Select Page

Raquettes au petit Pic d’Arriel 2683m

  • Vallée d’Ossau – Dénivelé +1300m – (4h25+2h35)=7h00 – 11 km – Niveau: Montagnard
  • Pour la boucle: Dénivelé +1360m – (5h25+2h35)=8h00 – 12,2 km – Niveau: Montagnard
  • Pour le col d’Arrious: Dénivelé +900m (2h30+2h00)= 4h30 – 8,5 km – Niveau: Randonneur
  • Date: le 14.03.2014 – Départ: Caillou de Soques (1390m)

Sortie hivernale en raquettes à neige et ski de randonnée au petit pic d’Arriel 2683m (en boucle par les col d’Arrious et Sobe).

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés:

Longue randonnée (être en très bonne condition physique) Matériel: Raquettes à neige, crampons-Piolet. Pour ceux qui veulent faire la boucle en passant par le col d’Arrious, attention aux barres rocheuses, les dévers sont très inclinés, faire la boucle dans le sens Petit Arriel, col de Sobe et col d’Arrious.

Vérifier avant de partir:  le temps, les hauteurs de neige et l’indice du Risque d’Avalanche.

.

Départ caillou de Soques (1390m).

.

Randonnée faite avec Jean-Luc (ski de randonnée) et moi-même en raquettes à neige.

.

Sortie du bois après 25 minutes.

.

L’itinéraire est évident !

il suffit de remonter ce long vallon d’Arrious en direction du col du même nom.

.

Journée qui s’annonce prometteuse avec ce beau ciel.

.

Le pic du midi d’Ossau (2884m).

.

Nous arrivons à la cabane de berger (fermée)  altitude: 1880m

(1h05 depuis caillou de Soques)

.

Jean-Luc.

.

.

La vue derrière nous est déjà superbe !

.

Le pic de Peyreget (2487m).

.

Le refuge de Pombie (2032m).

.

Le Pic d’Anayet (2545m) et Pic d’Anéou (2364m).

.

Le cirque d’Anéou en hiver

est un formidable espace, propice au ski de randonnée et aux raquettes à neige, idéal pour l’initiation.

.

Une classique en hiver, la montée au pic de Canaourouye (2347m).

.

Jean-Luc.

.

Bifurcation, altitude 2060m (1h30 depuis le départ).

.

Important:

Pour ceux qui désirent comme nous, faire la boucle en passant par le col d’Arrious, il est fortement recommandé de faire cette boucle dans le sens inverse de ce topo afin d’éviter les passages à fort dévers entre le lac d’Arrious et le vallon de Sobe. A partir de la bifurcation altitude 2060m, monter directement vers le Sud-Est pour remonter le vallon de Sobe jusqu’aux pieds du petit pic d’Arriel (Versant Nord-Ouest) altitude 2400m.

.

Voir la carte 3D pour mieux comprendre.

Carte-3D-Petit-Arriel-hiver

.

Quand à nous, nous poursuivons notre ascension vers le col d’Arrious.

.

Comme souvent en hiver, le ciel est magnifique, pas le moindre cumulus à l’horizon !

.

Le col n’est plus très loin . . . .

.

La vue derrière nous est superbe avec des quantités de neige beaucoup plus importante que dans les hautes-Pyrénées ou le Luchonnais.

.

Le pic d’Aspe (2645m) avec au premier plan la Pène de la Glère (2308m).

.

Pour le retour, faire attention aux barres rocheuses, restez bien sur votre gauche.

.

Encore quelques mètres pour arriver au col d’Arrious.

.

Arrivée de Jean-Luc au col d’Arrious (2259m)

2h15 depuis le caillou de Soques (pauses comprises) pour environ 900m de dénivelé et 4,2 km.

.

L’objectif de la journée, le petit pic d’Arriel (2683m).

.

Mariano au col d’Arrious.

.

Le lac d’Artouste (1997m).

