Randonnée à la Punta Escuzana (2847m) en boucle par la brèche de Roland

  • Dénivelé +1400m – 8h00 – 17 km – Niveau: Montagnard
  • pour l’aller/retour Dénivelé +900m – 5h30 – Niveau: Montagnard
  • Date: le 22.07.2012 – Espagne – Départ: Col des Tentes 2208m

Une très belle randonnée dans un cadre sauvage de toute beauté.

.

_ _ _ _ _ Google_Earth_logo _ _ _ _ _

.

Difficultés: Parcours de haute montagne réservé aux randonneurs aguerris et ayant une bonne condition physique.

Itinéraire empruntant la faja de l’Escuzana et ses falaises impressionnantes, mais qui ne comporte pas de danger réel, le panorama au sommet est immense par beau temps. La randonnée se fait en aller/retour avec pour les plus courageux le retour en boucle par la brèche de Roland, Attention c’est long mais que c’est beau ! ! !

.

Depuis le col des tentes (2208m), suivre la route interdite aux véhicules jusqu’au port de Boucharo.

.

Il y a toujours la foule  au départ du col des Tentes, surtout en été.

.

Mais la plus part des randonneurs prennent le sentier de gauche au Port de Boucharo  (2270m) pour la Brèche.

Randonnée effectuée avec Thierry et Marie (ma frangine)

.

Depuis le Port de Boucharo 2270m,

descendre légèrement côté espagnol (Sud-Ouest) en longeant la base de la paroi rocheuse sur la gauche.

.

Un cheminement sans difficultés permet de franchir un petit passage rocheux.

.

Après ce petit passage, la suite de l’itinéraire devient évident.

.

Sente très bien marquée jusqu’au col de la Forqueta.

.

Le panorama côté Vignemale est superbe !

.

Sente à flanc de montagne menant au pierrier.

.

.

.

Début du pierrier.

.

Sente dans le pierrier accédant au col de la Forqueta (Sud-S.O).

.

.

Le Soum blanc des Especière 2685m.

.

Le pic du midi de Bigorre 2872m.

.

.

Le col n’est plus très loin . . .

.

Dernière partie un peu raide . . .

.

Col de la Forqueta de Gabiétous 2520m avec une vue superbe sur la Tendenera 2853m.

1h30 depuis le col des Tentes.

.

Depuis le col de la Forqueta descendre quelques mètres vers la gauche pour trouver les cairns.

.

Vue superbe sur la Faja de l’Escuzana avec le tracé de l’itinéraire en pointillés.

.

D’ici, le passage parait improbable, et pourtant . . . .

.

Après le col de la Forqueta, des cairns disposés sur la gauche nous indiquent l’itinéraire à suivre (Est-S.E).

.

Il faut descendre à flanc de montagne jusqu’au pierrier.

.

.

.

.

.

.

Thierry et Marie.

.

.

Depuis le bas du pierrier, suivre la sente montant vers les balcons de la vire en direction du Sud-Ouest.

.

.

Vue sur l’itinéraire depuis le col de la Forqueta.

.

Début de la montée vers la vire.

.

Superbe vue sur le massif du Vignemale (3298m)

.

Le début de la vire . . .

.

Vue derrière nous sur la sente que nous venons de parcourir avec au fond le Gabiétous Occidental (3034m)

.

Thierry.

.

Début de la vire . . .

.

.

Il n’y a aucun danger par beau temps et en l’absence de neige.

.

.

Vire se faufilant dans les abîmes calcaires de l’Escuzana.

.

.

.

La vue sur la Tendenera (2853m) est toujours aussi belle !

.

.

.

.

.

.

.

Marie.

.

Il faut franchir cette petite barre rocheuse dans son point faible sur la gauche.

.

.

.

Panorama depuis la vire vers le Vignemale.

.

Nous sommes presque à la fin de la vire . . .

.

.

.

Des randonneurs du CAF de Tarbes sur la vire de l’Escuzana.

.

.

Petite pause pour admirer le paysage grandiose qui s’offre à nous.

.

Les derniers mètres de la vire sont encore plus impressionnants.

.

.

Une cavité dans la falaise de l’Escuzana.

.

