Randonnée à la Pène Det Pouri  (2587m) par le Pic Capet (2328m) et la crête d’Erès Tiarrères depuis le village de Barèges.

  • Déniv: +1500m – (5h00+3h15)= 8h15 – 16 km Niv: Montagnard
  • Capet seul en boucle: +1180m – (4h00+3h00)= 7h00 – 15 km Niv: Montagnard
  • Date: le 25.07.2020 – Hautes-Pyrénées – Départ: Barèges

L’itinéraire de montée à la Pène Det Pouri par la crête d’Erès Tiarrères et le pic de Capet est de toute beauté. Randonnée exigeante pour arriver jusqu’au sommet de la falaise du Poulain (appelé Pène Det Pouri), des vues splendides pendant toute la montée de la crête qui vous feront vite oublier les 5h00 de marche jusqu’au sommet. Les 2 belvédères sur 360° du Capet et de la Pène Det Pouri sont tout simplement splendides, tant sur la plaine que sur les hauts sommets des Pyrénées. Pour ceux qui ne feront que le Pic de Capet, c’est déjà une très belle boucle et beaucoup moins longue que la montée à la Pène Det Pouri.

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés:

  • 2 passages en dévers très pentus qu’il est préférable d’éviter en restant sur le fil de crête.
  • Gendarme à contourner par la gauche ou par la droite après le Capet, mais surtout ne pas vouloir rester sur le fil de crête, si non il y a Grand Danger ! ! !
  • Des portions hors sentier sur la crête d’Erès Tiarrères où il faut un peu poser les mains par endroits, rien de difficile (Niv: II/II+)
  • Randonnée exigeante en plein été à cause de sa longueur (plus de 8h00 de marche sans les pauses)
  • Pas de point d’eau sur toute la totalité du parcours, prévoyez suffisamment d’eau (au moins 2,5 litres)

.

Départ depuis le parking de Barèges qui se trouve à proximité de la passerelle du gave de Bastan.

.

Emprunter la passerelle au dessus du Gave, puis suivre à gauche la petite piste goudronnée sur 50m.

.

Prendre le sentier de droite qui rentre dans la forêt de Capet (balisage jaune) en direction du Nord.

(Randonnée faite avec Mikaël)

.

Le sentier dans la forêt effectue plusieurs lacets jusqu’au point clé 1410m.

.

Après 30 minutes de marche, laisser à gauche un sentier qui file vers le Sud-Ouest et traverser à droite le ruisseau du Midaou.

.

Quelques mètres seulement après, laisser la piste de droite et suivre la petite sente de gauche qui arrive très vite au point clé (altitude 1410m). Jonction des itinéraires aller et retour de la boucle, continuer tout droit vers l’Est.

.

Après seulement 35 minutes de marche, la vue est déjà splendide en direction du massif de l’Ardiden (2988m).

.

La montée jusqu’au Pioulat se fait par le circuit de la Montagne Fleurie dans la forêt domaniale de Capet.

.

Plusieurs lacets vous mènent très vite sur les hauteurs au-dessus de Barèges.

.

.

Sortie définitive de la Forêt Domaniale de Capet après 2h00 depuis Barèges.

.

Vers le massif du Néouvielle.

.

Le Pic de Néouvielle (3091m).

.

.

Vue plongeante sur Cauterets.

.

La vue sur les 900 paravalanches qui veillent sur Barèges !

Sur quelques centaines de mètres, s’entassent plusieurs centaines d’ouvrages pour protéger les habitants des coulées de neige récurrentes. Un dispositif plus que centenaire, que les agents de RTM révisent et améliorent avant chaque hiver.

.

.

Nous somme sur l’itinéraire de la montagne Fleurie,

.

pas étonnant de voir une multitude de fleurs comme ici une belle Iris.

.

L’arrivée au secteur de Pioulat.

.

Vue unique sur Gavarnie et Cestrède.

.

