristique singulière :

Une trace circulaire à la surface, de petit diamètre, au centre de la structure, soit en forme de bouton, soit au contraire en forme de cupule en creux. Cette trace se révèle être l’orifice d’une cheminée d’échappement d’eau et de sable, fossilisée.
En effet, on sait maintenant qu’il ne s’agit pas de fossiles biologiques. Ce sont des structures créées lors d’un séisme dans des sédiments d’origine détritique, déposés en mer peu profonde. Elles ont été enfouies sous d’épaisses couches de sable alternant avec de minces couches d’argile et ainsi « fossilisées ». Elles pourraient avoir été créées par un phénomène semblable à celui qui forme les « volcans de sable » observables de nos jours lors de tremblements de terre importants. Leur formation a été longtemps une énigme, qui n’est pas tout à fait dissipée, encore aujourd’hui !

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés: Pas de difficulté majeure par la voie normale de cette boucle.  Pour la variante:  Couloir très raide à gravir qui vous fera économiser 30 minutes sur le parcours mais à emprunter uniquement par beau temps et en l’absence d’humidité

.

Film sur la découverte et compréhension récentes de structures énigmatiques dans le parc national des Pyrénées, en vallée d’Ossau. Des fleurs de pierre émergent telles des symboles solaires dans des grès très ancien, remontant au Dévonien, il y a plus de 350 millions d’années. Une enquête géologique se lance entre le découvreur, un épigraphiste spécialiste des inscriptions pastorales et un géologue amateur du Museum national d’histoire naturelle de Paris. Ce phénomène méconnu en France va se révéler. Il s’agit d’éruptions de sable miniatures qui se forment dans des dépôts sous-marins de sable en phase aqueuse en intercalation avec des bancs d’argiles, et soumis à la violence d’un séisme. Les forces physiques en jeu font appel à la mécanique des fluides.

.

Se garer 1000m au nord de Gabas sur la D934, un peu en amont du pont sur le ruisseau d’Ayguebère.

Randonnée faite avec Laurent.

.

Circuit du Lac d’Er (Rando64.com)

.

Le sentier grimpe franchement en lacet, en gros vers l’Ouest, dans une belle forêt.

.

45mn après le départ, nous sortons du bois pour atteindre la belle clairière d’Ayguebère (1454m).

.

.

Pour ceux qui veulent prendre la variante du couloir, voir le topo de 2010

.

Attention: c’est raide mais sans difficultés en l’absence d’humidité.

.

Monter vers l’Ouest pour atteindre le replat central (1454m) et s’élever au Nord-N.O. (à droite de la clairière) afin de trouver le départ d’un sentier (cairns) qui grimpe à nouveau dans la forêt.

Ce qui nous rallonge de +100m de dénivelé et 30 minutes en plus,  mais aujourd’hui nous sommes à la recherche de ces fameuses Arenaygues et pourquoi pas en trouver d’autres qui sont encore inconnues ?

.

Après une petite clairière (1580m), le sentier passe la crête d’Ayguebère, au niveau d’un collet boisé (1595m). Perde une vingtaine de mètres pour atteindre une grande clairière, puis s’élever vers le Nord-Ouest.

.

Le lac n’est plus très loin.

.

Lac d’Er 1764m. 2h de montée depuis la D934 (1h45 en forêt).

.

Contourner le lac d’Er par sa gauche sur une sente plus ou moins visible.

.

Laurent regarde par où l’on peut monter ?

.

L’itinéraire est évident, il suffit de s’engouffrer dans ce goulet en traversant ce pierrier.

.

La vue derrière nous est remarquable.

.

Après avoir traversé le pierrier, la sente monte énergiquement mais sans danger.

.

Tout en montant, nous inspectons les rochers qui pourraient éventuellement contenir des Arenaygues.

.

Grimper en direction du Sud jusqu’à la brèche.

.

Brèche altitude 2028m avec la vue sur la cabane d’Er et son sommet sur la droite le Pic d’Er (2205m).

Compter entre 2h45 et 3h00 depuis le départ.

.

.

Itinéraire en rouge pour ceux qui montent par la variante du couloir.

.

Redescendre jusqu’en bas du plateau (ruisseau d’Arrec d’Ayguebère).

.

Les Arenaygues sont au milieu de ce pierrier.

.

Nous avons cherché depuis le lac d’Er et c’est seulement ici

que nous découvrons la première Arenaygues, elle se trouve sur un bloc isolé bien avant le grand pierrier.

.

A l’arrivée en bas du plateau, viser un petit arbuste isolé en plein milieu du pierrier.

