L’Arcizette Occidentale (2293m) appelée la petite Arcizette est loin d’être un sommet facile, son belvédère au sommet est peut-être le plus beau des 3 pics (Petite, moyenne et grande Arcizette), mais son ascension n’est pas à la portée du simple randonneur et pour ceux qui voudront entreprendre cette ascension, bien lire ce topo avant de vous lancer dans un itinéraire potentiellement dangereux à la montée comme à la descente.

  • Déniv: +1380m – (3h00+1h30+3h30)= 8h00 – 14 km Niv: Montagnard
  • Date: le 21.06.2020 – Vallée d’Ossau – Départ: Pont de Goua (966m)

Randonnée effectuée en solo au petit matin après mon bivouac au col de Lurdé.

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

La trace Gpx a été volontairement bloquée, vous ne pourrez donc pas la télécharger. Désolé mais cet itinéraire est beaucoup trop dangereux et je sais malheureusement qu’aujourd’hui, certains randonneurs chargent les traces sur leurs applications smartphones ou leurs Gps sans lire le topo. C’est aussi pour cette raison que contrairement à l’habitude, les recommandations au niveau des difficultés sont beaucoup plus détaillées qu’à l’habitude, voir ci-dessous les difficultés.

Difficultés:

  • La partie finale (versant Ouest): Le versant Ouest de la petite Arcizette est barré sur toute sa longueur par une petite barre rocheuse qu’il faut franchir par son point le plus faible, soit au début de la vire (itinéraire du guide Ollivier) ou à la fin de celle-ci (escalade facile de Niv: II/II+ pour les deux), la suite se fait en s’élevant progressivement sur une pente herbeuse très raide (à ne faire que par temps sec). Cette pente ne présente pas de difficulté particulière, mais demande un pied sûr, pour cette raison, il est préférable de rejoindre rapidement le fil de crête afin de terminer l’ascension en s’aidant un peu des mains (Niv:II). Repérer bien l’endroit où vous aurez franchi la barre rocheuse de façon qu’en cas de retour par le même itinéraire, vous passiez au même endroit et ne pas vous faire des frayeurs en désescaladant au mauvais endroit, car une fois passé la barre rocheuse à la montée, en vous retournant derrière vous, vous ne verrez que le vide ! Pour cette raison, il est peut-être préférable de prendre l’itinéraire du guide Ollivier afin de mieux localiser le haut du couloir à la descente (complètement en bas à gauche du couloir herbeux).
  • Le retour par le versant Sud-Est: La descente par ce versant demande de rester extrêmement prudent et de rester très attentif tout au long de cette descente pour ne pas faire n’importe quoi, descendre lentement en prenant votre temps et en vous aidant de vos bâtons qui seront extrêmement utiles dans cette descente. depuis le sommet, suivre le fil de crête du versant Sud-Ouest sur environ une centaine de mètres, puis commencer à descendre en direction de l’Est en traversant tout le versant Sud-Est de la petite Arcizette en direction du col (entre la petite et la Moyenne Arcizette). Perdre quelques dizaines de mètres de dénivelé, puis revenir vers le Sud-Ouest sur une pente moins dangereuse mais où la vigilance restera toujours de rigueur. Encore un petit couloir à descendre par la suite où il faut faire attention avant de retrouver les pâturages du plateau du Cézy.

.

Départ depuis le parking du Pont de Goua (966m).

.

Compter 1h30 à 1h45mn de montée dans la forêt, c’est la partie de la randonnée la plus pénible, des gros blocs sur les 3/4 de la montée (soyez bien chaussés) surtout au retour. A l’embranchement (1125m), prendre à gauche le sentier GR10 “Gourette”.

.

Après 1h de marche dans la forêt d’Errana (1361m),

continuer tout droit vers le Nord-Est en laissant à droite un sentier marqué d’une croix rouge.

.

La sortie de la forêt vers 1500m.

.

Suivre le GR10 en direction de l’Est jusqu’au plateau de Cézy.

.

1h45 depuis le départ du parking du Pont de Goua.

Croisement des sentiers de montée et de descente de la petite Arcizette (1600m) avec une vue sur la face Sud de l’Arcizette Occidentale (Petite Arcizette) qui peut aussi se gravir par l’arête Sud.

.

Laisser le GR10 sur votre droite pour grimper vers le Nord-N.O jusqu’aux cabanes de Cézy.

.

Depuis les cabanes de Cézy (1640m),

suivre sur la variante du GR10 sur une sente bien marquée qui remonte tout le vallon jusqu’au col de Lurdé.

.