Avec la vue sur les pics d’Enfer et le Vignemale.

.

Ça monte ! ! !

.

.

.

.

.

Y a du gaz !

.

.

.

San Nicolás de Bujaruelo.

.

.

Pico Otal (2709m) et la Tendenera (2853m) avec la Collarada (2886m) au fond à droite.

.

.

Les paysages depuis la vire sont vraiment magnifiques !

.

La fin de la vire n’est plus très loin . . .

.

.

Un petit passage où il faut un peu s’aider des mains.

.

Une dernière vue sur la vire avant de basculer de l’autre côté du versant.

.

Fin de la vire  avec la vue sur le sommet de l’Escuzana.

.

Gravir une pente d’herbes, puis . . .

.

des éboulis jusqu’à la crête menant au col de l’Escuzana.

.

.

.

Col de l’Escuzana 2729m.

Pour le  Pic, il suffit de suivre la crête  jusqu’au sommet.

.

Vue magnifique depuis le col sur les hauts sommets de Gavarnie:  le Gabiétous Occidental (3034m),

le Taillon 3144m, le pico Blanco (2904m) le Marboré 3248m, le Cylindre 3335m et  le Mont Perdu 3355m.

.

La faja de las Flores et le Canyon d’Ordesa.

.

Un Gypaète barbu.

Son envergure varie de 245 à 285 cm pour un poids de 5 à 7 kg et sa longueur varie de 105 à 130 cm.

.

Depuis le col, nous remontons la crête pour accéder au sommet (aucune difficulté)

.

Bien sûr ça monte un peu !

.

Plus que quelques mètres pour Marie et Thierry.

.

Sommet de l’Escuzana ou appelé aussi Pico de Mondarruego (altitude 2847m).

3h30 depuis le départ pauses comprises, compter 3h sans les pauses.

.

Thierry au sommet du Pic de Mondarruego.

.

Marie au sommet de l’Escuzana

avec le Vignemale derrière elle et ses 3298m, plus haut sommet des Pyrénées Françaises.

.

Panorama au sommet de l’Escuzana altitude 2847m

Camera-Panorama-Automatique

.

Panorama en direction du Taillon.

.

Du Taillon 3144m au Mont Perdu 3355m.

.

Le doigt de la fausse brèche avec au premier plan à droite le pico Blanco et son col à gauche où l’on voit les traces,  c’est par là qu’il faudra passer pour ceux qui font le retour par la brèche de Roland.

.

Le G-Astazou 3074m, le Casque du Marboré 3006m et le pic du Marboré 3248m.

.

C’est le plus haut du secteur avec ses 3355m, le Mont Perdu est le 3em plus haut sommet des Pyrénées.

.

Panorama vers la Tendenera 2853m et la sierra de la Partacua.

.

Panorama côté vallée d’Ordesa.

.

Torla et sa belle vallée.

.

Zoom sur le village de Torla, 1800m plus bas !

.

Petite photo de famille avec les gens du CAF de Tarbes

(randonneurs bien sympathiques ! )

.

La Faja de las Flores et son Canyon d’Ordesa

(voir ici la Randonnée).

.

Début de la vire des fleurs (La Faja de las Flores).

La Faja de las Flores, la plus prestigieuse de toutes, est une corniche naturelle qui longe sur 3,7km une partie du canyon, elle relie le cirque de Carriata au cirque de Cotatuero à 2400m d’altitude.

.

La vue sur le Canyon d’Ordesa est toujours aussi magique !

.

Vire qui est plus impressionnante que dangereuse.

.

Le plus dur pour y accéder ou pour y redescendre sont les clavijas de Cotatuero. 32 barres de fer plantées dans la roche ; une rangée pour les pieds, une pour les mains ! (voir Ici)

.

La pointe de bazillac 2975m et la fausse brèche.

.

Panorama vers le Vignemale.

.

Deux possibilité pour le retour: Soit revenir en arrière et faire l’aller/retour (compter à nouveau 3h)

Soit faire la boucle en passant par le col blanc et la brèche de Roland, mais là il vous faudra 2h de plus et remonter les +500m de dénivelé, vaut mieux être en forme !

.

Le long couloir montant au col Blanc (2840m).