.

.

Le barrage du lac d’Artouste.

.

Les randonneurs pourront faire un petit tour au lac d’Arrious où la vue sur le Palas et le Balaitous est superbe et reviendront par le même itinéraire que la montée.

.

Les 2 pics d’Arriel: le grand (2824m) et le petit (2683m).

.

Les traces de montée au grand pic d’Arriel (2824m).

Autant vous dire qu’il faut être plus que chevronné pour effectuer cette ascension !

.

L’ascension du petit pic est heureusement beaucoup plus accessible pour nous. Ici, l’itinéraire de la face Nord où la pente n’est pas trop soutenue contrairement à celle de la face Nord-Ouest.

.

Face Nord-Ouest du petit pic d’Arriel, itinéraire le plus directe mais aussi le plus pentu !

.

Depuis le col d’Arrious, rejoindre le lac du même nom en direction du Sud.

.

Quelques minutes suffisent pour y arriver.

.

Lac d’Arrious 2280m.

.

Le lac d’Arrious est une étendue d’eau intérieure naturelle, alimentée par la fonte des neiges et glaciers. Il se trouve à une altitude de 2 280m et fait partie du parc national des Pyrénées. Son trop-plein d’eau alimente le ruisseau d’Arrious qui se déverse dans le gave de Brousset. Il est dominé par le pic du lac d’Arrious à gauche et par le petit pic d’Arriel en face de nous.

.

Mariano.

.

Vue sur le Palas (2974m).

.

Vue sur le Balaitous (3144m).

.

Depuis le lac d’Arrious, nous montons Sud-S.O

.

.

.

Nous avons essayé de trouver une brèche ou un passage pour accéder au plateau supérieur et attaquer la montée finale au petit pic, mais en vain !

.

Altitude 2350m

Nous n’avons plus qu’à suivre l’itinéraire d’été qui consiste à rattraper le vallon de Sobe en descendant à flanc une pente tout en dévers.

.

Jean-Luc est en mode ski de descente et moi en crampons.

.

.

.

Les deux passages délicats où il faut faire très attention de ne pas glisser !

.

.

Jean-Luc au-dessus de la barre rocheuse.

.

.

C’est passé pour lui !

.

Quand à moi en crampons et piolet,

j’y vais très doucement sans me mêler les pieds surtout au-dessus de la barre rocheuse.

.

Oui, je suis couché mais involontairement !

Mon piolet m’a stoppé  suite à une glissade causée par une neige très molle après la barre rocheuse.

.

Le deuxième passage lui, est vraiment beaucoup plus impressionnant !

.

La barre rocheuse est juste en-dessous de nous et vaut mieux pas glisser à cet endroit ! ! !

.

Les images se passent de commentaires !

Même Jean-Luc qui est un excellent skieur n’est pas trop rassuré.

.

Vous comprenez pourquoi il est préférable de faire la boucle en sens inverse.

.

Quand à moi en crampons,

je descend très doucement sans paniquer mais avec une certaine appréhension !

.

Voilà le danger est derrière nous.

Pour ceux qui veulent vraiment faire cette boucle, car il est vrai que la vue depuis le lac ou le col d’Arrious est vraiment superbe, faire cet itinéraire dans le sens contraire. Et si la neige est vraiment très très molle, renoncer en continuant la descente vers le vallon d’Arrious.

.

Décramponnage.

.

Nous remontons le vallon de Sobe toujours vers le Sud.

.

Derrière nous la vue sur les deux passages délicats que nous venons de passer.

.

Bifurcation altitude 2400m, à 200m du col de Sobe (4h depuis le départ).

Deux choix s’offre à nous:

soit gravir le petit Arriel par sa face Sud en passant par le col de Sobe ou par sa face Nord (à gauche)

.

Si la neige est un peu molle, il est préférable de gravir le sommet pas sa face Nord.