Altitude 1940m, secteur Pioulat (2h20 depuis Barèges).

Jonction des itinéraires de descente par la forêt du Lis et l’itinéraire de montée par la crête d’Erès Tiarrères.

.

Au début, il faut grimper hors sentier en restant sur le fil de crête (Nord.N.E).

.

.

Un sentier pas très bien marqué qui s’efface par moments mais un sentier tout de même jusqu’aux bâtiments de RTM.

.

Les vues sur 360° depuis ici jusqu’au sommet de la Pène Det Pouri sont vraiment splendides.

.

La sente s’efface par moments mais rien de difficile, rester toujours non loin du fil de crête.

.

Mikaël dans une partie un peu raide.

.

.

Le Cirque de Gavarnie.

.

Compter environ 2h00 pour le parcours de crête jusqu’au pied de la Pène Det Pouri.

.

.

L’arrivée aux infrastructures et bâtiments des paravalanches de Barèges.

.

Ici il faut utiliser un peu les mains (Niv: II/II+).

.

Un autre passage un peu raide où il faut également se servir de ses mains mais rien de bien méchant.

.

La vue derrière nous avec en bas le village de Barèges, 1000m plus bas !

.

Le col du Tourmalet (2115m).

.

.

.

L’arrivée au cœur des paravalanches.

.

.

Une configuration unique !

.

Barèges, c’est une configuration unique en France qui en fait le laboratoire de la protection contre les avalanches. C’est avant tout critique du fait de la présence du village en contrebas. Et puis nous ne sommes pas tout en fond de chaîne ici. On récupère les premières perturbations de nord-ouest, sur ces versants orientés est-ouest qui aimantent la neige. Ajoutez-y une pente entre 30 et 35° qui représente l’inclinaison la plus favorable aux coulées et une face plein sud où le redoux brutal suffit à déclencher et vous situez le potentiel de risque de ce secteur.

.

Dans des pentes à plus de 30°, ils font corps avec la falaise. Les 900 paravalanches se fondent dans le décor. Un comble ! Pas vraiment, car leur présence au-dessus de Barèges est contemporaine à la naissance du village. «Il n’y avait aucune mémoire d’événements naturels sensibles, détaille Jean-Yves Lasplace, responsable de RTM. Mais lorsque le hameau est devenu commune, on s’est rendu compte que le couloir d’avalanche du Theil se terminait au beau milieu du village.» À la fin du XIXe siècle, il n’est pas rare de retrouver jusqu’à 6 m de neige accumulée dans la rue principale.

.

Pour entretenir ces outils dont certains sont plus que centenaires, RTM dispose d’une centaine de milliers d’euros chaque année. Chaque ouvrage doit être revu tous les quatre ans, au cours d’une grande inspection. La dernière eut lieu au printemps 2013. «Malgré de fortes accumulations, il n’y avait pas eu de gros dégâts, analyse Jean-Yves Lasplace. Depuis peu, nous utilisons également des drones pour avoir une vision globale du dispositif et en garder une trace visuelle.»

.

Outre la maintenance, de nouveaux investissements sont prévus. Une quinzaine de râteliers feront bientôt barrage sur la face de la Hount-Nère. Un projet est également à l’étude en aval, au niveau du couloir d’avalanche qui débouche sur les thermes de Barzun. «Mais ce sont des investissements lourds. Soit on met une cinquantaine d’ouvrages, soit aucun car en deçà, tout serait emporté.»

Texte extrait  de LaDepeche (Publié le Andy Barréjot)

.

Nous continuons notre itinéraire sur la crête d’Erès Tiarrères.

.

Petite pause pour Mikaël.

.

L’arrivée au pied du Capet.

Rester sur la même ligne de crête jusqu’au sommet et ne vous laissez pas aspirer par les sentes de gauche qui contourne le Pic.

.

Un Pluviomètre.

.

Comme vous pouvez le constater sur cette photo, la moindre erreur même par temps sec et c’est la catastrophe ! ! !