.

Après être restés 1h au sommet, nous redescendons au col d’Escuzana.

.

Pour la boucle:

Descendre  en direction de l’Est sur une sente dans la pierraille.

.

.

Le sentier dans le pierrier vous mène dans un terrain beaucoup plus calcaire (Lapiaz)

.

Plateau calcaire fissuré par les eaux de ruissellement.

.

Itinéraire pour accéder au col Blanc

Rester bien en haut jusqu’au bout du plateau (voir plus loin pourquoi)

.

.

Des Edelweiss.

.

Vers la fin du plateau, descendre Est-N.E en direction du Llanos de Salarons (ancien lac ou glacier)

.

Il est préférable de descendre au bord de la crête là où les prises sont nombreuses

.

que de glisser au niveau des barres rocheuses ! ! !

.

Voilà, nous sommes sur le plancher des vaches !

.

Ou plutôt celui des Isards !

.

Illustration de ce qui ne faut pas faire !

Un randonneur est descendu trop tôt et se retrouve au-dessus des barres rocheuses, chaud , chaud !

.

L’Escuzana depuis la Torre de Lessus (cairn immense).

.

Itinéraire depuis le col de l’Escuzana (croix rouges= Barres rocheuses).

.

Depuis le gros cairn (Torre de Lessus)

traverser le grand plateau pour engager la montée vers le col  Blanc.

.

Couloir herbeux dans un premier temps.

.

.

Puis le couloir devient plus étroit et se transforme en pierrier.

.

Pas de grosses difficultés si ce n’est qu’il faut à nouveau gravir +400m de dénivelé jusqu’au col blanc.

.

El Pico Blanco 2919m.

.

Vue derrière nous sur le chemin accompli depuis le sommet de l’Escuzana.

.

Par beau temps, c’est peut-être le seul endroit de la randonnée où il faut rester vigilant de ne pas  s’écarter du véritable itinéraire, l’autre possibilité d’éviter ce plateau de Lapiaz est de continuer à descendre dans la pierraille jusqu’à  la  partie herbeuse.

.

La sente dans le pierrier au début n’est pas trop abrupte.

.

Après, la pente devient subitement beaucoup plus raide et il est préférable et moins pénible de monter dans les gros blocs un peu sur la gauche de la sente.

.

Le col Blanc est en vu . . .

.

Thierry qui comme Marie n’ont pas l’habitude de la haute montagne sont un peu fatigués, mais les paysages subliment qui s’offrent à eux leur donnent le moral et le courage pour continuer.

.

.

Col blanc altitude 2840m (2h30 depuis le sommet de l’Escuzana)

.

Thierry et Marie, content d’être enfin arrivés au col,

Le chemin du retour est encore long . . .

.

Marie et Mariano devant  le cirque de Gavarnie mais côté espagnol.

.

Punta Tobacor 2779m.

.

Vue sur le col et le pico Blanco bien plus accessible par ce côté.

.

Depuis le col Blanc, suivre la sente en direction de la fausse brèche.

.

.

Le Canyon d’Ordesa.

.

.

.

Nous passons quelques névés.

.

La brèche de Roland avec le Casque à droite.

.

Les deux brèches (la fausse et la vraie)

.

.

Thierry et Marie.

.

.

.

Nous restons en bas plutôt que de remonter tout de suite les éboulis pour rejoindre le sentier du Taillon.

.

En effet, il est déconseillé de faire comme c’es randonneurs qui remonte une sente dans les éboulis,

les pentes sont très raides et dangereuses, ils finiront par faire demi tour pour plus de sécurité.

.

Nous, nous continuons à passer entre les gros blocs.

.

Même si c’est un peu galère, c’est beaucoup moins dangereux que de monter dans la pierraille.

.

En allant doucement, on trouve toujours un endroit pour y mettre le pied.

.

La brèche de Roland 2807m.

.

El Pico Del Descargador 2627m.

.

Nous rejoignons la sente du Taillon avec une vue sur l’Escuzana.

3h45 depuis l’Escuzana dont 1h15 depuis le col blanc (compter environ 3h pour revenir du sommet)

.

La brèche de Roland côté espagnol (2807m) et le Casque du Marboré 3006m.