Pour la face Nord, deux choix également: la voie normale à gauche (Nord) qui est la moins pentu ou faire comme nous, monter par la face Nord-Ouest presque tout droit !

.

Nous choisissons l’itinéraire de la face Nord-Ouest du pic.

Il reste encore 300m de dénivelé à faire pour atteindre le sommet, ce qui n’est pas rien !

surtout que mon corps commence à donner des signes de fatigue après 4h de marche !

.

.

Vue sur le col de Sobe (2449m).

.

.

Nous nous arrêtons vers 2545m (4h40 depuis le départ)

Jean-Luc est fatigué et moi encore plus, heureusement qu’il m’a encouragé à continuer.

.

153m de dénivelé qui vont être avalés très doucement à cause de la fatigue accumulée depuis le départ.

.

C’est parti !

.

La neige est bonne, nul besoin de chausser les crampons, mais piolet obligatoire !

.

La pente au début et raide mais sans plus.

.

Après les photos se passent de commentaires !

.

C’est bien pentu !

.

Si les conditions de neige ne sont pas bonnes,

vaut mieux monter par l’itinéraire du versant Nord en suivant plus ou moins la crête.

.

Pas à pas, nous progressons doucement mais sûrement.

.

Mariano.

.

Jean-Luc.

.

Oui, la pente est vraiment très raide !

.

.

Le lac d’Artouste apparaît sur notre gauche avec le sommet du Lurien et ses 2826m.

.

Le plus dur est presque fait.

.

La pente se redresse à l’approche du sommet

avec une vue imprenable sur son grand frère le grand Pic d’Arriel et ses 2824m d’altitude.

.

Après 5h25 d’efforts, nous voyons enfin le bout !

.

Mariano à l’approche du sommet.

.

Plus que quelques mètres pour savourer le panorama.

.

Quelques prises de vues avant d’arriver définitivement au sommet avec deux randonneurs sur la face Sud.

.

Le Grand Arriel (2824m).

.

Une vue imprenable et unique sur le massif du Balaitous avec ses 3144m d’altitude.

.

Mariano arrivant au sommet du petit pic d’Arriel.

.

Jean-Luc laisse ses skis un peu en contrebas du sommet avant de me rejoindre.

.

Mariano et Jean-Luc au sommet du petit pic d’Arriel (2683m).

5h25 depuis le caillou de Soques, nous avons perdu 1h en faisant le détour par le col d’Arrious, compter 4h30 en montant directement au sommet.

.

Panorama à 360°

Camera-Panorama-Automatique

.

Une émotion intense nous a envahie à tous les deux en arrivant au sommet. Il y a des randonnées comme ça, qui resteront gravées à jamais au fond de nos mémoires, celle-ci en fait partie !

.

Le Balaitous (3144m).

.

Le massif du Balaitous avec à sa droite le grand pic d’Arriel (2824m).

.

Et dire qu’il se fait en hiver !

Vaut mieux être très expérimentés et avoir de superbes conditions pour le gravir.

.

Après en regardant de plus près les traces et si les conditions sont bonnes pourquoi pas !

Mais en réfléchissant un peu . . . . . non je laisse ça aux autres ! ! !

.

Panorama vers le Lurien (2826m) avec le lac d’Artouste (1997m) au pied.

.

Mariano et le Palas, une longue histoire entre-nous deux où ma vie aurait pû et aurait dû s’arrêter là !

.

C’est un peu à cause de lui que le site Topopyrenees existe.

J’espère que depuis l’accident en Août 2007 (Voir Ici) les conseils que j’ai essayés modestement de transmettre à travers mes topos auront sauvés des vies, c’était mon but !

.

Un panorama hivernale extraordinaire depuis le sommet, ci-dessous les photos extraites du panorama.

Camera-Panorama-Automatique

.

.

.

.

.

.

Le lac d’Artouste (1997m).

.

Quelle vue !

.

Sa majesté le pic du midi d’Ossau (2884m).