Depuis le sommet je suis descendu un peu par la crête et il n y a pas de difficulté à gravir le sommet en restant sur la crête, donc inutile de prendre des risques en traversant cette sente en dévers comme nous l’avons fait.

.

Sommet du Capet (2328m) 3h45 depuis le départ.

.

Magnifique panorama sur 360°

Panorama du Mont Perdu (3355m) au Taillon (3144m).

.

Le Cirque de Gavarnie de la Tour du Marboré (3009m) à la brèche de Roland (2807m).

.

Le Pic Néouvielle (3091m).

.

Le Mont Perdu (3355m) et le Cylindre du Marboté (3335m).

.

Nous n’avons rencontré que 3 randonneurs durant la montée,

par contre côté Tournaboup ce n’est pas la même chose, le parking est plein !

.

La suite de l’itinéraire.

.

Restez bien sur le fil de crête.

.

Et ne pas faire comme nous qui avons été une fois de plus attiré par une sente de contournement en dévers,

moins raide que celle de tout à l’heure, mais bien pentu quand même.

.

La dernière partie de la crête demande une attention particulière, lire ce qui suit: Important !

Nous sommes descendus au niveau du col vers 2300m et avons essayé de rester sur le fil de crête. Après avoir cherché en vain un passage en restant sur la crête sans prendre de risque (cette montée ne m’inspirait vraiment pas), nous avons préféré revenir en arrière pour contourner le gendarme par la droite et revenir sur le fil de crête plus loin sans danger.

Possibilité également, de descendre par la gauche sur une sente bien marquée et sans danger en abandonnant la crête, l’itinéraire contourne complètement cette éminence en récupérant la sente qui monte au col (2500m) au pied de la Pène Det Pouri. C’est aussi l’itinéraire de retour pour ceux qui ne font que le Pic Capet (compter 3h00 pour revenir à Barèges).

.

Nous concernant et pour rester sur la crête, nous prenons l’option de contourner le mamelon par sa droite.

.

La montée est beaucoup moins raide que par la montée directe mais surtout,  sans danger !

.

Nous revenons sur notre gauche pour retrouver au plus vite, la crête.

.

Un peu raide quand même, mais sans danger par temps sec.

.

Nous revoilà sur le fil de crête avec une vue grandiose derrière nous  !

.

Le reste du parcours ne présente plus de difficulté technique jusqu’au sommet.

.

.

Une dernière éminence à franchir ?

Je ne sais pas si l’on pouvait continuer en grimpant sur ce pic pour continuer sur la crête jusqu’au sommet de la Pène Det Pouri, sans doute mais nous avons préféré descendre de quelques mètres sur un sentier bien large qui nous mène au col sans nom vers 2500m.

.

Aucune difficulté en l’absence de neige.

.

La montée au col.

.

Col sans nom (2500m) avec une vue imprenable sur l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre (2872m).

.

La montée au sommet depuis le col se fait sur une sente bien marquée et sans difficulté.

.

L’arrivée au sommet.

.

La Pène Det Pouri ou appelé en Gascon “la falaise du Poulain” (2587m d’altitude).

Nous avons mis 5h20 depuis notre départ avec 20 minutes de pertes au niveau du Gendarme (compter 5h00 sans les pauses).

.

Mikaël et Mariano au sommet de la Pène Det Pouri (2587m).

.

Le beau lac Bleu de Lesponne ou du Chiroulet (1947m).

.

Panorama vers l’Est.

.

Le Pic du Midi de Bigorre (2872m).

.

Vers le cirque de Gavarnie.

.

Le Mont Perdu (3355m).

.

Le Néouvielle (3091m).

.

Les 2 refuges de la Glère et Packe avec le Néouvielle (3091m) et le Pic Long (3192m).

.

Le Balaitous (3144m).

.

Nous sommes arrivés à 13h25 au sommet, le casse-croûte va nous faire du bien !