.

A partir d’ici,

ouvrez bien les yeux et cherchez un peu partout autour de ce petit arbuste isolé !

.

La zone des Arenaygues (3h30 depuis le départ) compter 3h en prenant le couloir (variante).

.

.

Mariano.

.

Elles appartiennent à l’unité de dépôts de grés et de quartzite du Dévonien, formation de l’étage Frasnien de la zone primaire axiale, connue jusque dans les Hautes-Pyrénées (sous le nom de « Série de Sia »).

.

Age : 370 à 375 millions d’années

.

Une trace circulaire à la surface, de petit diamètre, au centre de la structure, soit en forme de bouton, soit au contraire en forme de cupule en creux.

.

Ces structures ont été observées sur plusieurs continents, en Australie, au Canada, en Irlande … bien souvent sur des affleurements très anciens, de l’ère primaire. Elles sont désignées par le terme de « volcans de sable ».

.

On sait maintenant qu’il ne s’agit pas de fossiles biologiques, mais de structures sédimentaires inorganiques « fossilisées », d’origine détritique. Elles pourraient avoir été créées par un phénomène semblable à celui qui forme les « volcans de sable » observables de nos jours lors de tremblements de terre importants.

.

.

.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un phénomène plutôt rare, qui se produit dans des régions côtières, sur des plages ou des bancs de sable gorgés d’eau. L’énergie apportée par le séisme « liquéfie » une couche de sable en profondeur, et celle-ci est mobilisée par l’énergie sismique.

.

Le mélange d’eau et de sable ainsi mis en surpression, se fraye un chemin jusqu’à la surface et jaillit à travers une cheminée comme un petit geyser, créant un cône de dimensions décimétriques à métriques.

.

Or les coupes pratiquées sur plusieurs structures prélevées en Ossau, toutes présentant la particularité de la petite trace centrale circulaire, font apparaître la cheminée centrale, avec parfois des détails saisissants montrant l’expulsion turbulente du fluide…

.

Texte repris sur le site du Musée d’Arudy-Maison d’Ossau

.

Jean-Pierre DUGÈNE, à qui nous devons cette découverte, et Dominique Rossier, chargé de son étude, ont donné à cette forme particulière ancrée dans le Dévonien le nom d’ARENAYGUE D’OSSAU (du latin arena, sable et du béarnais aygue, eau).

.

Laurent.

.

.

Le numéro de « Pyrénées » n° 243, présente en couverture une photo de Jean-Pierre Dugène sous le titre : « D’étranges fleurs de pierre découvertes en vallée d’Ossau ». Cette photo renvoie à l’article de Jean-Pierre Dugène et Dominique Rossier sur ces curieux phénomènes géologiques, témoins du Dévonien, jusque là ignorés.

Lien

.

.

Après être restés 45 minutes à chercher de nouvelles Arenaygues, nous reprenons notre randonnée en direction de la cabane d’Er pour y aller voir les pierres gravées et les plus belles Arenaygues que nous avons visionnés sur la vidéo.

.

Nous descendons le pierrier tout en continuons à chercher de nouvelles Arenaygues.

.

Retour à la brèche.

.

.

Laurent dans la montée à la brèche.

.

.

.

Depuis la brèche (2028m), suivre la sente qui mène à la cabane d’Er.

.

Mer de nuages sur la plaine.

.

.

Cabane d’Er 2030m (40 minutes depuis le pierrier où se trouvait les Arenaygues).

.

Les mulets appartenant au berger. En 2010, le fromage était fabriqué surplace, aujourd’hui le lait est acheminé vers la plaine pour la fabrication du fromage.

.

Cascade à côté de la cabane d’Er.

.

La vallée d’Ossau.

.

Petite pause casse-croûte bien mérité !

Aujourd’hui avec les recherches et les détours que nous avons faits pour trouver le maximum d’Arenaygues, les données du Gps en fin de journée donneront: +1500m de dénivelé pour un peu plus de 16 km ! ! !

.

Panorama à proximité de la cabane d’Er.

camera-panorama

Le Pic de Cézy (2209m).

.

Le lac d’Er (1764m).

.

.

Photo souvenir: Laurent et Mariano.

.

Laurent.

.

Une petite mer de nuages s’installe en ce début d’après-midi.

.

Le pic du Midi d’Ossau (2884m).

.

.

Après ce petit casse-croûte, nous reprenons nos recherches pour essayer de localiser les plus belles Arenagues que nous avons visionnés sur la vidéo et qui se trouve d’après celle-ci au-dessus de la petite mare. Nous avons pratiquement fait le tour dans tous les sens mais en vain, nous ne les trouveront jamais.

