Irubelakaskoa/Alkaxuri (965m) par le cirque des Asphodèles

Irubelakaskoa (965m) et Akomendi (954m) par le cirque des Asphodèles en boucle depuis Bassassagar (France).

  • Déniv: +1140m – (3h00+3h15)= 6h15 – 13 km Niv: Montagnard
  • Sans la montée à l’Akomendi: +1000m – (3h00+2h45)= 5h45 – 12 km
  • Date: le 06.01.2022 – Navarra (España) – Départ: depuis Bassassagar (France) 240m

L’Irubelakaskoa ou appelé également l’Alkaxuri avec ses 965m d’altitude est une formidable pyramide qui attire le regard de tous les randonneurs de la région, une des plus belles randonnées en Pays Basque surtout par le cirque des Asphodèles où la montée est soutenue et sans relâchement jusqu’au sommet.

Le panorama au sommet avec une altitude ne dépassant pas les 1.000m est tout simplement immense pour cette belle pyramide qui se trouve entièrement en Navarre (Pays basque espagnol).

Cette belle pyramide peut se faire par plusieurs itinéraires : le plus facile par Gorramakil (Niv : Marcheur), le plus difficile d’entre-deux par le cirque des Asphodèles (Niv : Montagnard) et un peu plus facile, celui par l’arête Nord-Est au départ de Bassassagar (Niveau: Randonneur), voir ici

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés:

  • Très important: cet itinéraire doit se faire dans le sens de ce topo, en aucun cas dans le sens contraire, beaucoup trop dangereux surtout si le sol est glissant.
  • Course qui s’adresse aux randonneurs expérimentés et en bonne condition physique, bien que le dénivelé ne soit pas important, la pente est bien raide. L’itinéraire se fait sur un sentier pas trop bien marqué avec plus ou moins de la végétation et un dénivelé pour le cirque des Asphodèles depuis le pont d’Aritzakunko Erreka  de +780m de dénivelé positif pour seulement 2km de distance,  autant vous dire que les cuisseaux siffleront un peu si vous n’êtes pas en forme !
  • Quelques passages un peu exposés mais sans réel danger par beau temps.
  • A ne faire que par temps sec et de préférence hors été pour éviter la végétation haute de ce massif.
  • Le retour en boucle par l’Okoka et la montée à l’Akomendi (954m), ne pose pas de problème particulier, si ce n’est de savoir vous orienter un minimum.
La suite du Topo . . . . . . . . . .

Départ depuis le petit parking 6 places au dessus de la ferme Bassassagar (240m).

L’itinéraire se déroule à 99% sur le territoire espagnol en Navarre.

Randonnée faite avec Yves et Jean-Paul

.

Suivre la route qui descend vers le Sud en passant à gauche de la ferme de Bassassagar.

.

La vue depuis le départ sur le versant Nord-Est de l’Irubelakaskoa.

.

Suivre la piste avec une vue sur l’ancienne Venta Sumus.

.

Passer le pont d’Urritzateko Erreka.

.

Après avoir traversé le pont et passé l’ancienne Venta, laisser à gauche l’itinéraire de la voie normale par l’arête Nord-Est

et continuer tout droit sur la piste d’Urbakurako Bidea (Ouest).

.

1,6 km de piste vers le Sud-Ouest jusqu’à la bifurcation principale de ce topo.

.

Un vautour fauve qui ne va pas tarder à s’envoler.

.

Après 2,1km de piste depuis le départ et 35 minutes de marche,

quitter la piste et traverser le ruisseau d’Aritzakunko Erreka par le pont.

.

L’Aritzakunko Erreka.

.

Point clé:  Après avoir passé le pont d’Aritzakunko Erreka (218m), grimper à gauche

en direction du Sud-Ouest (cairn au départ sur la gauche) en laissant à droite l’itinéraire de retour.

.

A partir d’ici, la pente est très raide et ne faiblira plus jusqu’au sommet.

.

Quelques vues sympa derrière nous,

.

comme le sommet de l’Artzamendi (926m).

.

Encore des vautours fauves, ces deux là sont très près de nous, ils ne vont pas tarder à s’envoler.

.

Pas facile à les prendre à travers les arbres.

.

L’itinéraire monte dans un premier temps vers le Sud-Ouest jusqu’à l’entrée du cirque des Asphodèles,

.

puis vers le Sud jusqu’au sommet.

.

La pente ne faiblit pas !

.

La vue sur notre gauche de l’itinéraire de la voie normale par l’arête Nord-Est.

.