.

La Brèche de Roland, site grandiose qui attire beaucoup de monde à la belle saison.

.

Marie à la brèche de Roland altitude 2807m.

.

Depuis la brèche descendre en direction du glacier en faisant attention dans les premiers mètres.

.

.

Le glacier de la brèche.

.

.

Le refuge des Sarradets.

.

Nous arrivons à la grande barre rocheuse.

.

Pour plonger vers le refuge des Sarradets.

.

Attention à la glissade, pente dans les éboulis très raide.

.

.

Bâtons indispensable pour ne pas glisser.

.

Moi je préfère prendre le névé, beaucoup plus agréable et beaucoup moins dangereux.

.

Refuge des Sarradets altitude 2587m.

Voir une photo du refuge lors de sa construction en 1956

.

Vue sur le brèche depuis le refuge.

.

Le pic du Marboré  3248m et la grande cascade de Gavarnie.

.

Col des Sarradets (2589m),

quelques minutes seulement depuis le refuge, faites attention si des névés persistent en début de saison.

.

Le glacier du Taillon ou ce qu’il en reste !

.

.

La cascade.

.

Le glacier du Vignemale.

.

Chaîne vous aidant à descendre le long de la cascade.

.

Nous retrouvons un sentier bien marqué qui va nous conduire au Port de Boucharo.

.

Le parking du col des Tente est en vu

il n’est pas loin à vol d’oiseau mais en distance il nous faudra 50mn.

.

Port de boucharo 2270m.

Bravo à Marie et Thierry pour avoir fait cette belle course qui n’est pas à la portée de tous, nul doute que malgré tous les efforts consentis pour terminer cette randonnée, elle restera à jamais graver dans leur tête.

Retour-Haut-de-Page

Topo-Escuzana

Topo-2847m

25 réponses
« Anciens commentaires
  1. Julien Gaudou
    Julien Gaudou dit :

    Quelle boucle! Nous n’avons pas fait le pic d’Escuzana (par peur de manquer de jus et par manque de temps) mais les vires et surtout la descente après le col d’Escuzana sont magiques. Pas de difficultés pour cette descente (merci le gps et la trace de Mariano) mais il faut rajouter du gaz pour monter au col du pico Blanco (le pierrier est long…).
    L’arrivée au col du pico Blanco est magnifique et on peut dire que la rando est quasi terminée (pour les poumons, pas pour les jambes 🙂
    Encore un descriptif de qualité et une trace nickel, merci Mariano

    Répondre
  2. norbert (lons)
    norbert (lons) dit :

    Bonjour Mariano
    Les commentaires sont à nouveau accessibles pour ce topo. merci.
    Superbe randonnée faite en aller retour le 23 Aout 2019. Le cadre minéral et sauvage est exceptionnel , on a rencontré plus de marmottes que de randonneurs.
    A l’aller il faut bien se repérer le passage à la descente du col de la Forqueta car au retour ce n’est pas très évident de le retrouver ,
    cairns et points blancs sur les rochers disparus ?
    Bien amicalement

    Répondre
  3. BoissiERE Denis
    BoissiERE Denis dit :

    Bonsoir,

    Lundi dernier (28/09/17), Françoise nous a remarquablement guidé vers le sommet de l’Escuzana que nous ne connaissions pas. Superbe randonnée dans une ambiance trés montagnarde et amicale. Partis vers 08H40, nous étions au sommet pour 12H00, elle avait parfaitement minuté le parcours. Je n’étais pas trop à l’aise pour le franchissement (à l’aller) du petit mur, mais sinon impeccable. Retour aux voitures au col des Tentes pour 16H00, nous n’avons pas fait la boucle. Elle avait disposé de nombreux isards en contre bas du parcours. Super sortie. DENIS

    Répondre
  4. COUDOIN
    COUDOIN dit :

    Bonjour Mariano,

    “une cavité dans la falaise de l’Escuzana” ; comment çà se présente pour un bivouac histoire de partir de Boucharo dans l’après-midi et revenir le lendemain par la brêche ?
    des points d’eau sur la vire entre juillet et septembre ?

    Merci. Maurice.

    Répondre
« Anciens commentaires

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...