Pour ne rien vous cacher, je suis parti depuis le bas dans un brouillard à couper au couteau !

Les photos précédentes ont été prises au retour.

Point d’eau pour ravitailler en eau fraîche à l’ancienne cabane de Cézy non loin de la nouvelle.

.

Pas de difficulté pour remonter ce beau vallon jusqu’au col de Lurdé.

.

Il n’est pas nécessaire de monter jusqu’au col de Lurdé,

vous pouvez 200m avant le col, prendre à droite et vous diriger vers le Sud-Ouest jusqu’au pied de l’Arcizette.

.

Il serait vraiment dommage de ne pas aller jusqu’au col de Lurdé (2089m) 2h45 depuis le départ (compter:3h00).

Voir les photos de mon bivouac au col de Lurdé (Coucher/Lever de soleil et une magnifique voie lactée) Voir Ici

.

Depuis le col de Lurdé descendre légèrement et filer vers le Sud-Est jusqu’au pied de l’Arcizette. Pour ceux qui sont pressés, vous pouvez grimper directement depuis la cabane du Cézy, mais ça grimpe sec (+350m pour 800m de distance).

.

Il est préférable de grimper au col et de rejoindre la partie finale sans faire trop d’efforts tout en appréciant les sommets des alentours comme ici le Pic du Midi d’Ossau (2884m).

.

Le Pic de Cézy (2209m).

.

Compter 30 minutes pour arriver au pied de l’Arcizette Occidentale depuis le col de Lurdé.

.

.

Les deux itinéraires possibles depuis le bas.

.

Depuis le bas (1960m) grimper les +100m de dénivelé tout droit en faisant quelques virages hors sentier. J’ai voulu suivre cette sente bien marquée qui partait à droite en espérant qu’elle pouvait revenir au début de la vire, mais non !

.

Je suis revenu pour finalement grimper tout droit hors sentier en faisant quelques lacets pour rendre l’effort moins violent !

.

Le Jean-Pierre, le seigneur de ces lieux !

.

Le Pic de Cézy et ses 2209m d’altitude a fière allure aussi.

.

L’arrivée au pied de la vire, choisir un des deux itinéraires mais en aucun cas, n’essayez pas d’escalader en dehors de ces 2 options.

.

Me concernant je prend l’option de suivre la vire jusqu’à son extrémité.

.

Les 2 montées sont relativement faciles au niveau escalade (Niv: II+).

.

Par temps sec,

il n’y a pas de difficulté à suivre le sentier qui s’efface par moments et qui suit la base de la barre rocheuse.

.

.

En prenant de la hauteur, le panorama derrière en direction du col de Lurdé où j’était tout à l’heure,

devient subitement magique !

.

.

.

Vers la fin de la vire vers 2100m d’altitude, chercher la partie à escalader la plus facile.

.

Ne croyez pas que c’est facile, vous pouvez comment moi grimper un peu trop loin (3 à 4m) et vous rendre compte que les prises sont difficiles, je suis redescendu et revenu en arrière pour cette fois-ci grimper sans trop de difficulté. Ce n’est que 3 à 4m à escalader mais derrière vous, vous avez 100m de vide ! ! !

.

.

Une fois la petite barre rocheuse franchie, il ne reste plus qu’à remonter ce vallon herbeux très très raide.

.

On ne se rend pas compte sur cette photo mais c’est bien raide !

.

Le Jean.Pierre sur ma droite,

.

et sur ma gauche, la crête venant du col et Pic de Lurdé,

crête très effilée sur la fin où il est impossible de grimper par ce côté.

.

.

Je rejoins au plus vite le fil de crête même s’il faut poser un peu les mains, mais beaucoup plus en sécurité que dans cette pente vertigineuse !

.

Pente qui est très raide avec une barre rocheuse qui vous attend en bas !

Pour résumer, cette montée n’est pas difficile et ne comporte pas de difficultés pour un montagnard, le risque est pour ceux qui redescendent par le même itinéraire que la montée, de ne pas retrouver exactement l’endroit exacte du franchissement de la barre rocheuse, c’est pour cette raison qu’il est peut-être préférable de monter par l’itinéraire du guide Ollivier et de viser à la descente l’extrémité de la barre rocheuse.

.

Bon, me concernant,  je redescend par l’autre versant, donc pas de problème.

.

Ah oui, là on se rend compte qu’il ne faut pas glisser ! ! !

.

.

Interdit de faire cette montée par temps humide ! ! !

.

L’arrivée au sommet.

.

Sommet de la Petite Arcizette (2293m) Arcizette Occidentale. Compter 1h30 depuis le col de Lurdé et 4h30 depuis le Pont de Goua.