.

Vers la Collarada (2886m).

.

La Telera (2764m)

avec au premier plan la Foratata Oriental (2341m) et la Foratat Occidental (2295m).

.

Jean-Luc au sommet du petit Arriel (2683m).

.

Et Mariano.

.

Deux randonneurs en ski de randonnée s’apprêtent à gravir la face Sud du pic depuis le col d’Arriel.

Il n’y a que 80m de dénivelé à effectuer, donc rien à voir avec notre montée côté face Nord.

.

Il est grand temps de casser le croûte car il est déjà 14h30.

.

Les deux randonneurs de Pampelune arrivent au sommet.

.

.

Le vallon de Sobe que nous descendrons au retour.

.

Javier et Miguel Angel

deux sympathiques randonneurs de Pampelune.

.

Le massif du Vignemale avec à gauche la Pique Longue et ses 3298m d’altitude.

.

Le pic de Soques (2716m) avec juste derrière la Dent de Soques (2692m).

.

Le lac d’Arstouste complètement gelé (1997m).

.

Panorama vers le Visaurin (2669m).

.

Vue sur la face Nord du petit Arriel et le vallon de Sobe que nous allons descendre au retour.

.

Le Jean-Pierre (2884m) et le Lurien (2826m) avec au centre au loin, le pic de Sesques (2606m).

.

Le col et le lac d’Arrious où nous étions tout à l’heure.

.

Après être restés 45 minutes au sommet, il est temps de répartir car il est déjà 14h45.

Et si ces Messieurs sont en skis de randonnée, le chemin est encore long pour moi qui suis à pied.

.

Le Retour:

Pour ceux qui n’ont pas les skis, vaut mieux descendre par l’arête Sud-Ouest (à G) et non pas par la combe !

La neige étant très molle dans ce versant Sud, je n’ai pas chaussé les crampons, peut-être une erreur ? car en passant la petite corniche pour se retrouver sur la face Sud, mes pieds en glissés dans une neige très molle et heureusement encore une fois que j’ai eu le bon réflexe de planter mon piolet immédiatement et ainsi arrêter ma glissade. Une belle peur, car accroché au bout de mon piolet avec 100m derrière soit, ça fait peur ! surtout que j’aurai pu en cas de glissade tomber sur la seule petite barre rocheuse qu’il y a sous le sommet, donc faites très attention et il est fortement conseillé de descendre par l’arrête du versant Sud.  Si non pour les skieurs, nos soucis.

Beaucoup de randonneurs utilisent le piolet pour avant tout se sécuriser et s’aider en montant, mais rarement dans des situations extrêmes en réel ! ! !

L’idéal serait que tous les randonneurs soient formés par un professionnel à l’utilisation du piolet, ça va très vite et si l’on a pas le bon réflexe, c’est la glissade !

Moi-même, je pensais être capable d’utiliser le piolet facilement, mais sur une pente très très raide, comme ici, je me suis arrêté certes, mais il ne fallait pas attendre une demi-seconde de plus.

Même si je pense que je sais utiliser mon piolet, une petite formation tous les ans ne serait pas un luxe !

.

Après ma petite frayeur, je rejoins sagement en dévers le bord de la crête Sud du petit Arriel.

.

Il est vraiment beau !

Pour l’avoir monté en été (voir Ici) c’est déjà chaud alors en hiver, n’en parlons pas ! ! !

.

Les skieurs eux peuvent se lancer directement par où je suis passé au début.

.

.

Mais même pour eux, l’adrénaline doit être au maximum !

.

Un grand Corbeau.

.

.

.

J’arrive au bord de la crête où la vue côté Sud-Est est splendide.

.

Le Palas (2974m).

.

Palas et Balaitous (3144m).

.

Superbe !

.

Le lac et le refuge d’Arrémoulit (2305m).

.

Le lac d’arrémoulit et son refuge fermé en hiver.