Le sentier n’est pas trop marqué mais suffisamment pour ne pas se tromper.

.

Le panorama derrière nous en direction du Pic Iguzkimendi (844m) et Artzamendi (926m).

.

Oui, c’est raide !

.

Les photos parlent d’elles-mêmes !

.

L’arrivée à l’entrée du Cirque des Asphodèles.

.

Après avoir longé horizontalement la paroi de couleur ocre rouge sur une cinquantaine de mètres,

l’itinéraire reprend de plus belle pour atteindre un petit plateau.

.

Petit plateau qui est le bienvenu pour notre première pause après 2h00 de marche.

.

A partir d’ici vers 640m d’altitude,

l’littéraire monte tout droit plein Sud jusqu’au sommet de l’Irubelakaskoa.

.

Balisage bleu pour ceux qui montent sans la trace Gps.

.

Ancienne construction !

il fallait-être motivé et courageux pour construire un abri dans ce cirque des Asphodèles.

.

La végétation ne nous a pas trop dérangée mais attention en été,

pour cette raison il est préférable de le faire hors été durant toute l’année par temps sec.

.

Jean-Paul et Yves dans la montée finale.

.

Le passage d’un petit sous-bois.

.

La vue sur l’Akomendi (954m) que nous irons visiter après l’Irubelakaskoa.

.

Panorama vers la Rhune.

.

Zoom sur la Rhune (905m).

.

Gorramakil (1090m) et Akomendi (954m).

.

.

A nouveau un petit plateau vers 780m d’altitude.

.

Petite pause pour admirer le panorama.

.

Cirque des Asphodèles.

.

Oui, nous venons de là !

.

Un peu plus bas . . . .

.

Vers Biarritz.

.

Artzamendi (926m).

.

Vers les sommets enneigés côté espagnol.

.

Nous reprenons l’itinéraire.

.

.

La vue sur notre lieu de départ.

.

Jean-Paul.

.

.

Les derniers mètres avant la jonction des 2 crêtes.

.

Jonction avec l’itinéraire de l’arête Nord-Est.

.

Je profite pour prendre au zoom le petit Gabizos (2639m) qui se trouve à 97km de nous.

.

Le Pic du Midi de Bigorre distant de 129km.

.

Sommet de l’Irubelakaskoa ou Alkaxuri (965m) compter 3h00 sans les pauses,

(Nous avons mis 2h45 depuis notre départ avec 2 toutes petites pauses)

.

Nous avons bien mérité la photo !

Mariano, Yves et Jean-Paul au sommet de l’Irubelakaskoa (965m).

.

Quelques photos extraites du panorama annoté . . . .

.

.

.

.

.

Le Panorama annoté de l’Irubelakaskoa, zoomer au plus près des cimes:

.

Galerie des vautours Fauves photographiés depuis le sommet avec un objectif Nikkor 300mm F4.

.

.

.

.

.

.

.

.

La baie de Saint-Jean-de-Luz distante de 25km.

.

La ville de Biarritz distante de 29km.

.

La ville de Bayonne distante de 30km.

.

Vers la Peña de Haya (836m).

.

La Rhune (905m).

.

Le Baygoura (897m).

.

L’Artzamendi (926m) distant de 5km.

.

Après un bon casse-croûte à l’abri du vent avec une température avoisinant les 0°,

le retour en boucle . . . . .

.

Retour par la crête du versant Sud-Ouest jusqu’au col sans nom (830m).

.

Un Pottok.

.

Aucune difficulté pour descendre depuis le sommet.

.

Pour ceux qui veulent sonner la cloche en haut du sommet d’Akomendi, c’est tout droit. Compter 30 minutes en aller/retour pour vous hisser en haut du sommet, laisser à droite l’itinéraire de retour et à gauche le sentier qui va vers Gorramakil pour grimper pleine pente vers la cime d’Akomendi.

.

Il parait que la cloche d’Akomendi exauce chaque vœux !

.

Je n’irais pas jusque là mais ce que je peux vous dire, c’est que ce petit sommet est un formidable belvédère.

.

Panorama annoté de l’Akomendi (954m) cliquer sur le menu déroulant ou sur les étoiles animées:

Les photos extraites du panorama sur 360°:

.

.

.

.

.

.

Les sommets enneigés vers l’Est.

.

Zoom sur le Pic d’Orhy (2017m).

.

Vers le Pic d’Ansabère (2360m).

.

Le Pic d’Anie (2504m).

.

Zoom sur l’océan en direction de Biarritz.

.

.

La ville de Bayonne.