.

La Pène Taillade qui comporte 3 Pics dont un accessible sans escalade, le Pic Occidental.

.

Le Soum Arrouy (2488m).

.

Le Soum de Lascours (2485m).

.

Le Mail de la Sède avec ses 2520m d’altitude, est le plus haut sommet du cirque d’Hautacam.

.

Zoom sur l’aéroport de Tarbes,

je trouve qu’il y a beaucoup d’avions au sol contrairement à l’habitude, le Coronavirus doit y être pour quelques chose.

.

Vue plongeante sur le parking de Tournaboup qui est complètement plein !

.

Environ 300 voitures de stationnées, y a du monde en montagne !

.

Le retour:

.

Revenir par le vallon des Toucouets en longeant à gauche le versant Ouest de la crête d’Erès Tiarrères.

.

La descente se fait sur un sentier bien large au début jusqu’au plateau herbeux.

.

Depuis le plateau herbeux, la sente continue mais disparaît quelques centaines de mètres plus loin.

.

La pente n’est pas si abrupte que ça, et donc pas de problème pour descendre hors sentier.

.

Viser le petit arbuste à droite pour retrouver l’itinéraire de la montagne Fleurie.

.

.

Retour à la jonction du Pioulat (1940m).

.

Contrairement à la montée dans la forêt domaniale de Capet, le retour se fera par la forêt du Lis. A la bifurcation du Pioulat (1940m), suivre la sente de droite descendant dans la forêt du Lis vers l’Ouest sur quelques mètres puis plein Sud.

.

La forêt du Lis, très agréable par ces temps de chaleur comme aujourd’hui.

.

Mikaël au passage du ruisseau de Midaou.

.

Retour à la jonction des itinéraires de montée et de descente (1410m).

.

Retour au parking de Barèges (3h15 depuis le sommet)

Merci à Mikaël pour avoir eu la bonne idée de faire cette belle randonnée qui était en attente dans mes topos.

.

Les autres itinéraires pour monter à la Pène Det Pouri:

5 réponses
  1. jean claude
    jean claude dit :

    Bonjour Mariano
    Tous ces topos donnent envie. Peut être un jour je ferais cette rando.
    Merci en tous cas pour les belles photos et les précisions des commentaires
    A bientôt
    JC

    Répondre
  2. Mikael
    Mikael dit :

    Tellement fier de figurer sur Topopyrenees.com! Quel honneur et quel plaisir de marcher avec Mariano. Plutôt habitué au niveau randonneur, le challenge était de taille, et la récompense au sommet était sublime! Milles mercis pour cette sortie mémorable!

    Répondre
  3. JEAN-JACQUES CREQUIGNE
    JEAN-JACQUES CREQUIGNE dit :

    Bonjour Mariano
    Ca m’a fait plaisir de revoir cet itinéraire que j’avais suivi il y a quelques années,
    et jusqu’au Capet l’an passé. Comme toi, au Capet , je n’avais pas vu le sentier
    qui mène directement au sommet et je m’étais laissé aspirer par une sente dans
    les pentes à G … Craignos !
    Demain, direction le Garlitz. Peut-être nous rencontrerons-nous si tu vas au pic
    de Cuneille , comme tu me l’avais dit .
    Amitiés Jean-Jacques

    Répondre
  4. jean luc lacrampe
    jean luc lacrampe dit :

    salut Mariano encore une tres belle randonée tres explicative(notamment au niveau des paravalanches au dessus de bareges)je connaissais le pene det pourri depuis le chiroulet ,plus facile d’acces pour moi . Amitiés montagnardes.Jean-luc

    Répondre
  5. Serge
    Serge dit :

    Bonjour Mariano
    Magnifique, mais exigeante rando, avec la compagnie d’un Pyrénéiste Belge abonné à ton site !
    Topo d’une grande précision
    A demain
    Amitiés
    Serge

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...