.

Le lac d’Artouste.

.

Pour les skieurs, la descente au pied de l’Arriel est vite faite.

.

Moi, je dois marcher un peu, tout en prenant des photos car le paysage est féerique !

.

Mon copain le Palas.

.

Il est vraiment beau ce massif du Balaitous

(Pour ceux qui aiment ce sommet, voir le bivouac fait en 2010).

.

Vers le pic des Tourettes (2771m).

.

15 petites minutes suffisent pour descendre au col d’Arriel (2608m).

.

Vue derrière mois sur ma descente.

Pour les raquettistes qui monte au petit Arriel, restés bien à droite en suivant la crête jusqu’au sommet.

.

Le grand frère lui est toujours aussi impressionnant !

.

Pour Jean-Luc,

la descente va forcément se faire beaucoup plus rapidement que moi, et il faudra qu’il m’attende un peu.

.

.

Depuis le col d’Arriel (2608m),

descendre en dévers le versant Sud du petit Arriel en direction du col de Sobe 2449m (Ouest).

.

Nous nous arrêtons pour voir cette énorme fissure.

.

Derrière nous le Pic d’Arriel (2824m) et son col d’où je suis descendu.

.

.

Le col de Sobe (2449m) 15 petites minutes depuis le col d’Arriel et 30 minutes depuis le sommet.

.

Superbe paysage côté espagnol sur la vallée de Tena (Aragon).

.

Depuis le col de Sobe, nous redescendons le vallon vers le vallon d’Arrious (Nord-Ouest).

.

.

Jean-Luc qui file tout droit et moi qui court derrière mais pas longtemps car même si j’ai récupéré de ma fatigue la neige est molle et par moment je m’enfonce un peu, il est vrai aussi que mes raquettes à neige sont restées derrière mon sac.

.

.

Le versant Nord-Ouest que nous avons monté ce matin.

.

En été, il suffit de suivre le vallon sans trop ce soucier des barres rocheuses qu’il y a au bout du vallon. En hiver, le danger est partout avec les risques de glissades, rester bien à gauche (Nord-Ouest) pour ne pas perdre trop de dénivelé.

.

Le passage de ce matin très exposé qui en été ne se remarque même pas !

Juste pour dire qu’en hiver les passages très faciles en été peuvent devenir très périlleux et l’inverse aussi, des passages avec danger l’été peuvent devenir très facile en hiver avec le manteau neigeux.

Moralité, lorsque vous faites une sortie hivernale ne vous référez jamais à la randonnée pédestre !

.

Le Lurien (2826m).

.

L’itinéraire de ce matin (à faire dans le sens inverse pour ne pas prendre de risques).

.

Derrière nous ce beau petit sommet que nous venons de gravir, qui en faite n’est pas si petit que ça !

Il se mérite et peut-être classé parmi les grands sommets de la vallée d’Ossau.

(Le petit point à droite c’est moi).

.

Jean-Luc et son style si caractéristique !

.

Il file pour m’attendre au soleil.

.

Vue sur le col d’Arrious où nous étions ce matin.

.

Rester bien sur la gauche pour ne pas trop s’approcher des barres rocheuses.

.

La dernière petite difficulté du parcours, rejoindre le vallon d’Arrious.

.

La pente est raide pour rejoindre le vallon d’Arrious.

j’ai chaussé mes crampons pour effectuer cette descente qui s’est déroulée sans problème.

.

Me voilà !

.

L’extrémité du vallon d’Arrious.

.

Vers l’Ossau.

.

La bifurcation de ce matin altitude 2060m où nous avons continué tout droit vers le col d’Arrious.

45 minutes depuis le col de Sobe et 1h15 depuis le sommet du petit Arriel.

.

Barres rocheuses !

Voilà pourquoi il faut rester à gauche en descendant le vallon de Sobe.

.