.

Compter 30 minutes en aller/retour sans les pauses pour ceux qui auront grimpé au sommet.

.

Notre montée par le cirque des Asphodèles.

.

Retour en arrière pour rejoindre le col (10 petites minutes).

.

Au niveau du col sans nom (830m), basculer dans le versant Nord pour le retour en boucle.

.

Le sentier bien marqué rentre dans la forêt d’Antsuntsardi.

.

Le sentier assez bien marqué descend en gros vers le Nord-Ouest jusqu’au pied du petit sommet d’Okoka.

.

La vue sur le versant Ouest de l’Irubelakaskoa.

.

Le cirque des Asphodèles par où nous sommes montés entre ces 2 barres rocheuses.

.

L’arrivée au pied d’Okoka (680m) 25 minutes depuis le col.

.

Depuis le petit col, suivre le sentier qui descend dans le vallon en direction du Nord-Est.

.

Restez rive droite de l’Aritzacunko Erreka sans tenir compte des flèches oranges

.

et s’orienter Sud-Est pour traverser le petit ruisseau à pied.

.

Le sentier ensuite file vers l’Est pour rejoindre le pont de ce matin.

.

Jonction avec l’itinéraire de montée.

.

.

Retour par la piste comme ce matin.

.

L’ancienne Venta Sumus.

.

Et la dernière montée bien raide mais courte jusqu’au parking.

Merci à Yves et à Jean-Paul pour cette belle randonnée dans ce beau Pays Basque.

7 réponses
  1. Lascaray Francine
    Lascaray Francine dit :

    Bonjour Mariano
    Notre ascension à l’Irubelakaskoa ne nous rajeunit pas ! Ça date déjà de l’autre siècle : le 22/03/1997, précisément depuis Bidarray avec un groupe du Pays Basque très sympathique et notamment J-B M. (Les relations étaient excellentes mais la vie en a décidé autrement, c’est bien dommage)
    Merci de nous faire remémorer les beaux paysages depuis ce sommet gravi il y a perplète. Ma mémoire flanche-t-elle ? Je pense que c’est presque normale après tant de sommets sur nos pattes effectués depuis. Le sommet restera toujours là pour le refaire !
    Merci pour votre topo et vos photos de cette belle ascension effectuée en boucle, je pense pas de tout repos. Bravo à tous les trois.
    Francine

    Répondre
  2. Joëlle & Jean-Mi
    Joëlle & Jean-Mi dit :

    Bonjour Mariano,
    Habitant tout près, nous faisons cette rando une à deux fois par an, et je voulais préciser que la descente depuis le pied d’Okoka jusqu’à la rive de l’Aritzakun se fait sur un sentier très raviné et parfois encombré.
    A titre personnel, je trouve que la montée par la voie classique et l’Ezquieta bien que moins pentue est beaucoup plus spectaculaire que par les Asphodèles.
    Amitiés.
    Joëlle & Jean-Mi

    Répondre
  3. Jean-Jacques CREQUIGNE
    Jean-Jacques CREQUIGNE dit :

    Effectivement, ce Pays Basque ne manque pas de jolis sites accessibles
    ( avec de solides mollets ! )lorsque la haute montagne est enneigée, comme
    la Peña de Haya faite cet automne.
    Au vu du givre, il faisait frisquet ce jour-là …
    Pour ma part, j’étais sur les crêtes du Baran depuis Hautacam. L’avantage
    de ces températures basses (-10) c’est que la neige était poudreuse ce cinéma !
    Superbes photos des vautours en vol, en particulier celui éclairé par le
    soleil rasant !
    A bientôt. Amitiés Jean-Jacques

    Répondre
  4. Yves ITCIA
    Yves ITCIA dit :

    bonjour Mariano en voyant ton topo et tes photos, me renvoie a la belle journée passé en ta compagnie un grand plaisir pour moi d’avoir partager cette journée avec toi et jean Paul a bientôt Mariano

    Répondre
  5. lavigne jean paul
    lavigne jean paul dit :

    Bonjour Mariano
    j ai été ravi de faire cette belle randonnée à tes cotés les photos sont magnifiques
    bravo le photographe
    au plaisir
    jean paul

    Répondre
  6. Serge
    Serge dit :

    Bonsoir Mariano
    Magnifique Pays Basque ou la beauté des paysages est accessible avec peu d’altitude mais parfois tout de même après quelques efforts !!!
    Bravo à vous trois !
    Amitiés
    Serge

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Répondre à Jean-Jacques CREQUIGNE Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha loading...