.

Un merveilleux belvédère depuis ce sommet (cliquer sur les étoiles pour basculer sur le panorama annoté et pour visualiser les photos des versants)

Les 5 photos extraites du Panorama annoté:

.

La moyenne Arcizette (2383m)

encore un sommet difficile qui peut se faire en le combinant à celui-ci mais en augmentant forcément les difficultés et donc les risques !

.

J’étais un peu inquiet en arrivant au sommet car sur ce sommet il n y avait pas beaucoup de topos sur le web et la première chose que j’ai faite, c’est de regarder par où j’allais redescendre ?

J’ai pensé un moment que ça pouvait descendre au col entre la petite et la moyenne Arcizette (versant Est) mais en continuant quelques mètres, je me suis vite rendu-compte que c’était vraiment risqué et j’en ai eu la confirmation lorsque j’était non loin du col à la descente.

.

Côté versant Sud-Est, c’est un peu mieux mais c’est encore chaud chaud ! Après avoir bien repéré les différentes possibilités, le mieux c’est encore de parcourir sur une centaine de mètres la crête Sud-Ouest, puis de revenir vers le col, nous verrons ça tout à l’heure. . . .

.

En attendant, ce sommet est un formidable belvédère sur 360°.

.

Vers le Cézy.

.

La montée finale du Cézy (2209m).

.

Vers la plaine.

.

L’entrée de la vallée d’Ossau avec le village de Bielle en début de vallée.

.

Le beau vallon de Soussouéou.

.

.

Le Balaitous (3144m) et le Palas (2974m).

.

Le Lurien (2826m).

.

On voit même le lac de Bious Artigues avec au fond le Pic d’Aspe.

.

Celui-ci,  on ne le présente plus !

.

Encore une petite photo avant de commencer à descendre. Pour info: j’ai fait l’ascension de la petite Arcizette avec 16kg sur le dos (bivouac au col de Lurdé). Voir les photos ici

En espérant que la lourdeur de mon sac à dos ne me gêne pas pendant la descente !

.

Une dernière vue sur la Moyenne et la grande Arcizette que je ferrai peut-être un jour mais pas en cumulé ça c’est sûr. Ce secteur qui est très beau est un peu pourri au niveau terrain et je considère que la montagne est belle certes mais que l’on ne doit pas mettre sa vie en danger pour aller toujours plus loin et encore plus haut en enchaînant les difficultés qui s’accumulent les unes aux autres !

.

Le retour:

Si vous avez décidé de revenir par le même itinéraire que la montée, tout a déjà été dit, soyez prudent !

.

Suivre le fil de crête Sud-Ouest sur une centaine de mètres.

.

Là, c’est trop risqué !

.

Là aussi !

.

Après 100m, je commence à vraiment descendre.

.

La pente est quand même très raide de ce côté (monter par là, oui mais descendre, non !)

.

Je décide de traverser en diagonale tout le versant Sud-Est,

.

en perdant 70m de dénivelé jusqu’à proximité du col.

.

C’était la meilleure option pour ne pas prendre de risques sur une éventuelle glissade dans un terrain plus que pourri !

.

Le col entre la petite et la grande Arcizette.

.

C’est un peu moins raide mais il faut rester encore prudent.

.

Moins raide, c’est pas vraiment sûr ! ! !

.

Le vallon de Soussouéou.

.

.

On ne se rend pas bien compte de l’inclinaison, mais je peux vous assurer que c’est très abrupte.

.

Des Asphodèles avec le J-Pierre en fond d’écran.

.

Oui, là on se rend compte que c’est bien pentu !

.

Orchis brulé (Neotinea ustulata)

.

.

Je pensai que les difficultés étaient derrière moi, mais non !

.

Il faut encore descendre un couloir bien raide.

.

J’avais une trace Gps mais à 3m près j’ai choisi le mauvais côté, obligé de descendre en désescalade (Niv: II+)

.

pour rejoindre ce couloir qui de toute façon est bien pentu également !

.

Retour au plateau de Cécy.

.

Cette fois-ci, les difficultés sont bien derrière moi, ouf ! 1h30 de concentration à l’extrême depuis le sommet qui m’ont vraiment fatiguée nerveusement + les 3h00 de sommeil dans la nuit de mon bivouac, je suis bien rincé !