Il ne reste plus qu’à descendre le vallon d’Arrious jusqu’au parking du caillou de Soques.

.

Jean-Luc m’attend déjà depuis 10 bonnes minutes au soleil.

Content d’arrivé pour enfin mettre mes raquettes à neige que je n’ai pas encore utilisée depuis ce matin. En effet, la neige s’est drôlement transformée et je me suis parfois enfoncé jusqu’aux cuisses !

.

Un isard nous surveille de loin, plus de 10 minutes sans bougé !

.

Petite pause de 30 minutes pour une collation et pour profiter encore un peu plus de cette belle journée.

Je ne sais pas si c’est la fatigue ou le stress de cette longue montée qui ne m’a pas ouvert l’appétit au sommet, toujours est-il que je me suis rattrapé en mangeant tout ce que j’avais dans le sac.

.

Jean-Luc me laisse prendre un peu d’avance.

.

Cette fois-ci, j’ai bien chaussé mes raquettes à neige et ça va nettement mieux.

.

Jean-Luc me double comme un bolide !

.

Vue derrière moi sur le vallon d’Arrious.

Malgré mes raquettes à neige, par moment je m’enfonce jusqu’aux genoux comme ici.

.

Je sais skier, mais je suis quand même à des années lumière de lui !

.

Le pont à l’entrée du bois.

.

.

La descente dans le bois.

.

Retour au caillou de Soques (1390m). Nous avons mis 2h50 depuis le sommet dont une pause de 30 minutes ce qui nous fait 2h20 sans les pauses, ce qui est quand même une descente rapide sans les skis !

Compter environ 3h en raquettes à neige et une petite heure en ski de randonnée pour la descente.

Merci à Jean-Luc d’avoir eu l’idée de faire cette ascension, nous avons passé une excellente et agréable journée, nul doute qu’elle restera gravée à jamais dans nos mémoires.

Raquettes-Petit-Pic-d-Arriel-2683m_200

.

Le piolet est essentiellement un moyen d’assurage. Il facilite aussi la progression en l’utilisant en canne, ancre, taille de marche, etc…. La progression avec piolet et sans crampons sur neige pas trop dure peut se faire, mais nécessite d’avoir des bonnes chaussures de marche et une bonne maîtrise technique.

La méconnaissance des techniques d’utilisation du piolet est assurément une cause d’accident (souvent grave et malheureusement bien souvent mortelle !)

Marcher en crampons lorsque la neige est très dure est plus facile mais, ça augmente le risque de chute par trébuchage. En outre, même avec des crampons on peut avoir des surprises,  surtout lorsqu’on s’en sert sur neige molle comme le font trop de gens.

L’idéal serait que tous les randonneurs soient formés par un professionnel à l’utilisation du piolet, ça va très vite et si l’on n’a pas le bon réflexe, c’est la glissade !

Moi-même, je pensais être capable d’utiliser le piolet facilement, mais sur une pente très raide, comme à la descente du petit pic d’Arriel (côté versant Sud) je me suis arrêté certes, mais il ne fallait pas attendre une demi-seconde de plus.

Maintenant, chacun fait comme il l’entend mais il me semble indispensable de faire une formation encadré par un professionnel  et un rappel tous les ans ne serait pas un luxe !

Voir ci-dessous une vidéo d’assurage avec Piolet,

la pente n’est pas trop raide, alors imaginez une pente à 45° . . . . .

Retour-Haut-de-Page

Topo-Arriel

Topo-2683m

 

.Cliquer sur le globe ci-dessous pour télécharger le fichier kml sur votre ordinateur et visualiser l’itinéraire en 3DPour visualiser l’itinéraire en 3D, il faut que  Google_Earth_logo

About The Author

12 Comments

  1. AMBLAT Florent.

    Bonsoir Mariano,

    Voilà une belle sortie au panorama somptueux. Les efforts fournis ont été récompensés. Les photos sont superbes.
    Voilà une bonne idée pour une prochaine sortie hivernale. La petite chute sans gravité est peu être du aussi à la fatigue, il ne faut pas la négliger surtout à la descente. Pour le piolet, tout à fait d’accord et ne pas hésiter à prendre un peu de temps à chaque sortie pour s’exercer.