.

Nous profitons d’être dans le coin pour visiter une partie des pierres gravées qui se trouvent dans le secteur.

Pour mieux les localiser si vous n’avez pas de Gps, voir le topo de 2010.

.

La vallée d’Ossau abrite des pierres gravées par des bergers depuis le 17e siècle, vestige de l’histoire pastorale ossaloise, des signatures gravées sur les pierres à même le sol, isolées dans les pâturages . La majorité des gravures reste des signatures, Jean Pierre Dugène a arpenté la vallée de long en large depuis 15 ans et en a déniché plus d’un millier.

.

.

Les dates les plus anciennes remontent à 1818 !

.

.

Après la visite des Arenaygues et des pierres gravées retour à la voiture.

.

.

Retour au lac d’Er par la voie normale.

.

.

Le lac d’Er.

.

La sente dans le pierrier qui descend au lac.

.

Retour à la clairière de ce matin.

.

.

Un beau cheval.

.

L’entrée à nouveau dans le bois qui nous ramène à la départementale 934 (compter 2h pour le retour).

Voir le topo de Jean-Paul Dugène

Retour-Haut-de-Page

About The Author

10 Comments

  1. Laure

    Rando faite aujourd’hui. Encore un grand plaisir et une sérénité supplémentaire (sans parler de sécurité!) de suivre tes traces Mariano.
    Merci doublement : 1/ pour ta prudence recommandée pour la variante couloir, car en effet je n’aurais pas aimé le prendre en descente! et 2/ bien sûr, pour ce superbe topo (encore une fois), avec les tracés hyper détaillés, qui m’ont enfin permis de découvrir ces fameux volcans et ces pierres venus de notre passé.
    Du pur bonheur que cette rando , que ma vallée d’Ossau est belle !

    merci merci merci Mariano 😀

  2. Dugène Jean-Pierre

    Bonjour Mariano
    Je vois que nos belles arenaygues ossaloises sont bien mises en valeur par votre balade.
    Il est intéressant pour tes visiteurs de mentionner que la revue Pyrénées n° 243 de juillet 2010 comporte un grand article sur le sujet.
    Il me reste au besoin des exemplaires à Arudy
    J.P.Dugène

  3. asphodele

    Voilà une encore bien belle rando avec des données géologiques et historiques passionnantes.
    Tes photos et ton commentaire m’ont donné envie de retourner dans ce secteur pour le voir différemment.
    Amicalement

  4. BILHERE

    Non seulement, c’est bien , c’est très beau,
    … mais on en apprend tous les jours sur notre chouette patrimoine montagnard.
    Merci Mariano.

  5. boichut chantal

    bonjour Mariano !!!
    merci pour cette belle balade ! ah! si les pièrres pouvaient parlées !
    que de belles photos !!! plein les yeux !! encore et encore !!!!!!
    amicalement !! et bises C HANTAL

  6. Francoise HYPO

    Une tres belle decouverte pour moi.
    Merci Mr Mariano de nous faire partager toutes vos randonnées connues ou inconnues.
    A très bientôt.
    Françoise HYPO

  7. Jean-Robert

    Bonjour Mariano ,

    Très très intéressant , je ne connaissais pas , tu viens de m’apprendre quelque chose : merci .
    Sortie originale et qui sort des  » sentiers battus  » ; nos Pyrénées sont d’une richesse insoupçonnée , mais nous le savions déjà !
    Amitiés

  8. gastineau

    Bonjour Mariano . Merci pour cette surprenante randonnée. Les photos sont magnifiques comme toujours d’ailleurs. Bonne journée ga

  9. Serge Sentenac

    Bonsoir Mariano
    superbe, on apprend tous les jours, je sais maintenant que l’étude de l’écriture sur pierre ou autre matériaux imputrescible c’est l’épigraphie
    instructif tout cela !
    Amitiés
    Serge

  10. Laurent

    Merci Mariano de m’avoir fait revivre cette sortie: Heureusement que nous avons fait cette sortie il y a 2 semaines car depuis 8 jours je suis coincé avec un sciatique. Les photos sont très belles et on voit bien les Arenaygues que tu as bien expliqué comment elles ont été formées. Amitiés Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ascension du Vignemale (3298m)

Liste des Topos et Randonnées Météo Montagne  

    refuges dans les Pyrénées

Cartographie TopoPyrénées

Les Sentiers de la Mer

Les sentiers de la Mer

S’abonner aux articles

Nombre d'abonnés inscrits à ce jour:

Contact Mail