Avec du recul, je pense qu’il est quand même préférable de revenir par l’itinéraire de la montée ou faire l’ascension par le versant Sud-Est et redescendre par le versant Ouest, le problème c’est que cette petite barre rocheuse à franchir bien qu’elle ne soit pas difficile peut vous faire perdre la vie, car autant la descente que je viens de faire en cas de glissade peut vous faire très mal avec certainement des contusions multiples mais s’il vous arrive le moindre problème à la descente par où je suis monté, là c’est le paradis direct ! donc je ne sais pas ? c’est pour cette raison que si je devais vous donner un conseil, je vous dirai de ne pas faire cette ascension, mais je sais que certains montagnards ne m’écouteront pas et c’est pour cette raison que j’ai posté ce topo avec un maximum d’informations et de ressentis.

Dans tous les cas, je ne pourrai être tenu responsable des risques d’accidents encourus par les montagnards qui voudront faire cette randonnée et décline toute responsabilité dans l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire comme d’ailleurs en général sur les Topos et Itinéraires suggérés dans ce site web.

.

L’arrivée au plateau de Cézy (1630m) avec la rencontre de . . . .

.

Joëlle et Olivier, un couple de Pau très sympathiques.

.

Après une petite heure à papoter avec Joëlle et Olivier, une dernière vue sur la petite Arcizette avant de repartir.

.

Je reprend le sentier du GR10 qui descend au pont de Goua par la forêt d’Herrana.

.

.

Comme cité en début de topo, cette partie est franchement pénible.

Des gros blocs sur les 3/4 de la descente, avec un risque de glissade sur les rochers humides !

.

La vue sur le massif du Cézy.

.

Retour au Pont de Goua.

.

Compter 3h30 depuis le sommet.

10 réponses
  1. Nadine
    Nadine dit :

    bonjour
    une question indiscrète !
    Je rêve de ces espaces à travers les photos que je découvre. L’une des dernières, la petite Arcizette !! quel panorama !
    Avec quel appareil photo fait-on des photos aussi belles ?
    Merci pour la réponse si ça n’est pas trop indiscret !

    Au plaisir de lire les topos et d’aller trainer mes semelle là où je ne suis pas encore allée.
    En attendant merci pour ce travail utile et précieux car on peut partir partout avec de très bonnes informations.
    Nadine

    Répondre
  2. dinosaure
    dinosaure dit :

    Randonnée qui se mérite ! Pour avoir pratiqué la montée (et la descente) par la voie Ollivier… quelques précisions…la montée de la partie en II n’est pas difficile…elle a le mérite d’être je pense moins exposée que celle pratiquée par Mariano. Au niveau des pointillés de cette voie on a l’impression qu’elle longe la barre rocheuse…en fait nous sommes montés plus haut pour prendre la pente herbeuse dans sa partie haute…la pente est raide mais du coup l’impression visuelle par rapport en celle qu’on peut avoir en bord de la barre est minorée. Au retour il n’y a pas de problèmes pour retrouver le point de montée. Quand des gens vont dans de l’herbe raide… je leur conseille de prendre un piolet… (de préférence court) c’est un bon instrument de sécurité. Dinosaure.

    Répondre
  3. Denis
    Denis dit :

    Mariano nous a fait peur !

    Où l’on voit que les sommets les plus dangereux ne sont pas forcément les plus hauts …

    Est-ce que rétrospectivement, en aller-retour, il n’aurait pas été avantageux de laisser le plus gros (lourd) du matériel au col de Lurdé ou au pied de l’Arcizette ?

    Répondre
    • Mariano
      Mariano dit :

      Bonjour Denis,
      Oui, peut-être que si j’avais laissé le sac, je serai revenu par le même itinéraire que la montée,
      mais dans tous les cas, même si tu es léger, que tu as bien dormi, cet itinéraire est potentiellement dangereux !

      Répondre
  4. Pierre Noulibos
    Pierre Noulibos dit :

    Bonjour Mariano,
    Très belle course de haute montagne, même s’il n’y a pas de glacier… Toute les facultés du montagnard a évaluer les difficultés du terrain sont mises en action pour prendre la bonne décision.Merci de nous avoir fait partager ces magnifiques paysages.
    Cordialement

    Répondre
  5. Nicolas
    Nicolas dit :

    Bonjour Mariano
    cela semble assez compliqué effectivement. je pense que le message sur les recommandations est clair.. super
    Pour la plante je pense a une Orchis brulé “Neotina ustulata”
    bien sportivement
    nico

    Répondre
  6. Serge
    Serge dit :

    Bonjour Mariano
    Excellente mise en garde sur cette Petite Arcizette, bien sur elle peut se faire mais dans des conditions idéales et avec beaucoup beaucoup de prudence
    et on sait que le risque zéro n’existe pas !!
    Très bon topo !
    Amitiés
    Serge

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...