    Bonne continuation.

  2. nathalie

    Les photos sont magnifiques … mais en lisant les commentaires, moi qui ne suit qu’une « marcheuse » du dimanche,
    c’est « flippant » !!
    Bravo à tous les deux mais restez prudent, vous avez pris quelques risques !!

  3. tarry jean louis

    Photos magnifiques BRAVO et MERCi à bientôt

  4. michel

    Bonjour Mariano.
    merci pour ce topo somptueux, vues superbes, panorama magnifique. En paysage hivernal, tout est transformé, mais quelle splendeur! Tes photos sur le palas, balaitous et les autres, très beau. Je sens que je vais changer mon fond d’écran.
    Bravo pour ce reportage, et félicitations car c’est quand même ardu!!!

  5. GUY Jean Pierre

    A mon age je me contente de regarder ces randonnées en photos
    et d’apprécier tous les conseils qui sont prodigués avec la description de tous les sommets; hier pour mon groupe c’était la cabane du soldat depuis GAVARNIE .Vu 2 gendarmes qui venaient de gravir le TAILLON pour l’entrainement
    Un gros merci pour tout et à une prochaine découverte

  6. Jean claude Dissard

    Merci ,pour ces magnifiques photos,moi qui suis un « petit randonneur » de l’été ,
    bravo pour ce site qui est pour moi une référence !
    j’y ai déjà puisé bon nombre d’idées de randonnées.
    Surtout continuez …..à nous faire rêver de ces belles montagnes des Pyrénées

  7. Javier

    Gracias Mariano por las fotos, compartimos un rato agradable en la cima con vosotros. Como os comentamos, el domingo hicimos con los de nuestro club, La Sarra-Petit Arriel-Caillou de Soques y la nieve no era tambuena como la del viernes, pero disfrutamos mucho. A ver si coincidimos algún otro día ya sea invierno o verano.
    Un abrazo

  8. Miguel Angel

    Bonito y tabajado reportaje Mariano.
    Un saludo de los amigos de Pamplona,con los que estubisteis compartiendo cima.

    Nos vemos por los montes.

  9. Lili

    Mariano, ben en voyant ces clichés qui sont vraiment beaux je préfère la montagne en été !!! vous êtes des professionnels c’est sur ! en tout cas merci pour ce partage qui me transporte et j’en ai bien besoin…l’isard qui vous observe et le choucas bien pensant!!!encore merci et à bientôt pour de nouvelles aventures@+

  10. Joëlle et Jean Michel

    Chapeau Jean-Luc et Mariano ! ! !
    Superbes photos, rando exigeante car il me semble que vous avez pris quelques risques et pas des moindres ! ! !
    Tout à fait d’accord avec vous sur l’utilisation du piolet, une formation tous les ans ne serait pas superflue.
    Encore BRAVO et MERCI ! ! ! ! !

  11. nadine

    Bonjour panoramix, que du bonheur tes photos et j’aurais aimé faire cette randonnée avec jean-luc et toi. Petits veinards un temps de rêve et presque seuls au monde ! A très bientôt.

  12. am

    randonnée très sportive, avec de la neige très dure : les crampons; sécurité, les bâtons libres : sans les dragonnes, bonnet pour le soleil et sûrement le froid en début de journée; temps magnifique, sommets meringués, miam miam on en mangerait. Photos magnifiques comme dab, très bon souvenir de mes presque copains le Palas et le Balaïtous..

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Liste des Topos et Randonnées Météo Montagne  

Les Sentiers de la Mer

Les sentiers de la Mer

Entrer votre adresse mail:

Topopyrenees Mariano